Cayenne Danion, une révélation Française

Cayenne Danion, une révélation Française

Il est originaire de la région parisienne, il se nomme Cayenne Danion, et à l’âge de 9 ans, il est devenu champion de France Minivert 65cc au terme de sa seconde saison au niveau national. Difficile de parler de la relève Française sans faire un petit [énorme] crochet par Cayenne Danion : du talent, en veux-tu ? En voilà.

En l’espace de seulement deux ans, Cayenne Danion s’est retrouvé à faire de l’œil aux victoires de manches sur les plus grosses épreuves nationales et Européennes sur sa 65cc, décrochant au passage la sélection pour représenter la France lors de la coupe du monde.

Champion régional 50cc et vainqueur de la rookies Cup en 2017, champion de France Minivert en 2019 et second de la Rookies Cup, vainqueur de manches et auteur de podiums en championnat d’Europe, le palmarès de Cayenne Danion a déjà tout d’un grand…

Pourtant, absolument rien ne prédestinait Cayenne à s’aligner derrière une grille de départ ; chez les Danion, on était très loin d’imaginer manger, dormir, et vivre moto.

Christopher, papa de Cayenne Danion: « Cayenne n’était pas du tout destiné à faire de la moto. Un jour, pour son anniversaire, le 19 décembre 2016, j’ai fait appel à un ami à moi qui travaillait dans l’événementiel pour s’occuper de la sonorisation. C’était le papa de Gabriel Stavropoulos. Il y avait deux motos dans le garage, quand Cayenne les as vues, il m’a dit « Papa, j’aimerais faire de la moto ».

Après tout, pourquoi pas ? Christopher, le papa, franchit le cap …

« Je lui ai acheté une des motos de Gabriel, une 50 KTM, je l’ai emmené dans une prairie et il a roulé. Je n’y connaissais rien, je ne connaissais personne dans le milieu, Cayenne faisait juste de la moto, dans un champ. Dans notre famille, on travaille beaucoup dans le bâtiment, chez nous, on est plutôt pêche, chasse, rien à voir avec le motocross. »

Le hasard fait bien les choses … Un début d’histoire est en marche.

« Un jour, le père de Gabriel nous appelle pour nous proposer de rouler à Guilleville, sur le circuit de Loïc Léonce, lors d’une journée porte ouverte en avril 2017. On avait acheté un petit casque Kenny à 100€, Gabriel nous avait prêté ses bottes. Dès les premiers tours, Cayenne roulait plutôt vite, mais il restait assis sur la moto tout le temps, ne sortait pas les pieds, il tournait juste la poignée.

Loïc Léonce m’interpelle « Il roule depuis combien de temps votre fils ? » – « Cayenne ? À peu près 10 minutes ».

On nous dit qu’il faut qu’on l’emmène faire des courses, il fallait donc prendre une licence. On fait un stage la veille de sa première course avec Vincent Marguerite, le 15 avril 2017, et le lendemain, Cayenne termine 3ème de sa première épreuve régionale malgré une chute au départ et un tour de retard au début.

Lors de la seconde course, avec des problèmes de moto, il termine 3ème.

Troisième course, tout va bien, Cayenne gagne. »

Première course en 50cc pour Cayenne Danion

Plantez le décor, nous sommes en 2017, et alors qu’il n’a que quelques heures de moto dans les jambes, Cayenne réalise ses premières courses en éducatif au guidon de sa petite 50cc. Quelques semaines plus tard, le kid s’attaque … au MX Master Kids.

« On rencontre quelques personnes sur les épreuves, on nous parle du MX Master Kids. Cayenne faisait de la moto depuis 4 mois et on l’engage au Master Kids avec les moyens du bord. Au début, quand j’ai emmené mon fils sur le Master Kids, les gens me disaient que j’étais complètement fou. Le petit venait de commencer la moto, mais pour nous, c’était une expérience, on vivait au jour le jour, on apprenait.

Cayenne n’avait jamais pris un départ en grille. Lors des essais, je monte l’attache rapide de la chaîne à l’envers pour vous dire à quel point on était préparé. Evidemment, Cayenne perd la chaîne et ne roule pas aux essais. Arrive les chronos, Cayenne signe le 7ème temps parmi les Américains, les Hollandais, tout le monde.

En première manche, Cayenne se bat avec les Américains, mais on voit qu’il manque de technique, d’expérience, il ouvre toutes les portes, fait des erreurs. Il termine tout de même 3ème en catégorie OR et se qualifie pour la grande finale mais malheureusement, on assiste à l’annulation de l’événement. »

Cayenne s’impose sur la Rookies Cup en 2017

Après le MX Master Kid, place à la Rookies Cup. Si personne ne donne Cayenne vainqueur, le kid créé la surprise et s’impose dans sa catégorie. Pour couronner le tout, Cayenne empoche son premier titre régional, en 50cc, lors de sa toute première saison.

« On venait me voir pour me dire que Cayenne avait du potentiel. Venant d’un milieu totalement différent de celui de la moto, je ne m’en rendais pas compte, pour moi, mon fils faisait juste de la moto avec d’autres enfants. »

Doté d’une aisance naturelle un guidon entre les mains, Cayenne apprend vite.

« Cayenne a regardé énormément de vidéos. Quand il a eu la 50cc entre les mains, il s’est mis à regarder des vidéos, à reproduire ce qu’il voyait. Une fois, il m’a demandé de regarder ce qu’il faisait dans un virage. Il est passé 10 fois, je ne voyais rien. En fait, il avait appris à lever le pied bien haut dans les grosses ornières en regardant une vidéo de Liam Everts. Il est autodidacte, dans une grue, un bobcat, il monte, et il sait la faire fonctionner en quelques minutes. Il adore ces machines »

Après quelques mois de 50cc, déjà, le passage en 65cc est effectué, et Cayenne continue d’étonner de par son aisance et sa progression fulgurante.  

« Après la Rookies Cup, il passe en 65cc. Retour en prairie, Cayenne s’adapte parfaitement à la moto, passe parfaitement les vitesses, et attaque d’entrée de jeu.

On s’entraîne pour la première fois à Vincy avec la 65cc en présence d’Alexis Verhaeghe. Cayenne passe tous les sauts, met du gaz. Deuxième entraînement, nouveau circuit, toujours avec Alexis.

Alexis vient me voir « Cayenne vient de sauter le double ».

« C’est quoi, un double ? »

« Un truc de malade. Cayenne n’a peur de rien, il a un mental de gagnant. Terminer second, pour Cayenne, c’est perdre. Personne ne lui a dit comment prendre un saut, on a même dû le calmer, il sautait bien trop. »

Cayenne Danion – Rookie’s Cup – @Tekniphotos JC Pellant

En 2018, Cayenne se lance sur le championnat de France Minivert, à l’âge de 8 ans, et les débuts sont plus que compliqués malgré l’énorme potentiel du kid.

« Nous voilà désormais en 2018 et on l’emmène sur sa première année en championnat de France Minivert. On arrive avec un camping-car, une caisse à outils, des bons moteurs car on avait un super préparateur qui nous faisait confiance. On n’avait pas de réglages sur la machine, c’était un peu à « l’arrache ». Dans le Motocross, il y a beaucoup de jalousie. Les bons conseils ont été donnés par les personnes qui ont connu la galère.

On roulait toujours avec les mêmes pneus, on ne savait pas trop quoi utiliser, je faisais la mécanique, c’était dur.

2018 était une année très difficile. Cayenne tombait aux essais, aux chronos, lors du tour de reconnaissance, et dans les deux manches, systématiquement, et toute l’année. Il montrait des belles choses, mais il attaquait trop fort, il n’arrivait pas à doubler, s’énervait, et tombait»

Des moteurs préparés aux petits oignons par RPM Racing

Lors de la saison 2018, Cayenne se rend de nouveau sur la Rookies Cup. Toujours trop fougueux, Cayenne chute et se fracture la clavicule. Ce jour-là, la famille rencontre Eric Sorby. Ni une ni deux et malgré la blessure de Cayenne, ce dernier repère le potentiel du garçon, apprécie sa technique, son attitude de guerrier.

« Eric Qui ? »

« Je ne savais pas qui était Eric Sorby. Je regarde un peu sur internet et les réseaux sociaux, je vois que c’est un pilote avec un superbe palmarès et je lui demande s’il peut coacher Cayenne. Il me dit que ça peut se faire, il monte un programme. À cette époque-là, il ne nous restait qu’une course du Minivert à disputer et on décide de participer à deux stages avant cette dernière. »

Le déclic.

« Arrivé sur l’épreuve, Cayenne tombe aux essais, aux chronos, en première manche.

Avant la seconde manche, je décide de passer un coup de téléphone à Eric et je lui dis « Eric, c’est la dernière manche, je veux juste que Cayenne reste sur ses roues, peu importe la position, parle-lui ».

Eric parle au petit, et voilà que Cayenne fait une manche devant, avec les meilleurs du Minivert, et termine 6ème.

Eric, il a su mettre Cayenne en confiance. Travailler avec Eric, ça faisait la différence. Cayenne avait le potentiel de faire dans les 10 dès la première année. »

Le travail effectué avec Eric Paye.

Cayenne termine 17ème du Minivert pour sa première année et loupe de peu le titre éducatif ile de France 65cc. Un apprentissage difficile, mais une étape presque obligatoire pour sa progression future.

« Fin 2018, on bosse avec Eric quelques weekends en prairie sur le bord d’une route. Eric n’avait pas besoin de grand-chose pour travailler avec Cayenne. Il disait que si Cayenne ne tombait pas, il serait présent devant. Eric est passé par-là aussi, c’était un surdoué au guidon d’une moto de ce que j’ai vu, un mec bourré de talent. »

Cayenne réalise quelques weekends aux côtés d’Eric, dont deux séjours dans le sable de Bud Racing et un séjour en Espagne. Suite à quoi Eric Sorby intègre la structure Honda 114 de Livia Lancelot et doit – à contrecœur – remettre l’entraînement de Cayenne entre les mains de son père.

« Cayenne fait donc toute son année de Minivert 2019 seul. Je l’emmenais à l’entraînement le mercredi. On faisait 15 minutes d’essais, 15 minutes de chronos, 2 manches, et on remballait, est-ce qu’il avait bien roulé lors de l’entraînement ? Aucune idée.»

Du haut de ses 9 ans, Cayenne ne se rend pas encore compte de son propre potentiel.

 «Pour Cayenne, le motocross, c’est un jeu. Il est apprécié par tout le monde dans le paddock du championnat de France. Il est champion de France Minivert, mais pour lui, c’est comme s’il ne l’était pas, il est juste là, avec ses copains.

En 2019, il gagnait les épreuves et il ne célébrait jamais ses victoires, il rentrait juste au camping-car.

Lors de la finale du championnat de France Minivert, sur un saut, il a levé la main, c’est tout. Il gagne des manches, va poser sa moto, et il va jouer, c’est un enfant, c’est un petit très humble avec de grandes qualités. »

Leader du minivert 65cc toute la saison.

En 2019, Cayenne roule contre des enfants plus âgés que lui, plus expérimentés, plus habitués aux compétitions, aussi. Avec son père, il s’entraîne une fois par semaine et roule le weekend sur les courses. Et un beau jour, l’Europe pointe le bout de son nez …

« Après la victoire à Aspiran, l’ouverture du championnat de France Minivert, on décide de s’engager sur le championnat d’Europe qui se déroule le weekend suivant.

On rentre, et dès le lundi, on s’occupe de son engagement à l’Europe, en Italie.

« Cayenne, tu veux faire l’Europe ? » « Oui. ». »

C’est parti.

« On arrive en Italie, la claque ! Des gros teams de partout, et, nous, toujours à l’arrache. Pas de tonnelle, juste notre camping-car, une caisse à outils, on ne passe qu’une seule moto au contrôle technique. Cayenne était une nouvelle fois le plus petit. »

« Fais ce que tu sais faire, et surtout, amuses-toi mon fils »

« Il claque le 7ème temps chrono et part dans les 5 en première manche avant de la gagner. En seconde manche, il part 15ème et remonte deuxième. Il pouvait attaquer le premier mais on décide de lui dire de temporiser pour le podium. »

Une seconde place en Italie, pour les qualifications à l’Europe de loket, zone Sud-Ouest. Première course Européenne pour Cayenne.

Des déplacements de plus en plus réguliers, de plus en plus loin, de plus en plus couteux. Difficile de trouver des partenaires malgré le niveau affiché en national et en Europe, heureusement, les Danion peuvent compter sur le soutien de Bud Racing pour les tenues pour alléger quelques dépenses, mais pour le reste …

« On était sur l’Europe, on avait eu du soutien de 100% pour les masques, un peu d’huile de la part de Motul et des tenues de la part de Bud Racing via le biais d’Eric Sorby. Bud nous a fait confiance dès la première année et je me dois de remercier Stéphane Dassé ainsi que Husqvarna Pontault Combault. Autrement, on payait tout de notre poche, avec quelques remises. Ce n’est pas parce que Cayenne gagne en national et en Europe qu’on nous aide plus, malheureusement. »

Après 3 victoires de manche lors des qualifications à l’Europe, zone sud-ouest, Cayenne fait l’impasse sur l’épreuve Slovène, la qualification étant déjà assurée.

« Place à la finale de Loket. Aux essais, Cayenne saute sur un pilote qui ne saute pas, gros choc, casque plié. Cayenne serre les dents et fait les chronos. Il ne fait qu’un tour, signe le 7ème temps, avant de chuter lourdement sur une table.

En première manche, le masque est pourri au bout de 2 tours, Cayenne est 10ème. On ne sait pas s’il peut l’enlever, on ne connaît pas le règlement, on n’était pas équipé en Roll-Off, déception.

En deuxième manche, Cayenne sort mal, il subit la pression du weekend et il termine loin. Une finale à oublier. Pourtant, c’était largement possible de viser un top 5. Un pilote Italien qui terminait derrière Cayenne lors des poules termine second d’une manche à Loket, dommage. »

Cayenne Danion – @dailymotocross

Et cette sélection pour la coupe du monde ?

« Coupe du monde, grosse déception. On annonce la sélection de Cayenne en équipe de France de partout et malheureusement, il ne pouvait pas y participer car il était trop jeune, il faut avoir 10 ans minimum pour participer, Cayenne n’a que 9 ans. »

Rideau sur la saison 2019, un titre de champion de France en poche et une seconde place sur la Rookies Cup à un point du premier.

La saison prochaine, Minivert 65 et Europe 65 pour Cayenne. Pour l’heure, toujours scolarisé en CM2!

« La scolarité de Cayenne se passe bien. C’est quelque chose de très important pour nous. On connaît la vie, on a étudié la moto, on sait que tout peu très vite basculer et il faut assurer l’avenir de notre enfant tout en lui donnant les meilleures chances de réussite dans le milieu du motocross.

Pour la saison prochaine, Cayenne vise les meilleurs résultats possibles en Minivert et en Europe.

De notre côté, on fait attention à Cayenne, il faut qu’il ait une vie d’enfant de son âge.»

Remerciements à Stéphane Dassé – Bud Racing – pour le soutien en 2020 !

En septembre Cayenne s’essaye à la 85cc à Machery, toujours en région parisienne.

« C’était une 85cc grande roue. Il roulait très bien. Je lui achète une 85 et on retourne sur le terrain, objectif, préparer le minivert 85cc et refaire l’Europe en 65cc. Malheureusement, la moto rencontre des problèmes de carburation, je demande à Cayenne de ne pas sauter, mais malheureusement, il n’écoute pas, il saute, la moto coupe en l’air et il se blesse au poignet.

Une fois guéri, on fait une course de prairie, il gagne des manches, puis Cayenne retourne s’entraîner en prairie, mais son tempérament ne convient pas à la 85cc, il veut trop attaquer, rouler comme sur la 65cc, mais il est encore trop petit pour correctement tenir sa moto, on décide donc de retarder le passage en 85 et Cayenne repartira en 65cc la saison prochaine. Si c’est pour se blesser, ça n’en vaut pas la peine. »

Un conseil pour les parents ?

« Un conseil ? C’est selon la mentalité de l’enfant. Ne leur gâchez pas leur enfance ni leur jeunesse.  Il faut aussi avoir une bonne relation père/fils selon moi, on voit trop de choses inacceptables sur les terrains avec les parents. »


@Xavier Levergne

Remerciements: RPM moteur et Stéphane Dassé / Bud Racing, pour la saison 2020, Traxx bambs factory, muizon moto universal ride.


Médias