Darian Sanayei « M’entraîner en Supercross et être prêt pour Anaheim 1 »

Retour aux US pour Darian Sanayei

À l’heure où les contrats MXGP se font de plus en plus rares, Darian Sanayei serait-il sur le point de décliner l’offre de Bike It DRT pour la saison 2020 ?

C’est ce que laisse présager le pilote Américain qui – après une saison 2019 marquée par les galères physiques – souhaite désormais retrouver son pays natal après 4 saisons en Europe.

Darian est déjà de retour en Californie et s’entraînait la semaine dernière avec un certain Cameron McAdoo de chez Pro Circuit Kawasaki. L’objectif, se préparer pour le Supercross et être prêt pour Anaheim 1 en janvier, équipe ou non.

Une interview réalisée par Eric Johnson pour RacerX

Darian, tu viens de finir une nouvelle saison en championnat du monde ?

Oui, j’ai roulé une année en Europe en 2016 puis j’ai fait 3 saisons en championnat du monde en 2017, 2018 et 2019. Donc je suis en Europe depuis 4 ans désormais et en grands prix depuis 3.

Tu planifies de faire des Supercross à l’étranger durant cette intersaison ?

Oui, je planifie de faire le Supercross de Paris et je pense que je vais aussi aller à rouler à l’Aus-X Open et en Nouvelle-Zélande. Je veux en faire quelques uns pour tenter d’être plus à l’aise en Supercross.

Darian Sanayei – 2019

Tu t’es préparé un programme qui va te voir rouler beaucoup en Supercross. Comment ça se fait ?

Rien n’est encore vraiment fait, mais je pense que l’an prochain je roulerai en Supercross, donc je veux trouver la vitesse le plus vite possible. Si tout se passe bien et que ma vitesse est bonne, je pense que j’essayerais le Supercross.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Getting a little more comfy on sx 🍼

Une publication partagée par Darian Sanayei (@dsanayei) le

Donc pas de mondial MXGP l’an prochain si ton programme de Supercross 2020 fonctionne ?

Oui. Pour le MXGP, j’ai un contrat en MXGP avec mon team, l’équipe Bike It DRT. Quand tu as plus de 23 ans, tu ne peux plus rouler en 250. Donc je dois monter en 450. Je sors tout juste d’une mauvaise année en 250 où j’ai contracté le virus d’Epstein-Barr, je n’ai pas pu m’entraîner et je n’ai pas eu de bons résultats … Je n’en ai plus envie. Je ne veux plus vivre en Europe. Je suis tout excité à l’idée d’essayer de monter un programme aux USA. Mon équipe Européenne tente de m’aider un peu et je pense que je vais m’aligner en Supercross l’an prochain.

Est-ce que tu vas garder ton contrat avec Monster Energy ?

Oui. Monster est d’une grande aide. Ce sont probablement ceux qui m’aident le plus dans la situation dans laquelle je me trouve, à faire une transition d’Europe aux USA.

Donc Thomas Covington sera le seul représentant Américain en MXGP en 2020 ?

Je pense bien, mais il ne sera pas tout seul, il est marié maintenant !

Donc quel est ton plan pour rouler en Supercross d’ici 60 jours ?

Pour l’instant, j’ai toujours le soutien de Monster Energy. Je parle à de nouveaux sponsors et il est bien possible que je roule pour Seven et Ethik l’an prochain, avec des casques Shoei. Je pense que je resterai sur Kawasaki, car c’est la moto que je connais. Je suis à l’aise sur cette moto. Mitch Payton de Pro Circuit va m’aider un peu et me fournir de bons moteurs. Mon plan c’est de m’entraîner en Supercross, d’être bon, et d’être prêt pour Anaheim 1.

Il semble que tu sois toujours en phase de recherche de sponsors pour t’aligner en Supercross. Correct ?

On n’a rien. C’est assez dur, mais on va y arriver, on va persévérer. 2019, c’était l’année la plus difficile de ma carrière. J’ai eu un problème au genou, je suis revenu avec Epstein Barr et j’ai pris des semaines de repos par-ci par là avant d’aller aux épreuves. Je n’ai juste jamais retrouvé la santé. En 2019, j’ai dû jongler avec tellement de paramètres.

Après cette saison, je me suis dit que le mieux pour moi, c’était de rentrer à la maison. Je n’ai rien fait pendant 6 semaines, je ne suis même pas allé au sport une seule fois. J’ai pris 6 semaines de repos pour éliminer le virus d’Epstein-Barr complètement de mon système. J’ai repris l’entraînement et le sport il y a 2 semaines. J’en fais désormais beaucoup et je me sens vraiment bien, je suis plutôt positif désormais.

Donc tu essayes de trouver une équipe pour rouler en SX en 2020 ?

C’est ça. Pour l’instant, je suis tout seul et j’essaye de monter mon propre programme. Mon objectif serait d’être devant en Supercross pour pouvoir intégrer une équipe ensuite.

[…]Certains pilotes peuvent tomber malade, se blesser ou autres. Si une équipe a besoin de toi, tu seras là, pas vrai ?

Oui, carrément. Je ne souhaite pas qu’un pilote se blesse, mais c’est un sport dangereux. Ça arrive et il y aura probablement un ou deux guidons disponibles cette année suite à une blessure dans un bon team. Donc il faut que je m’assure d’être dans la bonne position le jour où l’opportunité se présente.

Tu as l’air confiant. Même si tu n’as pas encore de contrat assuré, on peut voir que tu es déterminé et que tu fournis le travail.

C’est ça. Je sais que ça va être difficile. Je n’ai pas de boule de cristal, je ne sais pas ce qu’il va m’arriver dans le futur, si ça va fonctionner pour moi ou non. Je crois en moi et je pense avoir du talent. Si je fais le boulot et que j’avance dans la bonne direction tous les jours, je pourrais au moins dire que je n’ai pas de regrets. Je sens que si je fais tout ça, ça va fonctionner pour moi.

Tu as parcouru le monde entier, tu as roulé dans le monde entier. Tu disposes désormais d’un solide bagage et d’expérience en motocross à l’échelle mondiale. Tu es un pilote de choix pour une équipe qui veut tenter sa chance, hein?

Ouais, pour moi, aller en Europe, ce n’était pas quelque chose que j’avais prévu lors de ma carrière en amateur. C’est quelque chose qui s’est présenté à moi et j’ai pensé sur le long terme. Je sais que tout ça m’a aidé et que ça m’a donné plus d’expérience.

Maintenant, je suis en quelque sorte dans la même position, mais cette fois-ci, sur le retour aux USA.

Ça a fonctionné la première fois, espérons que ça fonctionnera la seconde fois!

RXR Protect

Médias