Shane McElrath « Je n’arrivais pas à y croire »

« Je ne sais pas trop quoi dire à propos de ma journée »

Alors qu’il était à la peine depuis le début de la saison, ne signant que 3 top 5 de manche, Shane McElrath est sorti de nulle part ce weekend à Budds Creek pour signer le doublé et ramener le premier succès de la saison de motocross à Tyler Keefe et l’équipe Troy Lee Designs KTM.

Un résultat qui redonne confiance au pilote après les problèmes de santé, les contres performances et les critiques autour de sa blessure au dos pendant la saison de Supercross. Dos au mur, Shane n’avait rien plus a perdre, mais il a tout gagné.

Shane, une journée incroyable, d’où est-ce que tu sors ça ?

C’est une excellente question et je ne saurais vraiment te répondre. J’ai juste choisi mon état d’esprit aujourd’hui. Je sais que c’est bizarre de dire ça car je sais que beaucoup de pilotes parlent du défi mental que représente le fait de rouler en motocross, et crois-moi, c’est vraiment difficile.

Aujourd’hui, je ne me suis pas senti différent des autres jours, je ne sais pas trop quoi dire à propos de ma journée. J’ai un peu galéré au début de la première manche, et j’étais vraiment surpris de voir que j’avais une belle avance et que personne ne me rattrapait. Je me disais « Wow, j’ai du mal sur certaines portions et pourtant ». J’essayais d’aller de l’avant et de maintenir le rythme car je ne pouvais pas aller plus vite, je faisais des petites erreurs et il fallait que je me calme et j’ai fini par gagner la manche et je n’arrivais pas à y croire.

En seconde manche, je me suis dit que je me sentais bien, que j’étais prêt. En fait, je me sentais même mieux en seconde manche. Je ne sais pas si j’étais plus confiant, mais j’étais plus détendu. Je signe le holeshot et je me suis dit c’est parti. Je me sentais bien, je voulais claquer des chronos lors des premiers tours et attaquer si besoin. Je me suis senti en forme. Je crois que ça me passe encore au-dessus de la tête, je ne suis pas certain, mais c’est cool.

Une chaude journée, c’est dingue de pouvoir remettre le couvert comme ça en seconde manche, je suis certain que tu avais utilisé beaucoup d’énergie en première manche.

La première manche était plus difficile mentalement je dirais. J’essayais d’aller vite, mais j’avais du mal, je regardais le panneautage, je me demandais si quelqu’un me rattrapait et au final c’était rassurant pour la seconde manche car je savais que le rythme en première manche était bon.

Le circuit était un peu plus lent en seconde manche, je voulais faire des tours solides et attaquer. Rien de fou, je voulais éviter les erreurs, éviter de perdre du temps dans les endroits où il était facile d’en perdre. Je me sentais bien comme ça, j’avais une bonne intensité malgré le circuit difficile.

On s’entraîne en Floride, où il fait chaud et humide. Jacksonville, c’était la course la plus chaude que j’ai connue. En Floride, il fait chaud tous les jours comme ici. C’est bon de venir et de se dire « Okay, je peux gérer »

C’est bon d’en gagner une avant la fin de saison !

Oui. Evidemment on a connu beaucoup de galères cette année, on a galéré  avec la forme physique, avec les blessures, avec le mental, un peu avec la moto. Mon objectif pour cette année, c’était de viser le podium. Maintenant, il ne reste plus qu’une course, donc en arrivant ici, je me disais qu’il fallait que je progresse, qu’il me fallait quelque chose de positif.

Je voulais faire quelque chose de bien, me mettre dans une bonne position et je ne m’attendais pas à gagner les deux manches, c’est plutôt dingue.

Médias