Dylan Ferrandis « J’ai rêvé de gagner une finale toute ma vie »

Après 3 ans de tentatives, la consécration pour Dylan Ferrandis.

Dylan Ferrandis remporte sa première finale de carrière aux USA hier soir à Seattle sur un circuit technique & glissant qui aura fait bon nombre de victimes.

En finale ce samedi soir, Dylan répond aux attaques du leader des points Adam Cianciarulo, il garde le cap malgré la pression et s’empare enfin de la victoire, partageant sa joie avec le public du Centurylink Field stadium.

Dylan revient sur sa victoire, au micro de VitalMX.

Dylan, ta première victoire, félicitations, ça en aura pris du temps.

Comme tu dis….ENFIN !….

Après 3 ans aux USA à courir après mon rêve, à faire tout ce que je pouvais jour après jour pour être un meilleur athlète, un meilleur pilote et faire de mon mieux.

Je ne suis pas passé loin de la victoire à plusieurs reprises, j’ai pas mal de secondes places au compteur, et enfin ma première victoire, je suis super content, j’ai enfin mon nom sur la liste des vainqueurs de finale.

Tu avais la vitesse, on savait que ça arriverait tôt ou tard

C’est ce que tout le monde me disait chaque week-end, quand je fais le meilleur temps aux chronos j’entends « ce soir, c’est ton tour » mais je finis souvent second et j’imagine qu’il y a une raison à ça.

Ce soir, on l’a fait, et je vais profiter de ce moment.

Étrange finale, ton coéquipier part devant, puis il tombe juste devant-toi…

C’était tendu … Tout le monde tombe, à chaque course il y a des chutes.

Mais quand c’est ton coéquipier…

Tu sais, on s’entraîne ensemble, on passe du temps ensemble, dans le semi-remorque on est toujours ensemble, on est ami, le voir tomber comme ça…. Tu ne sais pas, peut être qu’il est blessé, tu y penses un peu.

Quand j’arrivais dans l’enchaînement où Colt est tombé, je me disais « fait gaffe, c’est là qu’il est tombé ».

Ce n’est pas évident à gérer, ce n’est pas le genre de chose qu’on aime voir.

J’ai essayé de rester concentré, j’ai roulé un peu trop prudemment je pense, c’est pour ça qu’Adam est parvenu à revenir juste derrière moi…

Mais bon, je gagne, c’est le plus important.

Tu envoies le quadruple dans un des enchaînements, je ne sais pas si c’est être très « prudent ».

C’était plutôt facile, j’ai fait un quadruple aux essais, un autre plus tard, mais je ne voulais pas le montrer à tout le monde donc je ne les ai sautés qu’une fois.

En heat j’ai refait un des quadruples, mais de nouveau, qu’une seule fois, pour le garder « secret », puis je l’envoyais à chaque tour lors de la finale.

Parfois, un quadruple n’est pas si dangereux, bien sûr tu peux te mettre par-devant, voir court, la première fois.

Mais quand tu connais la vitesse qu’il faut pour le sauter, ce n’est pas si dangereux que ça.

Un enchaînement peut être plus dangereux s’il est vraiment raide, ou très technique, comme celui où Colt est tombé.

Pas un terrain facile, très glissant, les whoops très techniques.

Pour moi, c’était un des meilleurs circuits de l’année, la terre n’était pas si bonne, très glissante, mais le design du tracé était parfait, des obstacles raides, quelques quadruples, de gros whoops, de quoi faire la différence.

Quand tu es pilote pro, tu veux des circuits difficiles pour pouvoir faire la différence.

Les whoops étaient vraiment compliqués ce soir, mais c’est bon pour le sport, les meilleurs restent les meilleurs, ceux qui sont moins rapides galèrent plus, pour nous c’est plus simple, le travail fourni la semaine paye plus le weekend sur des circuits techniques.

Tu parlais plus tôt de David Vuillemin qui est une inspiration pour toi, quand Vuillemin  & Roncada gagnaient des courses à l’époque… Et ce soir, deux Français gagnent.

Je ne me souviens pas vraiment de la course en 2000, j’avais 6 ans.

Quand j’étais gamin je regardais le Supercross, c’était génial, c’était mon objectif de venir ici, et de voir des pilotes français rouler ici ça me motivait encore plus.

On a vu Vuillemin, Pourcel, Marvin, même quand Marvin est venu, j’étais encore jeune et je ne savais pas si j’allais pouvoir venir rouler aux USA un jour.

Je ne sais pas pourquoi, mais en France on aime vraiment le Supercross, c’est comme ça .

J’ai rêvé de venir rouler en Supercross aux US toute ma vie et de gagner une finale….

Gagner, c’était tout en haut de ma liste, maintenant, c’est dans la boîte, c’est juste génial.

Qu’est-ce que DV t ‘apporte ?

Je ne saurais pas trop t’expliquer en anglais …

Lui et ma femme sont les deux personnes qui m’aident le plus à atteindre mes objectifs, ils sont là tous les jours, chaque semaine depuis 2 ans …Enfin, ma femme un peu plus [rires].

Ils font tout ce qu’ils peuvent pour moi, c’est génial, c’est dur de m’exprimer en anglais, j’ai du mal à trouver les mots pour t’expliquer.

Un message en Français pour les fans à la maison ?

En France, ils verront la course demain matin, dans quelques heures, ils verront la course et je pense que certains seront contents de me voir Marvin & moi sur la plus haute marche du podium.

J’ai hâte de me réveiller demain et de voir tous les messages sur mon téléphone, ça va être fou.

Je suis vraiment content, cette victoire est d’abord pour moi, je travaille dur tous les jours pour ça.

Médias