Des nouvelles de Stefan Everts

Le combat continue pour Stefan Everts.

Stefan Everts a dû se battre cette année pour prendre le dessus sur la maladie – la malaria – contractée en décembre dernier au Congo; déplacement qu’il avait effectué pour participer à une course de charité à laquelle il avait été invité.

L’ancien pilote Belge aux 101 victoires a dû relever, à l’âge de 46 ans, son plus gros défi pour vaincre la maladie.

S’il n’est toujours pas totalement sorti d’affaire, Stefan Everts reste confiant sur la route de la guérison, aussi lente et pénible soit-elle. Le but désormais, retrouver une vie normale, et croquer cette dernière à pleines dents, auprès des siens.

Stefan Everts

« Ça fait 14 ans que j’ai arrêté la compétition, pourtant, j’ai toujours la passion qui brûle en moi. Liam arrive, c’est une nouvelle génération qui est en marche. La compétition, c’est présent tous les jours chez nous, les Everts […]

J’ai passé une période très difficile en décembre dernier, quand j’étais à l’hôpital, il était question de vie ou de mort pour moi. Pendant 2 semaines, j’étais dans un état critique mais je m’en suis sorti. Les médecins se demandent toujours comment d’ailleurs.

Mes reins et mon foie étaient attaqués par la malaria et ils étaient en train de pourrir. Je m’en suis sorti mais c’était difficile. Récupérer n’est pas simple, et ce n’est pas encore ça. J’ai encore de gros problèmes au niveau des pieds. La malaria a détruit mes vaisseaux sanguins donc le sang coagulait et ne parvenait pas jusqu’à mes extrémités, pareil au niveau des mains, des doigts.

Résultat de recherche d'images pour "liam everts"

Liam Everts

J’ai perdu 7 doigts de pieds qui ont été amputé et à ce jour, je souffre toujours de grosses douleurs. J’ai une nouvelle opération de prévue prochainement, une opération de nettoyage. Il va me falloir encore beaucoup de temps pour retrouver une vie normale.

C’est difficile de marcher pour moi car c’est toujours très douloureux, il faut que je fasse attention au yoyo, parfois ça va mieux, parfois ça empire. Je pense qu’il va me falloir une année supplémentaire avant de pouvoir mettre tout ça derrière moi.

La rate fait office de filtre pour le sang et j’ai perdu ma rate en 1992 sur un grand prix en Allemagne. Je n’avais jamais eu de problème à ce niveau-là auparavant. Roger De Coster aussi a perdu sa rate sur un grand prix. Tu peux vivre parfaitement sans, mais dans mon cas avec la malaria, ça a empiré les choses car le parasite présent dans la malaria avait plus de liberté, arrivait à accéder plus facilement dans mon système, à attaquer mes organes …

Résultat de recherche d'images pour "stefan everts"

Stefan Everts

J’étais juste parti au Congo pour une course caritative, je revenais de vacances, j’étais en Jamaïque, ils m’ont contacté avec d’autres personnes et j’ai dit pourquoi pas. C’était un petit événement, sur 5 jours, c’était vraiment sympa.

Je suis rentré et la vie a repris son cours, sans problèmes. Deux semaines après mon retour, je suis tombé malade, comme si j’avais la grippe. J’avais très froid, j’ai été voir le docteur qui m’a donné des médicaments contre la grippe, mais ça s’est empiré et on est allé à l’hôpital.

Ils ont vu directement dans mes prises de sang que c’était la malaria. À partir de là, tout est allé très vite et en moins de 24 heures j’étais dans une situation de vie ou de mort. Ils ont fait tout ce qu’ils ont pu pour m’aider avant de se rendre à l’évidence, c’était à moi de me battre pour survivre, et c’est ce que j’ai fait.

Une période très étrange en y repensant … On m’a donné une seconde chance dans la vie, je suis toujours présent, et je compte bien en profiter encore plus maintenant. »

 Via Zach Osborne – Guest – Stefan Everts

Médias