Romain Febvre « On est de retour »

Romain de retour sur la plus haute marche du podium.

En République Tchèque ce weekend, Romain Febvre a renoué avec la victoire et ajoute un 12ème succès à son compteur de victoire de grands prix en catégorie MXGP. Il faut remonter en 2016 – à Saint Jean d’Angely – pour retrouver la dernière victoire de Romain Febvre en catégorie reine. Cette année-là, le pilote Français avait remporté 3 grands prix et signé un doublé, en Thaïlande.

Cette saison, et de retour de sa blessure contractée dès l’ouverture du championnat en Argentine, Romain a trouvé à 3 reprises le chemin du podium d’un grand prix et s’était adjugé une victoire de manche à Palembang.

Tim Gajser – leader du championnat – n’aura pas été en mesure de donner la réplique au pilote Monster Energy Yamaha ce weekend et termine à deux reprises derrière ce dernier.

Pour Romain, c’est un grand bol d’air avant de se tourner vers Lommel où il n’a encore jamais signé de succès.

Romain Febvre

« Je me suis senti vraiment bien tout le weekend, il n’y a que pendant le warmup que je n’étais pas le plus rapide mais à part ça, c’était un weekend parfait.

Dès le début du weekend, je savais que j’avais la vitesse et qu’il fallait que je me concentre sur les départs et c’est ce que j’ai fait. Je me sentais bien sur la moto, sur le circuit, je n’ai pas fait d’erreur et j’ai pu rouler à mon niveau. J’ai réussi à signer le doublé après deux bons départs.

La route a été longue pour retrouver le chemin de la victoire, des weekends de grands prix compliqués, des blessures … Maintenant, on est de retour et je suis très fier de ma performance et de l’équipe.

À Semarang, j’ai gagné la manche qualificative aussi mais lors des courses du dimanche j’ai commis des erreurs. Ici, à Loket, c’est assez glissant, c’est le type de circuit que j’aime, je sais comment tourner rapidement dans les virages sans ornières. Ce circuit me convient bien et ce weekend, je pense que j’étais un peu plus rapide. En fin de première manche, j’étais un peu tendu, je commençais à me dire de ne pas commettre d’erreur. En seconde manche, je me sentais mieux, surtout après mon bon départ car je savais que ce serait ce qui allait décider de mon résultat sur la journée. Je pars 3ème, je double rapidement, j’ouvre l’écart.

Quand j’étais derrière les autres, j’ai trouvé des bonnes lignes que j’ai pu prendre peut-être plus vite qu’eux, j’ai réussi à faire la différence sur plusieurs portions du circuit et j’ai pu finalement gérer mon écart pour m’assurer la victoire de grand prix.

Il y a eu des manches cette saison pendant lesquelles je me suis vraiment bien senti comme aujourd’hui, mais je ne me suis pas senti aussi bien sur tout un weekend depuis longtemps. Ça représente beaucoup. »

Médias