Justin Cooper « Je savais que je pouvais le faire »

Depuis le début de la saison de Supercross 250 côte est, Justin Cooper est monté sur 4 podiums, il occupe actuellement la 3ème place du classement provisoire, à 2 petits points du second, Chase Sexton.

À Indianapolis samedi soir, Justin se fait sortir lors du premier virage de la finale. À la fin du premier tour, il pointe à la 14e place. Auteur d’une remontée de folie,  il a dépassé son coéquipier Mitchell Oldenburg dans le tout dernier tour pour monter sur la troisième marche du podium.

Chase Yocom de MotoXAddicts est allé à la rencontre de Justin Cooper (Le fichier audio est disponible ci-dessous)

Honnêtement, tu es celui qui réalise la course la plus impressionnante à Indy, tu pars très loin en finale et tu es revenu jusqu’à la 3ème place. Comment as-tu fait pour doubler autant de pilotes et où arrivais-tu à les doubler ?

C’était compliqué, j’ai été poussé hors de la piste dans le premier virage, je savais que j’allais devoir fournir un gros effort pour remonter.

Franchement, je n’avais pas vraiment d’endroit spécifique pour doubler, je suis resté 7ème derrière un pilote pendant 4 ou 5 tours, je n’arrivais plus à doubler.

Je me suis retrouvé à côté d’un pilote et il m’a coupé en deux. Il fallait presque que j’attende une erreur d’un pilote pour pouvoir le doubler.

Une fois que je me suis mis dans le rythme, j’ai pu doubler les pilotes qui me ralentissaient.

Une fois 5ème j’avais encore beaucoup de temps à reprendre sur les pilotes devant, sur le 4ème, et le 3ème.

J’ai mis la tête dans le guidon, jeté un œil sur le chrono, j’ai fait ce que j’ai pu, j’étais fatigué après la mi-course.

Je voulais monter sur le podium, je savais que je pouvais le faire, mais que ça allait demander beaucoup d’efforts.

@Yamaha Racing

Tu ne lâches pas l’affaire, pourtant tu sembles être un gars réservé qui ne fait pas de vagues […] Tu passes Oldenburg dans le dernier tour, tu devais être super content.

J’étais 6ème, et mon mécanicien me panneaute le message « Podium ? », j’ai jeté un œil devant, j’ai regardé sur l’écran qui était en 3ème position, puis j’ai trouvé où était  Oldenburg sur le circuit.

Une fois que je suis passé 4ème, il ne restait plus que 3 ou 4 tours et honnêtement, il y avait un bel écart à reprendre, je ne savais pas si j’allais pouvoir rattraper mon retard.

Je l’ai vu faire des erreurs, et j’étais de plus en plus proche de lui, je l’ai vu prendre l’extérieur après la ligne d’arrivée, je savais que j’étais rapide à cet endroit et que si j’arrivais à être plus proche de lui je pourrais le doubler à l’intérieur et c’est exactement ce que j’ai fait.

J’ai pris l’intérieur, on était côte à côte, j’ai gardé les gaz en grands, ça nous a un peu fait foirer notre sortie de virage mais c’était ma meilleure opportunité et je l’ai saisie.

Comment as-tu trouvé le circuit ? Tu viens de la côte est, tu dois avoir l’habitude de cette terre et des circuits bourrés d’ornières. Mais il semblait super technique, surtout dans les whoops.

Tu sais quoi, le plus dur, c’était de doubler les pilotes, il y avait tellement de gars devant moi, j’essayais de gagner du temps, et ils se foiraient dans les enchaînements, c’était flippant.

J’essayais d’envoyer les enchaînements pour pouvoir doubler, mais certains d’entre eux les rataient, c’était dangereux.

Je n’ai même pas pu vraiment voir le circuit, j’étais toujours derrière un pilote, j’ai fait quelques tours propres vers la fin de course, c’est là que je semble exceller le plus. Le circuit était défoncé, surtout les whoops, j’essayais de les sauter à chaque tour. Il fallait rester concentré, et c’était dur parce que j’étais fatigué

@Yamaha Racing

Tu es en quelque sorte un rookie du Supercross, seulement une course au compteur l’an dernier avant ta blessure. Comment arrives-tu à rester si calme et en contrôle ?

Eh bien, il le faut, il faut rester calme, garder le contrôle, tu ne peux pas rouler au-dessus de tes pompes. C’est pour ça que je me suis blessé l’an dernier. Pour ma deuxième année, je ne voulais pas refaire les mêmes erreurs.

Il faut rouler à son niveau, laisser les choses venir à soi, c’est comme ça que j’ai décidé de fonctionner cette année. Je pense qu’il est temps pour moi d’attaquer un peu plus, c’est ce que j’ai essayé de faire mais je n’ai pas eu de chance dans le premier virage.

J’aurais aimé que cet incident n’arrive pas, j’aurais fait un bon départ sinon, dans les 3 premiers je pense, et j’aurais pu rester avec les pilotes de tête et pourquoi pas les attaquer, on ne sais jamais…

J’étais le pilote le plus rapide en fin de course donc j’avais l’énergie et la vitesse pour rouler devant…. mais tu ne peux pas partir 20ème et espérer rouler devant …

Tu as 21 ans maintenant, tu es probablement un peu plus mature que la plupart des autres pilotes qui arrivent chez les pros très jeunes et sont un peu moins expérimentés, est-ce que le fait d’attendre un peu avant de passer pro t’a aidé selon toi ?

Oui je crois, j’étais censé passer chez les pros un an plus tôt en réalité, mais je me suis blessé à Loretta Lynn’s. Il était prévu que j’arrive chez les pros en tant que pilote privé.

C’est probablement la « meilleure » blessure possible, ça m’a permis d’avoir un guidon pour rouler l’année suivante avec Star Racing Yamaha, entre pilote privé et Star Racing, il y a une sacrée différence. C’était une opportunité de dingue de pouvoir bosser avec eux.

J’étais déjà mature en arrivant, mais évidemment je suis toujours un rookie, j’ai encore beaucoup à apprendre, quand tu te pointes ici, tu ne sais pas trop à quoi t’attendre.

Il me reste encore beaucoup à apprendre mais je pense qu’avec mon niveau de maturité j’ai pu apprendre un peu plus vite qu’un jeune de 16 ans ne le ferait.

Je suis content de rentrer chez moi, de pouvoir profiter un peu de la pause même si je vais rouler un peu en motocross.