La surprise Sebastien Tortelli – Los Angeles 1998

La surprise Sebastien Tortelli – Los Angeles 1998

Depuis sa création en 1974, le championnat de Supercross US – catégorie reine – a toujours été remporté par un américain, à 4 exceptions près.

Lors de la toute première édition du Supercross US en 1974, c’est le Néerlandais Pierre Karsmakers qui s’adjuge le titre. Les 16 saisons suivantes seront dominées par les Américains et il faudra attendre 1991 et l’arrivée de Jean Michel Bayle sur le continent pour voir un Français voler la vedette aux Américains chez eux. 13 saisons plus tard, c’est un Australien – Chad Reed – qui remporte son premier titre SX US en 2004 avant de réitérer en 2008.

En 46 ans de Supercross US, le titre n’a échappé qu’à 4 reprises aux Américains en catégorie reine malgré les nombreuses tentatives des pilotes venus d’Europe et d’ailleurs; les pilotes Français s’y sont essayé également. En dehors de son titre en 1991,  Bayle terminait vice champion en 90 puis 3ème en 92. On pense également à David Vuillemin qui terminait vice-champion en 2000 et 2002, et plus récemment, à Marvin Musquin qui terminait – ces 3 dernières saisons – sur le podium final en 450.

En catégorie 125, devenue Lites puis 250, le titre a échappé aux américains à 13 reprises depuis 1985. Mickael Pichon devenait le premier Français à décrocher un titre à l’est en 1995 et rempilait en 1996. En 2000, un nouveau sacre Français, celui de Stéphane Roncada. Il faudra attendre 9 ans de plus avant de voir ceux de Christophe Pourcel en 2009 et 2010. Marvin Musquin décrochait son titre 250 à l’Est en 2015. Enfin, la saison dernière, c’est Dylan Ferrandis qui décrochait son premier titre en catégorie 250.  Pichon, Roncada, Pourcel, Musquin, Ferrandis. 5 Français titrés en Supercross US lites en 25 ans.

Résultat de recherche d'images pour "tortelli 1999"

Sebastien Tortelli – 1999

Sebastien Tortelli n’a jamais remporté de titre AMA, mais créait une énorme surprise lors de l’ouverture de la saison 1998 en remportant la finale du Supercross du Coliseum de Los Angeles, sa seule et unique victoire en Supercross US.

Une journée pluvieuse et une soirée boueuse, et voilà que Sebastien Tortelli – que peu de personnes connaissent Outre Atlantique – se fraye un chemin de la 15ème à la 1ère place devant les 60.000 spectateurs présents. Dans les conditions difficiles, les annonceurs peinent à différencier les pilotes et – alors que les retardataires se multiplient – Sebastien Tortelli remonte de façon presque anonyme vers l’avant de la course et dépose Doug Henry à l’entame du dernier tour, après s’être débarrassé de Jeremy McGrath, Mickael Pichon, Greg Albertyn, Jeff Ward, Kevin Windham, Mike Larroco, Ezra Lusk, Damon Huffman, Jeff Emig et compagnie ….

Sebastien Tortelli, qui n’était venu disputer que 5 épreuves du championnat de Supercross US avant l’ouverture du mondial (1-8-18-4-9), rentrait en Europe à la suite du Supercross d’Atlanta et décrochait cette année-là son premier titre de champion du monde 250 en devançant Stefan Everts de 8 petits points lors d’un finish de folie en Grèce ….


Médias