Les primes constructeurs en 2020, le cas Bowers, Chisholm & Reed

Les primes constructeurs en 2020, le cas Bowers, Chisholm & Reed

Gagner sa vie en tant que pilote privé n’est pas une mince affaire, même Outre Atlantique.

Saison après saison, pourtant, de nombreux privés s’alignent inlassablement derrière les grilles du Supercross US pour tenter non seulement de se qualifier, mais aussi d’encaisser le plus « gros » chèque possible.

Les primes reversées par les différents constructeurs et par le promoteur, en plus des contrats personnels de ces pilotes, leur permettent de banquer un peu d’argent à réinvestir dans leurs programmes.

On fait le point de ce qu’ont gagné les privés Chisholm, Bowers & Reed depuis le début de la saison, en supposant que ce dernier soit éligible aux primes Honda, et on met en comparaison les primes reversées par les différents constructeurs à chaque épreuve.

Suzuki – 250 & 450

1.12,000
2. 6,000
3. 3,000
4. 1,500
5. 800
6 à 10. 500
11 à 15. 400
16 à 22. 250

Husqvarna – 250 & 450

1 à 10. 600
11 à 22. 400

Yamaha 250 & 450

1. 15,000
2. 10,000
3. 5,000
4. 2,500
5. 1,000
6 à 10. 500
11 à 15. 350
16 à 20. 250
21 à 22. 200

Kawasaki – 250 & 450

1.15,000
2. 10,000
3. 7,500
4. 5,000
5. 4,000
6. 3,000
7. 2,000
8 à 15. 1,000
16 à 22. 500

Un pilote qui se qualifie pour le programme du soir (250 où 450) mais ne participe pas à la finale touche tout de même une prime de 300$ s’il roule au guidon d’une Kawasaki, un bonus que seul ce constructeur redistribue.

Honda – 450

1. 15,000
2. 7,500
3. 5,000
4. 3,000
5. 2,500
6. 2,000
7. 1,750
8. 1,550
9. 1,250
10. 1,000
11. 900
12. 800
13. 750
14. 700
15. 650
16. 600
17. 550
18. 500
19. 450
20. 400
21 à 22. 250

Honda – 250

1. 10,000
2. 7,500
3. 5,000
4. 3,000
5. 2,500
6. 2,000
7. 1,250
8. 1,000
9. 900
10. 800
11. 700
12. 650
13. 600
14. 550
15. 500
16. 450
17. 400
18. 350
19. 300
20 à 22. 250

KTM – 450

1.15,000
2. 7,500
3. 5,000
4. 3,000
5. 2,500
6. 2,000
7. 1,750
8. 1,500
9. 1,250
10. 1,000
11 à 15. 500
16 à 22. 400

KTM – 250

1.15,000
2. 5,000
3. 4,000
4. 2,000
5. 1,750
6. 1,500
7. 1,250
8. 1,000
9. 900
10. 800
11 à 15. 500
16 à 22. 400


Cette saison, Tyler Bowers (Kawasaki), ou encore Kyle Chisholm (Yamaha) roulent en catégorie 450 en ayant monté leurs propres programmes et sont donc éligibles à ces primes.
Sous réserve d’éligibilité, les pilotes privés ou roulant au sein de petites structures peuvent s’inscrire au programme de « contigency » (primes) de leur constructeur afin d’empocher un billet supplémentaire à chaque épreuve.

On connaît de plus les primes en Supercross US, primes redistribuées non pas par les constructeurs, mais par le promoteur, ces primes sont les mêmes que l’an dernier. S’il n’est pas possible de savoir le montant des bonus et primes reversés par les sponsors, les équipes et autres partenaires des pilotes, on peut savoir combien ces derniers ont empoché des constructeurs et du promoteur depuis le début de la saison.

Primes reversées par le promoteur

Kyle Chisholm.

Kyle n’a pris part qu’à 3 finales cette saison, à Anaheim 1, Oakland et San Diego.

En terminant 19ème à Anaheim 1, Kyle a touché 2,240$ de la part du promoteur et 250$ de la part de Yamaha.

En terminant 17ème à Oakland, Kyle a touché 2,280$ de la part du promoteur et 250$ de la part de Yamaha.

En terminait 18ème à San Diego, Kyle a touché 2,260$ de la part du promoteur et 250$ de la part de Yamaha.

Sur ces 3 épreuves, Kyle Chisholm a encaissé 8,280$ de primes.
Primes promoteur : 7,530$
Primes constructeur Yamaha: 750$

S’il avait roulé sur une Honda ou une Kawasaki, Kyle aurait touché 1,500$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une KTM ou une Husqvarna, Kyle aurait touché 1,200$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une Suzuki, Kyle aurait touché 750$ de primes constructeurs.

Tyler Bowers.

Tyler Bowers a, de son côté, loupé la seconde épreuve du championnat à St. Louis pour aller rouler en Allemagne.

Tyler a terminé 2 fois 17 ème en ce début de saison, à Anaheim 1 et Anaheim 2. Il a donc touché 2 fois la même prime promoteur & constructeur : 2,280$ du promoteur & 500$ de Kawasaki (X2).

Tyler a intégré le top 15 à Glendale et encaissait de fait 2,320$ du promoteur & 1,000$ de la part de Kawasaki.

En terminant 16ème à Oakland et San Diego, Tyler a de nouveau touché 2 fois la même prime promoteur et constructeur : 2,300$ du promoteur et 500$ de Kawasaki (X2).

Sur ces 5 épreuves, Tyler Bowers a encaissé 14,480$ de primes.
Primes promoteur : 11,480$
Primes constructeur Kawasaki: 3,000$

S’il avait roulé sur une Honda, Tyler aurait touché 2,950$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une KTM, Tyler aurait touché 2,100$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une Husqvarna, Tyler aurait touché 2,000$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une Suzuki, Tyler aurait touché 1,400$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une Yamaha, Tyler aurait touché 1,350$ de primes constructeurs.

Chad Reed

Ne me demandez pas si Chad Reed est éligible aux primes constructeurs. Toujours est-il que le pilote Australien a monté son propre programme cette saison. Dans l’hypothèse où ce dernier bénéficie des primes constructeurs, voici ce que l’ex champion aurait touché en roulant au guidon de sa Honda depuis le début de la saison.

En terminant respectivement 18-21-18-20-21 en ce début de saison, Chad Reed aurait hypothétiquement touché 1,900$ de la part du constructeur Honda et 11,140$ de la part du promoteur pour un total de 13,040$.

S’il avait roulé sur une Kawasaki, Chad aurait touché 2,500$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une Husqvarna ou une KTM, Chad aurait touché 2,000$ de primes constructeurs.
S’il avait roulé sur une Yamaha, Chad aurait touché 1,400$ de primes constructeurs
S’il avait roulé sur une Suzuki, Chad aurait touché 1,250$ de primes constructeurs.


Médias