Martin Davalos « Je suis prêt à en découdre avec les jeunes »

Martin Davalos rempile pour sa 13ème saison consécutive.

A l’âge de 32 ans, il est, avec Cunningham, un des anciens du plateau 250.

Marty, c’est une 14ème position au classement final de Supercross en 2018 , 4ème en 2017 & 2016, 10ème en 2015 et 2ème en 2014.

Cette fois, il espère bien passer entre les mailles du filet de la malchance. Encore faudra-t-il réduire les erreurs récurrentes qui l’envoient au tas régulièrement, très régulièrement.

Martin Davalos pourra-t-il prétendre au titre en 2019 ? Début de réponse ce soir à Minneapolis

Une interview réalisée par RacerX, visible dans sa version originale ici

Martin, il se dit que tu roules vraiment, vraiment fort sur le circuit d’entraînement Kawasaki. T’en penses quoi ?

Je roule bien en ce moment. J’ai comme l’impression que tout le monde à l’Est va être rapide.

La course, c’est différent des entraînements. Je suis présent depuis un bail, ça fait 13 ans que je roule.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai de l’expérience et que je sais à quoi m’attendre.

Je veux être présent jusqu’à la fin de la saison, tu sais ? C’est comme ça que j’approche cette nouvelle saison. C’était la même approche l’an dernier, mais ça ne s’est pas passé comme prévu, tu ne peux pas tout contrôler …. Et à Dallas c’était la catastrophe.

Ce soir, je ne me dis pas « Je gagne, ou je gagne ». Je veux juste me jeter dans le bain, voir le niveau de tout le monde, voir ce qu’il faudra faire pour s’améliorer et mieux régler la moto. Je veux faire un bon début de saison.

Pour moi, cette première épreuve consiste à voir où je me situe. J’ai en effet connu une excellente inter-saison. Ricky Carmichael m’a beaucoup aidé, Jeannie aussi. Je veux prendre du plaisir, j’ai fait le boulot pendant le break.

Avoir Carmichael à tes côtés ça doit être un gros plus.

C’est clair, Ricky est super. C’est bon d’avoir pu apprendre de ses connaissances. Il sait de quoi il parle. C’est le meilleur, il a gagné tellement de championnats, donc c’est énorme de pouvoir apprendre un peu de lui. En plus, il vient rouler avec nous quand il en a l’occasion. Ce qui est dingue, c’est qu’il peut monter sur une moto d’origine et envoyer du gros gaz. C’est assez drôle.

Dernièrement, il est venu au circuit pour me regarder et m’aider un peu sur les points que je devais améliorer.

Comme je l’ai dit, c’est une longue saison, j’en ai parlé avec Ricky et je lui ai dit qu’il fallait que j’arrive à rester en forme jusqu’à la fin de la saison. C’est comme ça qu’on a décidé d’approcher la saison. On veut rester en bonne santé et partir sur une bonne base à Minneapolis.

Je suis tellement excité mec. Je n’en peux plus d’attendre. Mes coéquipiers roulent fort aussi. Je pense que tout le team va être exceptionnel cette année.

Je suis plus que prêt à en découdre avec les jeunes. Et je les appelles les jeunes parce que je suis un ancien !

Ça te fait quel age maintenant ?

J’ai 32 ans, mais je vais te dire quelque chose, l’âge est juste un nombre pour moi. Je me sens vraiment bien. Je t’assure, si je ne me sentais pas aussi bien, je ne m’entraînerais certainement pas aussi dur et j’arrêterais de rouler.

Évidemment l’âge rend les choses un peu plus compliqué car il faut connaitre son corps et savoir comment s’entraîner car tu ne récupères plus aussi vite qu’avant.

Il y a beaucoup de gens qui disent que la côte Est va être vraiment très relevée. Qu’est-ce qui te passe par la tête quand tu vois les pilotes engagés à Minneapolis ?

Pour être franc, je n’ai même pas regardé la liste des pilotes engagés. Peu importe sur quelle côte tu roules, tu rouleras toujours contre des types rapides. Je peux regarder la liste et me dire « Ouai, il y a lui, et lui », mais en vrai, je m’en fiche.

Je m’occupe de moi. Il faut que je me concentre sur mes tours. Je sais qu’il va y avoir des mecs rapides, et que lors de certaines épreuves, ils seront plus rapides que moi.

Comme je l’ai dit, tout le monde va rouler fort. Les équipes avancent, elles développent leurs motos, toutes les motos sont équivalentes maintenant, et tout le monde s’entraîne dur. Maintenant, c’est plus une question de mental quand vient le moment de la course.

Oui, mais tu sais que tu peux le faire. Tu as déjà gagné des courses, tu as déjà été en tête d’un championnat. Et tu as aussi connu des coups durs.

Je sais que j’en suis capable. Et comme tu viens de le dire, j’ai eu de la malchance par-ci par-là. Beaucoup de gens disent « Marty, il est super, mais il finit toujours par manquer de chance ».

Je n’y peux rien. Si je suis encore ici, c’est parce que je crois encore en moi. Je sais que je peux encore gagner. J’aurais pu perdre confiance en 2014 et abandonner, mais non, je suis toujours là.

Je suis là, car je veux gagner. C’est dans mon sang. Je veux gagner !

C’est la seule raison qui me fait encore rouler. Il n’y a pas meilleur sentiment que celui d’être sur la plus haute marche du podium, et je n’imagine même pas ce que c’est de gagner un championnat.

Toutes ces années, j’ai mis tout mon cœur pour pouvoir accomplir ce rêve. J’ai travaillé toute ma carrière pour gagner un championnat, c’est mon objectif et c’est ce qui me motive.

Mitch Payton a toujours été derrière toi et il semble que le timing soit bon pour ramener un titre à Pro circuit.

Oh Oui, Mitch a toujours été là. Je suis tellement reconnaissant de rouler pour quelqu’un qui a toujours cru en moi. Beaucoup de gens n’ont pas cru en moi et je peux le comprendre.

Je comprends que c’est un sport compliqué et qu’il y a beaucoup de bons pilotes. Mitch croit encore en moi, et il a des raisons de croire en moi. Il voit quelque chose en moi, j’espère vraiment pouvoir accrocher une nouvelle plaque rouge sur sa porte. Ça représenterait beaucoup pour moi.