Dylan Ferrandis « Je savais qu’il était trop tard pour le championnat »

Dylan Ferrandis n’a pas démérité cette saison.

S’il loupe le titre outdoor de 20 points au profit d’Adam Cianciarulo, Dylan Ferrandis réalise la plus belle saison de toute sa carrière en 2019. Champion de Supercross côte Ouest, vice-champion de motocross 250, Dylan a tout donné et ne peut avoir aucun regret. Adam et Dylan ont clairement été au-dessus du lot en outdoor cette saison. Avec la montée du pilote Kawasaki en 450 l’an prochain, Dylan Ferrandis sera inévitablement le plus gros client  en 2020. Pour Dylan, place au repos, aux vacances, aux cocktails, et tout ce qui va avec.

Un repos largement mérité – Une interview signée Steve Matthes.

Dylan, 1-1, une bonne journée, même si tu ne décroches pas le titre.

Oui, une bonne journée. Je suis venu ici pour gagner la dernière épreuve et terminer sur une bonne note et c’est ce que j’ai fait. Je suis fier et content d’y être parvenu. Je savais qu’il était trop tard pour jouer le championnat donc je ne me suis pas vraiment concentré sur ça.

Je suis content de finir la saison sans blessure. Une belle saison, la plus belle de ma carrière jusqu’à présent. Terminer comme ça, c’est bon pour le moral. Je peux aller en vacances content, profiter, me relaxer tranquillement maintenant.

Quand Justin t’a doublé en première manche, tu t’es demandé ce qu’il faisait ?

Je ne sais pas trop comment le dire avec mes mots. Mais si j’avais un coéquipier qui se battait pour le championnat …. Si le team me demande de faire quelque chose pour aider j’aiderais. Justin a décidé de ne pas le faire. Sur la moto, tu es seul, tu prends tes propres décisions, j’étais un peu déçu de lui mais au final je m’en fiche car je lui ai montré que j’étais meilleur que lui et c’était le plus important.

Parfois, j’ai l’impression que mes coéquipiers et les autres pilotes qui sont un peu plus lents que moi ou Adam le laissent passer quand il arrive, lui ouvrent la porte, mais quand c’est moi, ils veulent toujours se battre. C’est ce que j’ai ressenti cette saison. Je ne sais pas si j’invente ou si c’est vrai, mais c’était spécial lors de certaines manches.

Pour Justin, quand je l’ai doublé, j’ai un peu eu l’impression qu’il a ensuite laissé Adam passer et du coup pour le championnat, c’était cuit.

Tu as trouvé des lignes ? C’était au physique ? Qu’est-ce qui t’as permis de le reprendre et de le doubler ?

Ils ont un peu travaillé sur le circuit avant la première manche et je n’avais pas de bonnes trajectoires pendant les 3 premiers tours. Ils avaient aussi arrosé le circuit, je pense que j’étais un peu trop sur la réserve. Justin était très agressif et il m’a passé, j’étais surpris.

Après ça, je me suis reconcentré, j’ai changé mes traces, j’ai testé différentes choses. À la fin, le physique est rentré en compte. Cette saison, je me sens vraiment en forme de ce côté-là bien que je sois un peu fatigué actuellement. J’ai juste envie de m’asseoir et de boire un cocktail, je suis claqué. C’était une longue saison, mais je suis content d’avoir pu la terminer de cette façon.

Tu perds le titre de 20 points, tu m’avais dit à WW Ranch que c’était dur de se remotiver après ton titre de Supercross. Quand tu regardes ta saison, c’est ça qui a fait la différence ?

C’est clair. Je n’étais pas dedans lors des trois premières épreuves. J’ai donné tout ce que j’avais, mon pilotage et ma vitesse étaient là, mais lors des départs, je n’avais pas la motivation nécessaire pour me battre d’entrée de jeu pour remonter et jouer les victoires. C’est vrai que j’étais tellement content de gagner mon premier titre qu’au final ça m’a coûté en motocross. J’ai tout de même repris des points sur Adam, j’ai gagné des courses, mais les courses qui m’ont fait perdre le championnat, c’était Millville et Budds Creek.

C’est étrange, ça fait 3 ans d’affilée que je galère sur ces deux circuits et je ne suis jamais monté sur le podium de manche lors d’une de ces épreuves, je ne sais pas pourquoi. L’an dernier, je n’étais pas au point avec la vitesse, la technique. Cette année, c’est la faute à de mauvais départs, à des erreurs. Je me suis cassé le scaphoïde à Budds Creek il y a quelques années, des erreurs, des mauvaises décisions, un gars qui roule dans le mauvais sens sur le circuit dont on ne va même pas parler …

Médias