Ken Roczen « Et s’ils titraient Eli ? »

« je n’ai pas vraiment à me préparer pour quoi que ce soit. »

Arrivé a égalité de point avec Eli Tomac à Daytona le 7 Mars dernier, Ken Roczen a mené les 14 premiers tours de la finale avant de se faire déborder par l’officiel Monster Energy Kawasaki à 4 tours du drapeau à damiers. Conséquence, Tomac compte désormais 3 points d’avance sur le pilote HRC après la 10ème épreuve d’un championnat – disputé – qui pourrait vraisemblablement avoir déjà touché à son terme pour la saison 2020.

Pour Ken – comme pour tous les autres – il faut désormais attendre et croiser les doigts pour que tout revienne à la normale. Extraits tirés d’un entretien entre Jason Weigandt et Ken Roczen, à retrouver dans son intégralité en cliquant ici (RacerX)

Ken Roczen

« Justin Brayton me disait « Ca va aller ». Il se moquait de moi et je lui ai mis dans les dents. J’ai décidé de ne pas signer d’autographes à Daytona et je suis passé pour un fou. Pourtant, je fais toujours tout pour mes fans. Mon système immunitaire n’est plus ce qu’il était, et les gens avec des problèmes de systèmes immunitaires … […] Parfois, il faut que je fasse ce qui est le mieux pour moi. 

[…] Tout était plutôt normal, la course devait avoir lieu, et d’un coup,avant même qu’on ne s’en rende compte, tout s’arrête. J’étais au téléphone avec Brayton, on parlait et il me dit « Tu sais que la course pourrait bien être annulée ? » et j’étais là « Quoi ?! ». On était à deux doigts de partir pour l’aéroport 20 minutes plus tard. On a retardé nos vols de 17h à 21h30 pour voir si on avait plus d’informations. Puis plus tard, on a su que la course était annulée. Je sais que Chase Sexton et d’autres étaient déjà dans l’avion pour aller là-bas lorsque ça a été annoncé, heureusement je n’y suis pas allé. Je n’ai pas pris l’avion depuis Atlanta, c’est plutôt cool. À partir de là, ça a été de pire en pire mais je savais que ça allait être comme ça. Quand un truc de ce genre se produit, ça s’empire toujours avant de s’améliorer.  

[…] Dieu sait quand on va reprendre le championnat. Mai, Juin ? Pour l’heure, je suis une personne normale, je fais un peu de vélo et ça m’aide. Je reste en forme. Je peux attaquer un peu plus à l’entraînement la semaine car je ne roule plus le weekend. Je n’en fais pas trop non plus, je fais un peu de bateau. J’étais à la muscu un peu plus tôt. Je fais un peu ce que je veux. […] Hier, on a bossé dans le jardin pendant 3 heures, normalement je ne fais pas cela car ça m’empêche de bien récupérer mais pour l’instant, je n’ai pas vraiment à me préparer pour quoi que ce soit.

[…] Idéalement, je préférerai être trois points devant Eli que trois points derrière. Quand toute cette histoire à commencé, je me suis dit « Et s’ils titraient Eli ? ». Je n’ai jamais été aussi loin dans une saison en roulant aussi bien, en étant en lice pour le titre. Et d’un coup, tout pourrait être terminé, mais pas moyen qu’ils fassent ça, donc je ne m’inquiète pas trop pour l’instant. [..]

J’attends juste l’appel. Sinon, je bosse dans mon jardin, je fais du bateau, je m’entraîne et je maintiens ma condition physique. Ça me donne une opportunité de franchir un nouveau cap de façon méthodique. C’est bon mentalement d’avoir une pause. Ça craint que ce virus touche à la santé. Je ne veux pas que les gens pensent que je suis content que tout cela arrive, ce n’est pas du tout le cas, évidemment. Mais c’est comme ça pour l’instant, donc autant essayer de tirer le meilleur parti de la situation. […]

[…]Il y a beaucoup du respect entre Eli et moi à chaque fois qu’on roule… Je ne suis même pas sûr qu’on soit déjà allé au contact. C’est le côté fun de la course. Parfois, on se doit de doubler, c’est comme ça, mais on a toujours été propre. Je n’ai aucun problème avec lui. […] Je lui ai envoyé un message l’autre jour, quand tout s’annulait, pour lui demander son avis à propos des doubles épreuves et de tout ce qu’on entendait; on a discuté un peu. Autrement, on ne parle pas beaucoup, Eli fait ses trucs de son côté, on a deux personnalités différentes.

[…] Je suis fier de ma saison… L’an dernier, vu comment j’ai galéré physiquement et mentalement, c’était trop dur et j’avais la tête ailleurs. Je me battais contre cette merde. Ça peut devenir très dur parfois. Ceci étant dit, je suis très fier de moi et des personnes qui m’entourent; surtout mon équipe, car ils voient tout ce qu’il se passe. Sur certaines épreuves, on galérait avec un truc, ou un autre, et on a toujours fait au mieux. Ça craignait pour moi car on voulait toujours gagner. […] Je ne sais même pas ce que je ferais si je gagnais le championnat, j’en suis si proche. J’ai les yeux qui pétillent plus que jamais après une belle soirée. Je veux juste être dans la course au titre. J’en ai marre d’arriver à la moitié de saison et d’avoir trop de points de retard parce qu’après tu roules juste pour tenter de gagner des épreuves. Même en 2016, quand je défonçais tout, Dungey était tellement régulier qu’il avait toujours un gros avantage sur moi aux points. Peu importe comment le championnat se terminera, évidemment je veux vraiment ce titre et je vais me battre comme jamais chaque weekend, mais je veux juste donner le meilleur de moi-même; peu importe le résultat. […]

Via: Racer X Online – Lire l’interview dans son intégralité 


Médias