Jerry Robin « J’espère pouvoir rentrer dans le top 10 »

Un privé parmi les officielles

Jerry Robin, 21 ans, n’aura loupé la qualification qu’une seule fois cette année sur la côte Ouest. Il signe son meilleur résultat de carrière à Oakland en terminant 12ème de la finale. Doucement, surement & surtout discrètement, Jerry dévoile son potentiel en Supercross.

Jerry ne compte pas en rester là, si c’est la première année qu’il participe à la totalité du championnat de Supercross 250, il entend bien réussir à placer de nouveau sa 250 KTM de pilote privé devant les officielles.

Et si vous voyez Jerry de sortie sur sa 125, pas d’inquiétude, il a juste un petit faible pour le 2 temps.

Josh Mosiman s’est entretenu avec Jerry Robin pour parler de son début de saison et de son programme en tant que pilote privé

Tu réalises une belle saison jusqu’ici, qu’est-ce que tu en penses ?

2019, c’est ma meilleure année jusqu’à présent. Même si j’ai parfois levé le pied pour m’assurer un résultat solide et terminer mes finales. J’adore ma moto, changer pour KTM était une bonne décision, avant, je roulais Honda.

Avec le passage sur KTM, je sens que je progresse graduellement, aux qualifications et sur la moto.

À Oakland, je termine 12ème de la finale, je me rapproche du top 10 et des pilotes usines.

Ce n’est pas évident, mais même en terminant 12ème je finis devant 2 pilotes usines. J’espère pouvoir rentrer dans le top 10 prochainement.

Qu’est-ce qui fait que ta saison 2019 est différente des précédentes ?

Je pense que le tournant de cette année, c’est d’être venu m’installer en Californie. J’y vis depuis le 1er décembre.

Quand tu es ici avec tous les pilotes usines, il t’arrive de rouler avec eux la semaine et tu peux jauger ton niveau. En plus, toutes les entreprises avec lesquelles je travaille sont en Californie, donc si j’ai besoin de changer une pièce, il me suffit de m’y rendre et de la faire changer ! C’est super pratique.

Tu peux t’occuper de ta moto et tu peux voir ou tu te situes en roulant avec les autres pilotes, ça aide mentalement et physiquement.

 

 

Pourquoi être passé de Honda à KTM ?

La raison principale, c’était le coût, la KTM coûte un peu plus à l’achat, mais tu n’a pas besoin de dépenser 4.000$ dans un moteur.

J’ai roulé sur la KTM d’un de mes potes, et j’ai adoré le cadre en acier. J’avais l’impression de n’avoir aucun effort à fournir, c’est ce qui m’a vraiment décidé à faire le changement.

Si tu n’as pas dépensé 4.000$ pour ton moteur, quel genre de modifications as-tu apporté à ta moto ?

Race Tech a fait le boulot sur mon moteur. Je roule avec la fourche d’origine OEM WP AER et l’amorto d’origine OEM. Race Tech s’est occupé de mes suspensions aussi.

C’est quoi le plus cool quand tu es un pilote de Supercross ?

Le plus cool, c’est de pouvoir regarder les cérémonies d’ouverture. Quand tu es un pilote 250, tu restes dans les coulisses et tu assistes aux cérémonies d’ouverture.

Tout le monde regarde ce que les autres font lors de la cérémonie d’ouverture, c’est probablement la chose la plus cool, entrer dans la « zone » et se préparer à aller rouler.

Avec qui travailles-tu à l’entraînement ?

Je bosse avec Chris Hay, il bossait avec Tommy Searle à l’époque.

 

J’aime ce qu’on fait avec Chris et je pense qu’on a un bon programme en cours, à l’approche des dernières épreuves de la saison de Supercross et à l’approche de l’Outdoor.

 

Je me sens fort et en forme physiquement.

 

 

Il reste 4 épreuves avant de passer à l’outdoor, quel type d’entrainement fais-tu avec Chris ?

Je ne fais pas trop de musculation à la salle. Avec l’outdoor qui approche on est plus concentré sur des séances de cardio / endurance. En Supercross, ton rythme cardiaque est bien plus élevé qu’en motocross.

Avant, je faisais un peu plus de muscu que je n’en fais maintenant. Avec Chris, on fait un peu plus de roulage moto et des sorties de récupération à vélo.

On ne fait rien de fou à la salle, juste quelques exercices de gainage ici et là.

De base, je suis assez fort, je n’ai pas vraiment besoin de faire beaucoup de muscu, alors je fais juste mes manches et du vélo pour la récupération.

Qui t’aides en 2019 ?

J’ai beaucoup de personnes qui m’aident !

J’aimerais remercier Cory McFadden de FCC et Tom Gary de Sign Nation, Alpinestars, 6D, 100%, FXR, FMF, EVS, ODI, Voretex Chain and Sprockets, Race Tech, Hinson Hammer nutrition, Traction MX, et le centre d’entraînement South of the Border.

 

Via M.A.M

Médias