Comment dribbler les whoops par Stéphane Roncada

Comment dribbler les whoops par Stéphane Roncada

C’est en voulant prendre des nouvelles de Stephane Roncada que j’ai retrouvé – dans ma boîte mail – des  échanges – reliques – datants de 2013. À l’époque, Stephane tenait encore son site internet sur lequel il proposait quelques articles et prodiguait des conseils aux pilotes. Rédigés en Anglais, j’avais traduit ces articles pour Stephane afin qu’il puisse les proposer également en Français à ses lecteurs.

Aujourd’hui, on plonge dans les archives et on continue la rubrique SR21 avec les séries de whoops.

Stéphane Roncada.

Personnellement, j’aime les belles séries de whoops – mais seulement sur le terrain d’entrainement la semaine, pas lors d’une course. Je les prenais vraiment vite à l’entraînement, mais arrivé le jour de la course, c’était une autre histoire. Vous n’avez pas le temps de vous concentrer sur cet enchaînement pendant une course, vous devez vous concentrer sur tout ce qu’il se passe autour de vous, sur le reste du tracé, sur les autres pilotes … quand les whoops arrivent, vous n’êtes pas autant préparé que vous l’étiez sur le terrain d’entrainement.

De toute façon, mon sujet porte sur “comment bien dribbler une série de whoops”, pas dans le cadre d’une course. Dribbler correctement une série de whoops est une des choses les plus difficiles à faire au guidon d’une moto – bien sûr tout dépend aussi de la taille et de la raideur des whoops en questions -, c’est bien plus compliqué que de sauter un gros triple ou se lancer dans un enchaînement technique.

Résultat de recherche d'images pour "supercross whoops"

Donc, comment on dribble des whoops ?

Tout d’abord, ça va demander beaucoup d’entraînement, ne vous attendez pas à réussir du premier coup !

Ensuite, il vous FAUT un bon réglage de suspension (encore une fois cela dépend de la taille des whoops), j’ai déjà essayé de dribbler la même série de whoops avec deux motos différentes le même jour, et je n’y arrivais pas avec la seconde moto car les suspensions n’étaient pas du tout réglées pour ces whoops.

Tertio, vous devez adopter la bonne position avec votre corps, et vous pencher le plus possible en arrière à l’approche des whoops n’est pas la bonne solution.

Enfin, il va vous falloir une sacrée paire bien accrochée … dribbler une série de whoops requiert beaucoup d’engagement. Vous ne pouvez pas vous payer le luxe de douter de vous ou d’hésiter, vous devez vraiment y aller en étant confiant pour pouvoir les passer comme un champion.

Premièrement, la position du corps.

Il y a toujours eu un gros malentendu entre les pilotes et les entraîneurs qui pensent qu’il faut se pencher en arrière le plus possible à l’entrée des whoops, et c’est tout simplement la pire chose que vous pouvez faire (Sauf si vous faites 1m90 …).

Se pencher en arrière est la pire des solutions dans les whoops car vous perdez totalement le contrôle de votre roue avant & tout ce que vous pouvez faire, c’est espérer que tout se passe comme prévu.

Si vous regardez quelques vidéos de Jeremy McGrath quand il était au top, portez attention à la position de son corps quand il entre dans une série de whoops. Ses fesses sont toujours en bout de selle mais ses épaules et sa tête restent centrées à la moto, et ses bras sont à moitié fléchis.

J’ai d’abord remarqué ce que Jeremy faisait il y a quelques années, et si vous faites attention, vous verrez Carmichael, Stewart, Reed & beaucoup d’autres tops pilotes négocier les whoops de la même façon: le corps centré sur la moto et non penché sur l’arrière de la moto

In this photo, you can clearly see how James keeps his body neutral on the bike, which gives him much more control

Pourquoi ça marche ?

Après tout, vous devez penser que plus vous êtes en arrière, mieux vous allez dribbler les whoops car vous allez garder la roue avant en haut des arêtes, pas vrai ?

Je n’aime pas vous contredire, mais cela ne fonctionne que quand tout se passe comme prévu, chose qui n’arrive absolument jamais dans les whoops.

Résultat de recherche d'images pour "supercross whoops"

Vous devez garder votre corps centré sur la moto pour pouvoir contrôler la trajectoire de votre roue avant, et non laisser le hasard décider à votre place.

Vos deux roues doivent toucher le haut de chaque whoops (Parfois, quand vous dribblez très vite, la roue avant en manque certains), car si vous manquez l’arête d’un whoops avec votre roue avant, il y a de bonnes chances qu’elle s’écrase ensuite entre les prochains et que vous passiez par-dessus le guidon.

Comment attaquer une série de whoops.

Tant que vous avez le buste et les épaules centrées sur la moto, vous serez capable de “pousser” votre roue avant vers le bas à l’ entrée des whoops pour la forcer à toucher l’arête suivante, tout en gardant vos fesses à l’arrière de votre selle. Gardez un gros coup de gaz tout le long tout en utilisant un ou deux rapports supérieurs (en général, le 4ème rapport est parfait sur une 250 4 temps). Essayez de garder le poids de votre corps bien réparti au centre de la moto, et forcez votre roue avant à rester au même niveau que votre roue arrière pour ne pas louper un whoops.

En gardant une position neutre sur la moto, vous avez bien plus le contrôle que si vous vous penchez en arrière. Ça vous laisse aussi une porte de sortie si vous vous loupez et que vous partez de travers/en avant car vous pourrez réagir en fonction de la situation plutôt que d’être à la merci de votre moto si vous vous penchez trop en arrière.

Ricky is smaller then most riders, so he has to lean back a little farther, but notice how he's keeping his shoulders in the center of the bike and his arms halfway bent.

C’est tout pour aujourd’hui, mais souvenez-vous, dribbler des whoops requiert de l’engagement ! Vous pouvez avoir la meilleure position du corps et les meilleures suspensions du monde, si vous ne vous engagez pas assez & hésitez, vous allez finir au tas. Maintenant, éteignez l’ordinateur & montez sur votre moto, c’est l’heure d’aller rendre visite à votre pire ennemi !


Médias