Joey Savatgy « Tout le monde s’attendait à ce que je sois le plus mauvais des rookies »

« Ils m’ont signé, et dès le début ils m’ont dit « On a pris un risque avec toi, on a été à l’encontre de l’avis de beaucoup de gens » 

Après une solide première saison en 450 avec l’équipe Monster Energy Kawasaki, Joey Savatgy s’est retrouvé à la recherche d’un guidon fin 2019 suite à la signature d’Adam Cianciarulo au sein de l’équipe usine Kawasaki, en lieu et place de Joey Savatgy. Joey Savatgy semble avoir mis du temps à trouver une nouvelle crèmerie mais c’est désormais chose faite avec l’équipe JGRMX Suzuki. On retrouvera Joey en jaune la saison prochaine outre Atlantique … Sans rancunes.

Joey Savatgy

« On est dans une industrie qui n’est pas terrible, pas très loyale, c’est un peu chacun pour sa peau. Si un jeune arrive et qu’il roule bien, il faut s’en méfier, car c’est peut être celui qui viendra prendre ta place. Honnêtement, à un moment lors de la saison de Supercross, je me suis dit qu’ils (Kawasaki) allaient surement me prolonger. Je pensais que je ramenais des résultats meilleurs que ceux qu’ils espéraient et qu’ils allaient se dire qu’ils voulaient me garder. Il n’y avait pas de discussions à ce sujet-là, mais moi, je me disais ça. Je terminais 6ème, 5ème, je me battais pour les victoires en heat, on aurait dû monter sur le podium en enlevant certaines erreurs. Chaque weekend, on était en haut du tableau lors des essais, au niveau des chronos, on voyait que j’avais la vitesse et je pensais que les gens allaient voir que j’étais légitime.  Au début de la saison, le but était de rentrer dans les 10 et de voir à partir de là. J’ai terminé 7ème lors du triple crown mais je me suis dit que je pouvais mieux faire, j’ai terminé 5ème par la suite et je me suis dit « Cool ! » mais j’ai terminé une nouvelle fois 5ème et là, ça craignait. Les objectifs ont été revus à la hausse, tu deviens distrait, tu penses un peu trop, et plutôt que de t’en contenter, tu en veux toujours plus. C’est clair qu’à un moment je me suis dit qu’on roulait vraiment bien, les gens étaient surpris, et Kawasaki avait pris un risque en me signant avec eux pour la saison 2019, risque payant.

Résultat de recherche d'images pour "joey savatgy 2019"

Les gens viennent me voir et me disent que je dois être énervé que Kawasaki ne m’ai pas gardé, mais pas du tout. Je suis très reconnaissant envers Mitch Payton qui m’a donné l’opportunité de rouler sur sa moto, je suis reconnaissant envers Kawasaki en général. 2018 était une année compliquée pour moi, mon équipe, mentalement … On a galéré, on n’a pas eu beaucoup de bons résultats, on n’a pas gagné beaucoup de courses, ce n’était pas une bonne année. Dans ma position, c’était ma dernière année en 250, et dans ce cas tu veux vraiment connaître une bonne saison et ce n’était pas le cas pour moi, au contraire, c’était la pire année que j’ai connu. Beaucoup de choses étaient contre moi, je pensais qu’ils n’allaient pas me donner ma chance et ça aurait été de ma faute car je n’avais pas performé. Ils m’ont signé, et dès le début ils m’ont dit « On a pris un risque avec toi, on a été à l’encontre de l’avis de beaucoup de gens ». À partir de là, tu te dis que tu veux faire fermer la bouche de ceux qui disent du mal sur toi. Quand j’ai signé chez Kawasaki en 2019, j’ai arrêté d’aller sur les réseaux sociaux car ça devenait du délire …. L’année a commencé difficilement, j’ai connu une première épreuve difficile, une seconde épreuve encore plus difficile. On a trouvé des solutions lors de la troisième épreuve et dès la quatrième, j’ai gagné la heat. D’un côté je me disais « Fait les taire » mais d’un autre je ne voulais pas prendre trop confiance car il y a beaucoup de pilotes très rapides et très talentueux derrière la grille. Tu veux prouver ce que tu vaux, mais tu ne veux pas manquer de respect à tes adversaires, tu roules contre des champions. Il fallait trouver l’équilibre. Être respectueux mais ne pas se faire marcher dessus. Je mentirais si je disais que ramener ces bons résultats n’a pas fait du bien, car je savais que ça faisait taire les sceptiques, ceux qui disaient « Ils vont abandonner dès la 3ème épreuve de la saison ».

Plessinger, Osborne, Hill et moi, on montait tous en 450 et tout le monde s’attendait à ce que je sois le plus mauvais des rookies. »

Résultat de recherche d'images pour "joey savatgy 2019"

Extraits tirés du podcast Exhaust #76 avec Joey Savatgy


Médias