RJ Hampshire « Chez Geico, on m’avait promis beaucoup de choses »

RJ Hampshire explique son départ de chez Geico Honda.

Alors qu’il avait encore une année sur son contrat avec l’équipe Geico Honda – RJ Hampshire a décidé de rompre l’entente avec l’équipe Honda qui l’accompagnait depuis 2014.

Avec le départ de Dan Betley et l’arrivée de Josh Wiseno en tant que team-manager, les tensions sont devenues palpables sous l’auvent Geico. Fin 2019, c’est un RJ Hampshire frustré qui rompt son contrat avec les rouges alors qu’il n’a pas été en mesure de faire mieux que 2 podiums sur la saison. En cause, une 250 jugée trop creuse et des promesses non tenues au sein de l’équipe Geico.

2020 annonce un nouveau départ avec Rockstar Energy Husqvarna pour le pilote originaire de Floride. Un départ que ce dernier souhaitait faire aux côtés d’Aldon Baker. Vœu réalisé – RJ Hampshire a sué corps et âmes les premières semaines pour intégrer le programme – mais les résultats sont déjà présents. Pour réussir, pas de secret …

RJ Hampshire

« J’ai signé officiellement avec Rockstar Energy Husqvarna le premier octobre, j’ai eu mon enfant le 27 octobre, on a emménagé à Clermont, à 1h20 de notre ancien chez-nous , on a repeint la maison, on a commencé à travailler avec Aldon Baker et tout le monde à la Bakers Factory, on a tout eu d’un coup, heureusement, on s’en est sorti.

Je suis resté longtemps chez Geico Honda, j’ai cru en leur programme, j’ai pensé que beaucoup de choses allaient changer en 2019 – des gens sont venus, d’autres sont partis – mais au final, on a bien galéré …. J’ai signé mon extension de contrat, on m’avait promis beaucoup de choses que je n’ai pas eues, je ne m’entendais pas bien avec le team-manager à l’époque … Ma femme et moi avons pris une décision en février, on s’est dit qu’on allait tenter de faire des changements, on a passé quelques coups de fil et on s’est défait de mon contrat avec Geico Honda. Jeff et Ziggy ont été compréhensifs et m’ont soutenu même si je les quittais. Ce sont eux qui m’ont amené à ce niveau, qui m’ont fait sortir des amateurs et m’ont emmené chez les pros.

On était sur le retour du Supercross de San Diego, on avait connu une soirée pourrie, on avait rencontré des problèmes sur la moto dès le baissé de la grille, j’étais énervé. On conduisait le camping-car pour rentrer en Floride, on a passé des coups de fil. Moi, je voulais gagner, je ne m’amusais pas dans la situation dans laquelle j’étais car je ne pouvais plus jouer la gagne. Plusieurs options se sont présentées à moi. Je voulais travailler avec Aldon et je savais qu’il fallait pour cela signer avec KTM ou avec Husqvarna. On a pris un gros risque, je voulais rouler Husqvarna, je voulais m’entraîner avec Aldon mais il n’entraîne pas de pilotes 250 d’habitude, il n’avait pas de place pour moi et il avait déjà 4 pilotes 450 dans son programme.

@FullSendMoto

Quand j’ai signé ma lettre d’intention chez Husqvarna, c’était risqué, j’attendais de savoir quand le contrat arriverait, et ce dernier est arrivé à Ironman seulement donc j’ai eu quelques moments de flippes. La semaine après avoir signé ce contrat, j’ai appris qu’il y avait des chances que je travaille avec Aldon, j’étais vraiment surpris.

Toute ma vie a changé. J’ai dû quitter mon ancienne maison, déménager, j’ai un nouvel entraîneur, un nouveau mécanicien, une nouvelle moto, on a tout changé. On a eu des moments stressants, ma femme était enceinte de 8 mois, tous ces changements, il fallait qu’on se bouge, je suis reconnaissant qu’elle m’ait aidé à saisir cette opportunité.

J’ai eu un mois pour m’organiser, j’ai acheté une maison à Clermont avant de vendre mon ancienne maison, je voulais leur montrer que j’étais investi à 100%, que j’allais faire tout ce qu’il fallait. J’ai dû mériter ma place. Les deux premières semaines, j’ai eu l’impression qu’Aldon Baker essayait de me tuer à l’entraînement, c’était pas drôle …. J’ai fait 7 manches de 30 minutes en outdoor en une semaine, je pense que j’ai mérité son respect, j’ai montré que j’étais là pour gagner, que j’en voulais, qu’on n’était pas venu pour faire de la figuration.

@FullSendMoto

Je ne savais pas trop ce qu’il allait se passer avec Aldon au début, je devais avoir la 4ème place à l’entraînement car Jason devait partir mais finalement il reste, Aldon a fait en sorte que je puisse participer au programme quand même avec Michael Mosiman au lieu d’être sur un programme séparé en 250. J’ai dû montrer à Aldon que j’étais prêt. Au début, je venais de mon ancienne maison à 1h30 de chez Aldon, on faisait des sorties vélos de 4h30 et je rentrais chez moi. Je venais juste pour une séance de sport, tout ça … Aldon m’a montré la marche à suivre, il m’a préparé, quand Cooper Webb et Zach Osborne sont revenus, je n’étais pas juste un poisson dans l’eau. Je ne suis pas à leur niveau mais je ne suis pas trop loin. Zach m’a atomisé lors du premier entraînement.

Ça fait 7 ou 8 semaines que je m’entraîne maintenant, les autres ont repris l’entraînement il y a deux semaines mais Aldon voulait que je rattrape le retard, que je me rapproche d’eux le plus possible, donc j’ai commencé plus tôt que tout le monde. Je souffre toujours, mais j’arrive à tenir maintenant. Je ne me sens pas trop mal, au début, j’étais au bout du rouleau.

Désormais, je ressens la fatigue en fin de journée sur la moto, ça ne m’était jamais arrivé auparavant. Dans les whoops, mes jambes me laissaient tomber, mon corps est fatigué. C’est bon car je peux voir que mon corps  se renforce, il s’habitue à la nouvelle charge de travail, il s’adapte bien plus à la douleur, à la souffrance physique.  J’en parlais avec un ami à moi et je lui ai décrit en lui disant que c’est comme si ton corps voulait mourir, mais que tu devais continuer à te battre, pousser encore plus, te concentrer, trouver la force de traverser ça. Chaque jour, je me sens mieux, mais il y a encore de la fatigue, je pense qu’il va me falloir encore quelques semaines avant de me sentir bien après l’entraînement. Le travail va payer. J’ai dit à Aldon que j’étais là pour faire le boulot , qu’il pouvait me demander de dormir par terre dans la terre s’il le fallait.  Aldon ramène les résultats, alors je suis prêt à passer par là.

@FullSendMoto

Les premières semaines étaient compliquées. Quand je suis allé voir Aldon, il m’a dit qu’il allait me faire descendre vers les 68/69 kilos. Je lui ai dit qu’il était dingue, que ça n’arriverait jamais, car pour descendre en dessous des 75 kilos, je devais arrêter de manger, arrêter de boire de l’eau, etc.

Il m’a donné mon programme nutritionnel, et en trois semaines, j’avais déjà perdu beaucoup de poids, tellement qu’à un moment j’ai dû lui demander si c’était normal, si ça allait aller. Désormais, je fais 69 kg, j’ai perdu 6 kilos en 3 semaines, si tu m’avais dit que je perdrais autant il y a 8 semaines, j’aurais parié des milliers de dollars sur le fait que c’était impossible.

Je me sens fort, j’ai de l’énergie, je sens la fatigue en fin de journée mais pas musculairement, c’est difficile à expliquer mais mon corps n’est jamais passé par ces étapes là. Mon corps s’adapte, il progresse, c’est un gros choc pour moi, pour ma femme aussi. Ma femme suit le programme nutritionnel avec moi – alors même qu’elle était enceinte – ça m’aide beaucoup.

En 8 semaines, je n’ai même pas eu mon cheat meal, avec ma femme on s’est dit qu’on faisait ça pour gagner, et qu’on allait mettre toutes les chances de notre côté, qu’on allait faire tout ce qu’on nous dirait. C’est une grosse différence pour moi car j’ai suivi mon propre programme pendant 3 ans, je m’entraînais dur, je faisais ce que je savais faire, mais maintenant, c’est différent.

J’ai mon programme établi sur la semaine, si Aldon veut en changer, il en change, je fais ce qu’on me dit de faire. J’arrive sur le circuit, il est déjà prêt, je n’ai pas à me soucier des autres, de ma moto, je me concentre à 100% sur moi, sur ma famille, beaucoup de choses ont changé. C’était stressant pour nous, pour notre enfant, mais maintenant, c’est cool.

Le programme d’Aldon n’a rien de magique ou de secret. C’est un tout. Avant, j’avais toujours besoin de m’occuper de quelque chose, désormais, je me concentre sur moi, sur mon entraînement. Ici, il s’occupe de tout pour nous, je sais combien de tours je dois faire, il me dit sur quel circuit rouler, il gère pour nous. Les gens trouvent que s’entraîner avec Aldon est cher, mais il redépense tout son argent dans son programme, dans sa propriété. La Bakers Factory c’est le Disneyland du motocross, c’est incroyable. Tu ne peux trouver ça nulle part ailleurs.

6 ans plus tard, RJ change de crèmerie

En ce qui concerne Husqvarna, on voit que les motos sont excellentes en Outdoor. Mais en Supercross, je ne sais pas si c’est le châssis, les suspensions, mais les mecs arrivent à rester à ras du sol, la moto vire bien dans les virages. Zach Osborne roulait au rupteur à chaque fois et il a gagné 3 championnats sur cette moto. Moi, je rupte beaucoup, surtout sur la Honda, toute la puissance de la Husqvarna est en haut, donc ça correspond vraiment bien à mon style de pilotage.

Sur la Honda, on galérait avec ça, un manque de puissance en général …. Ce n’était pas qu’une chose, c’était une combinaison de choses avec Geico. Cette année, c’était l’année difficile. 2017 c’était dur aussi, on m’avait promis beaucoup de choses avec cette nouvelle moto mais il y a eu beaucoup d’obstacles.

Je ne veux pas parler mal d’eux [Geico Honda], j’ai beaucoup de respect pour eux, mais on n’allait pas dans la bonne direction. J’ai pleuré plus de fois cette année que lors de toute ma vie et pourtant, je ne suis pas un mec émotif. Il y avait tellement de poids sur mes épaules, pendant la saison d’outdoor parfois je ne voulais même pas rouler, je n’avais pas le contrôle, le team ne savait plus quoi faire, c’était vraiment dangereux à un moment.

Tout le monde a vu ce qu’il se passait, je savais aussi que j’allais partir, mais j’allais finir la saison.  Chaque semaine, j’ai essayé de faire de mon mieux, et je pense que ça s’est vu. J’avais déjà mon contrat avec Husqvarna – même s’il n’était pas encore signé – et j’avais promis à Geico de ne pas abandonner, de faire tout ce que je pouvais. Tu sais, la moto que j’avais à l’entraînement n’avait rien à voir avec la moto que je roulais le jour des courses … Je pourrais continuer encore et encore, mais bon, on va de l’avant désormais […] »

Un entretien réalisé entre RJ Hamsphire et Michael Antonovich de SwapMotoLive.


Médias