Pauls Jonass « J’étais choqué de l’agressivité des pilotes »

Pauls Jonass signe son premier podium MXGP à Mantova.

Le jeune Leton de 22 ans – Pauls Jonass – peut avoir le sourire ce dimanche soir alors qu’il descend du podium de Mantova.

L’ex-champion du monde MX2 2017 vient en effet de réaliser un petit exploit: Après une opération du genou à l’intersaison – impactant sur sa préparation au mondial – et des débuts timides en catégorie MXGP (un seul top 10 de manche depuis le début de l’année), Pauls en a étonné plus d’un dans les ornières de Mantova ce week-end.

Pauls est auteur non pas d’une, mais de deux manches d’exceptions, le pilote Rockstar Energy Husqvarna est allé chercher le podium avec panache, style, et une petite dose de chance en seconde manche.

Il s’est retrouvé aux côtés d’Antonio Cairoli et Gautier Paulin sur le podium de journée. Pauls est actuellement 8ème du classement provisoire MXGP.

Une interview réalisée par Lewis Phillips pour MXVice.

Pauls, on savait que ce break serait important pour toi, il y avait beaucoup de choses à faire, je ne suis pas certain que les gens s’attendaient à ce que tu fasses autant de progrès, t’es-tu surpris toi-même ? Tu reviens après un mois et tu te bats pour le podium plutôt facilement.

Pendant ce break, j’ai roulé deux épreuves du championnat Hollandais, à l’entraînement, tout s’est bien déroulé, on a fait de bonnes séances de testings, on s’est vraiment amélioré aux départs, au niveau du ressenti sur la moto, au niveau du physique. Pendant les entrainements je me sentais vraiment bien et en forme, mais pendant ces manches Hollandaises, je n’arrivais pas à confirmer, je ne me sentais pas très bien, il fallait que ça clique. Hier et aujourd’hui, c’est finalement arrivé.

Lors des qualifications j’ai pris un bon départ, j’étais juste derrière Antonio, je pense que ça m’a beaucoup aidé au niveau de la confiance, j’ai vu que je pouvais rouler devant. Il y a encore du chemin à faire pour être à 100% mais on va dans la bonne direction et ça fait vraiment du bien d’être de retour sur un podium. J’étais là, je ne savais pas trop quoi faire, Cairoli était à côté de moi, ça faisait du bien mais en même temps c’était bizarre. Premier podium en MXGP, je ne pourrais pas être plus content.

Tu suis Antonio, c’est la première fois que tu roules devant, que tu vois le rythme imprimé en tête, étais-tu surpris par la vitesse et l’intensité devant ou étais-tu à l’aise dans cette position ?

Tu sais, je n’ai pas pu suivre Antonio pendant très longtemps, le rythme est très élevé mais je ne dirais pas qu’il est dingue et impossible à suivre.

Il faut que je sois plus détendu sur la moto et que je roule comme à l’entraînement et tout viendra à moi naturellement. Je pense que parfois je me mets trop de pression pour rouler devant et je roule trop crispé, donc je commets des erreurs.

En parlant d’erreurs, j’étais surpris en seconde manche de te voir attaquer autant alors que tu étais déjà en position pour le podium de journée, et tu commettais des erreurs.

En début de manche, je me sentais bien et je savais que je pouvais rouler plus vite que Bogers donc j’ai essayé de le doubler mais ce n’était pas facile car le circuit était plutôt mono trajectoire, puis j’ai eu chaud à 2 reprises, surtout dans les vagues ; j’ai eu vraiment de la chance à un moment.

Ensuite j’ai compris qu’il fallait que je roule plus tranquille et que je reste derrière lui. Dans les deux derniers tours j’étais tellement excité, j’ai cramé mon embrayage dans les derniers virages, ça fait vraiment du bien, premier podium en MXGP.

Il fallait réussir à monter sur le premier, et j’espère que d’autres vont venir par la suite.

Les gens vont probablement se dire que c’est parce que c’était une course dans la boue, pourtant, je ne te vois pas comme un pilote à l’aise dans ces conditions, je dirais que ça n’a rien à voir avec les conditions de piste.

J’aime rouler dans la boue mais je ne me considère pas comme un grand spécialiste.

Aujourd’hui, je n’ai même pas pris de bons départs, j’ai juste fait beaucoup de dépassements dans le premier tour.

Ça montre que je me sentais bien et en confiance. Lors des premières épreuves j’étais choqué de l’agressivité des pilotes en piste, maintenant je m’y suis habitué.

Doubler dans le premier tour dans ces conditions-là, c’est vraiment important et j’y suis parvenu.

Comment s’est déroulé le testing pendant la pause ?

Je savais ce que je voulais, le team Husqvarna a fait du bon boulot avec les ingénieurs, ils ont bien compris ce que je voulais.

Après l’Italie j’ai fait deux semaines d’entraînement pour retrouver le rythme avec mes anciens réglages puis on est passé aux nouveaux réglages et j’étais vraiment satisfait donc je les remercie pour ça.

Es-tu de retour à 100% maintenant ?

Non, il faut encore beaucoup s’améliorer.

Au début de la saison j’ai dit que si j’étais à 100% à la mi-saison je serais content, il va me falloir encore un peu de temps pour être de retour en forme et à 100%.

Médias