Pauls Jonass « On méritait un podium ce weekend »

Rookie season pour Pauls Jonass

Champion du monde MX2 en 2017, vice champion du monde MX2 la saison dernière, Pauls Jonass avait passé une partie de l’inter-saison dans son canapé. Le pilote Letton avait été contraint au repos fin septembre 2018 après avoir choisi de se faire opérer du genou avant la dernière épreuve de l’année à Imola.

Les premiers pas chez les gros bras n’ont pas été faciles pour Pauls mais les conditions difficiles en Italie avaient réussi au pilote Rockstar Energy Husqvarna qui signait son premier podium de carrière en catégorie MXGP. Le weekend dernier à Semarang, Pauls n’est pas passé loin de réitérer la performance, c’était sans compter une sortie de piste en bout de ligne droite qui le prive d’un bon résultat au général malgré une excellente seconde manche.

Une interview réalisée par MXLarge.

Un weekend mitigé pour toi. Tu peux nous dire comment ça s’est passé ?

Si on regarde le résultat final, ce n’est pas très bon, mais je pense que la vitesse était là. Je pense qu’on méritait un podium ce weekend. En première manche, j’étais seconde derrière Tim, puis je suis parti de travers après l’aire des mécaniciens et malheureusement, j’ai percuté une bannière qui s’est coincée dans ma roue arrière et il nous aura fallu du temps pour la sortir. Au final j’ai été disqualifié pour assistance extérieure. En seconde manche, j’ai pris un bon départ, je roulais 4ème ou 5ème et je suis remonté second, en doublant Arnaud et puis Jeremy. Ça faisait du bien de rouler devant et de montrer une bonne vitesse. J’étais content de ça, mais c’est décevant de louper le podium, je sens que j’aurais pu monter dessus.

[…] Tu devrais être un pilote régulièrement dans le top 3, mais ce n’est pas encore le cas. Qu’est-ce que tu en penses ?

On va de l’avant, c’est sûr, mais on fait un pas en avant, puis un pas en arrière, puis trois pas en avant … Ça se voit au niveau des résultats, il y a des hauts et des bas, mais c’est une saison d’apprentissage pour moi et je veux faire monter l’équipe sur le podium, mais il faut rester réaliste, c’est ma première saison et je n’ai pas connu une bonne intersaison à cause de ma blessure. La vitesse revient, il faut que j’arrive à assembler toutes les pièces du puzzle maintenant. Comme tu as pu le voir aujourd’hui, la vitesse est là, je roulais second, j’étais plutôt bien, mais une petite chute et ça arrive. Il faut que je reste concentré car en catégorie MXGP il faut rester concentré tout le temps, tu ne peux pas te relâcher, même une seconde.

Ça doit être fatiguant mentalement.

C’est vrai, sur ce circuit, c’était parfois très glissant parfois très collant, puis les gros trous au freinage et aux accélérations. Parfois il faut que tu te retrouves un peu en vrac pour te réveiller et jour un peu plus la carte de la sécurité. Rouler plus détendu et prendre un peu plus ton temps.

Venant de Lettonie, qui est un pays très sain, j’imagine que tu dois avoir du mal en Indonésie, car ici, ce n’est pas sain du tout. Est-ce que tu aimes ces voyages ou préférerais-tu ne pas les faire ?

C’est un championnat du monde et il faut faire ces voyages. Tu vois tellement de fans, et ils sont tous vraiment passionnés, c’est vraiment cool. Parfois pendant tes voyages, tu vois des trucs pas cool, tu vois la façon dont les gens doivent vivre, ou à quel point leurs vies sont simples, ça, ça me rend triste. Mais pour moi, il est cool de connaître toutes ces cultures. Grâce au MXGP je peux voyager à travers le monde, mon père voyage avec moi et si je n’étais pas un pilote, je ne pourrais pas faire tout ça avec mon père.

Loket arrive, c’est un endroit où tu as connu des hauts et des bas. Une grosse chute, mais aussi de bons résultats. Tu as hâte d’aller rouler à Loket ?

J’aime le circuit. De bonnes courses, mais une très mauvaise chute aussi, mais j’aime bien aller là-bas et surtout j’ai hâte de retourner en Europe pour continuer de progresser car comme tu l’as dit, j’ai connu des hauts et des bas et je veux m’améliorer, devenir de plus en plus fort, je veux être régulièrement dans le top 3.

Médias