Pit Beirer « Ce compromis n’est pas juste et je ne l’accepterais pas »

Le directeur des sports chez KTM prend la parole à propos du remplacement de Tom Vialle et de la discorde entre Red Bull et la FFM.

Pit Beirer n’est pas du genre à se laisser marcher dessus. Le responsable des sports de la marque Autrichienne explique la position de KTM sur la controverse qui pénalise Tom Vialle pour les nations suite à un conflit d’intérêts entre la marque Red Bull et la FFM. Selon Pit Beirer, la fédération Française se doit d’être plus respectueuse des sponsors et marques qui aident les équipes tout le long de la saison de mondial.

Pit Beirer s’avoue frustré de la situation et du remplacement de Tom Vialle par Maxime Renaux. Pour sa première année en mondial MX2, Tom Vialle a été plus qu’impressionnant en montant sur 6 podiums de grands prix et en signant son premier succès en Suède, à Uddevalla, il y a tout juste deux semaines. Alors qu’il est en lice pour tenter de décrocher la troisième place du championnat du monde MX2, Tom Vialle vient de se voir privé de sa sélection aux nations pour une histoire de logo sur une casquette.

Résultat de recherche d'images pour "tom vialle 2019"

Pit Beirer

« En tant que fan, on a tous très hâte d’être au Motocross des Nations. C’est un événement spécial avec une atmosphère très particulière et c’est la course avec la plus grosse audience de toute l’année. D’une certaine façon, les équipes aux nations peuvent être comparées aux équipes de foot nationales mais la grosse différence, c’est que l’on prend les frais en charge nous-même. En dépit du fait que nous entretenions de très bonnes relations avec la plupart des fédérations, nous n’avons aucun soutien financier de ces dernières durant la saison.

Je dois trouver, organiser et gérer des contrats pour une équipe 365 jours par an, ce qui veut dire que nous avons besoin de l’aide de nos sponsors pour évoluer au plus haut niveau; et en disant ça, je parle bien sûr aussi pour tous mes collègues, autres équipes et marques dans les paddocks qui sont dans la même position que nous. Il n’est pas acceptable que les fédérations – qui ne sont présentes qu’une fois dans l’année – tentent de nous faire retirer ces sponsors et autres partenaires. S’ils nous aidaient et nous soutenaient durant l’année, les discussions seraient différentes. Nous roulons avec des budgets de plusieurs millions de dollars, la volonté de la fédération de vouloir prendre le train en marche et de dicter leurs conditions n’est pas correcte.

Il faut faire des compromis. Il va sans dire que pour moi, le Motocross des Nations est avant tout un événement qui représente un pays, un drapeau – et en tant que marque – je suis tout à fait disposé à prendre du recul tout en proposant l’utilisation de nos camions, ressources, matériels, employés, etc … mais je ne peux ignorer nos sponsors qui font en sorte que cette équipe puisse exister le reste de l’année et envers qui je suis reconnaissant. Dans cette histoire, ce n’est pas une question de pression de la part des sponsors, c’est simplement la chose à faire. Ce compromis n’est pas juste et je ne l’accepterais pas, maintenant, c’est vraiment dommage car un jeune pilote qui méritait largement sa place dans l’équipe vient de se faire remplacer

On en est pratiquement à faire 25 courses dans l’année et je pense qu’il faut repenser la façon d’organiser le Motocross des Nations. On aime l’idée d’avoir une politique assez ouverte dans notre équipe et nous ne sommes pas dérangés si les fédérations viennent pour coordonner leurs efforts avec nous pour cet événement mais il y a une limite à ne pas dépasser. Il doit y avoir des compromis afin de pouvoir former des relations saines. Bien sur que le pays doit être mis en avant aux nations, mais il faut que tout se passe de façon amicale, car tous les frais, nous les payons »

L’image contient peut-être : chapeau

Source: RacerX

Médias