Jeffrey Herlings « Même pour moi, c’était dur ce weekend »

« Tim sera un des plus gros concurrent cette saison, c’est certain »

Jeffrey Herlings a bien faillit tomber sur un os à Valkenswaard ce weekend; cet os ? Tim Gajser.

Dominé par le Slovène devant son propre public lors de la première manche MXGP, Herlings n’est pas passé bien loin de se faire détrôner dans le sable. Pour rappel, Jeffrey Herlings n’a été battu qu’une seule fois pour la victoire à Valkenswaard, par Gautier Paulin, en 2017.

Battu par Jasikonis lors de la manche qualificative, battu par Tim Gajser en première manche, Jeffrey Herlings a mis tout le monde d’accord en terrassant la concurrence en seconde manche en mettant un tour au sixième sur la route de son 9ème succès à Valkenswaard.

Deuxième grand prix de la saison et deuxième victoire pour Jeffrey Herlings. On revient sur le weekend du Néerlandais avec l’intéressé.

Jeffrey Herlings

« C’était une journée difficile à la maison. Le circuit était vraiment défoncé, je n’ai jamais roulé à Valkenswaard dans de telles conditions, je n’ai jamais vu le circuit en arriver là et se dégrader comme ça.  La boue n’était pas vraiment le problème, mais la surface était vraiment étrange. Normalement, le terrain se défonce mais reste rapide, là à cause de la pluie, on avait un tracé différent de d’habitude.

Ce n’est pas très cool de le dire comme ça, mais ça ressemblait à un tracé plus typé amateur car on roulait moins vite, les trous se formaient différemment et il y avait beaucoup plus de trajectoires sur les sauts, entre autres. Même pour moi, c’était dur ce weekend. Si on regarde bien dans la seconde manche, on voit qu’on a mis un tour au 6ème, dans un scénario plus habituel, sous le soleil avec 25 degrés, ce genre de situation ne se présenterait pas à Valkenswaard. Ça prouve que le circuit était différent des années précédentes, c’était difficile, c’est certain. C’était un mix de motocross et d’enduro car il fallait suivre les longues ornières, rester concentrer, essayer de ne pas tomber, être patient en doublant les retardataires car les bonnes lignes étaient rares, c’était un tracé exigeant.

On s’est bien battu avec Tim, surtout dans la seconde manche, on attaquait vraiment fort et on a creusé un gros écart sur le reste du plateau. En fin de journée, je peux dire qu’on a fait du bon boulot , je suis très content des changements qu’on a fait sur la moto le samedi soir, nos ajustements ont parfaitement fonctionné le dimanche; je me sentais bien sur la moto, je suis parti second de la première manche et j’ai signé le holeshot en seconde manche, ça m’a rendu les choses plus faciles, surtout dans cette boue. 

Je suis content qu’on ait survécu aux deux premiers grands prix dans ces conditions difficiles, j’espère qu’on aura une météo plus clémente dans deux semaines en Argentine pour que le vrai championnat commence, car là, en ce début de saison, on était plutôt en mode survie. L’équipe a fait du bon boulot, alors merci à elle. On a eu une année difficile l’an dernier, on n’a pas roulé ici, mais cette année, on est de retour et je remporte mon 9ème grand prix ici; j’espère aller chercher ma 10ème victoire l’an prochain.

C’est important de gagner à domicile pour moi, mais en fin de weekend, je ne gagne pas plus de points en gagnant ici qu’ailleurs. Forcément, j’étais vraiment motivé pour gagner en seconde manche, je savais que j’allais avoir besoin d’un bon départ et j’ai été en mesure de signer le holeshot; j’ai pu me concentrer sur ma propre course et on a eu de la chance de rester au sec pendant cette manche; ça m’a aidé. Oui je voulais gagner, si tu me demandes si je préfère gagner ici ou en Indonésie, je te répondrais que je préfère gagner ici chez moi, mais au final, peu importe où l’on se trouve, j’essaye d’être le meilleur possible aux 4 coins du monde et à chaque course. Rouler à la maison, c’est sur que c’est très motivant.

Difficile de dire si Gajser me poussera plus que je n’ai jamais été poussé cette saison. En 2018, j’ai été mis à l’épreuve, on ne m’avait jamais autant poussé et j’ai absolument tout donné, je me suis rongé les os et les dents chaque weekend contre Antonio Cairoli; j’ai dû tout donner. Difficile de juger après 2 épreuves. Tim n’a pas gagné 3 titres en championnat du monde par hasard, il y a une raison à cela. Tu peux gagner un grand prix avec un peu de chance, mais pas trois championnats, et ça, ça prouve que Tim est un pilote de grande classe et un athlète de haut niveau. Tim sera un des plus gros concurrents cette saison, c’est certain, mais je n’écarte personne du coup. Pour l’heure, c’est sur qu’on va avoir quelques belles bagarres. Je veux que ça reste propre entre nous et que le meilleur gagne. Ce sera une belle saison.

Je suis content de démarrer la saison aussi bien, l’an dernier, je n’étais même pas derrière les grilles de départ au début de la saison alors forcément ce début d’année se passe bien mieux. Je suis vraiment content, on a fait du bon boulot à l’intersaison. C’est une longue saison mais beaucoup de choses sont déjà arrivées, beaucoup de pilotes se sont blessées, ont déjà été contraints à l’abandon, et plus encore. Beaucoup d’autres choses vont arriver cette saison, le plus important pour moi, ce sera de rester régulier, c’est vraiment l’objectif cette année, en plus d’être présent à toutes les épreuves, chose que je n’ai pas réussi depuis de longues années. Ma priorité, c’est d’être là, d’être régulier, et de me battre devant. »


Médias