Shane McElrath « On se devait de changer certaines choses »

Nos confrères de VitalMX ont pu s’entretenir avec Shane McElrath après sa victoire à Anaheim 2. Ils ont réalisé une vidéo de 6 minutes où Shane donne ses premières impressions sur son début de saison et sa victoire. Nous, on a une nouvelle fois traduit l’interview pour vous, c’est tout frais.

voir l’article original.

Bonne soirée pour toi à Anaheim 2, des rebondissements, beaucoup d’action, parle nous de ta soirée.

Le format est intense, c’est fun, j’aime la compétitivité du format Triple Crown, il faut être régulier et ce n’est pas évident.

15 min + 1 tour c’est déjà assez compliqué comme ça; mais 3 fois 10 minutes…. La condition physique joue beaucoup.

Le circuit était piégeur et très technique.

On a fait des progrès tout au long la journée, et même au fur et à mesure des semaines. On apprend, on grandit, on construit et on doit continuer comme ça, il reste 6 courses.

Tu disais que les réglages de ta moto n’étais pas aux points, qu’il fallait faire des changements, racontes nous ?

On a passé 3 mois à s’entraîner avant Anaheim et c’est dur de rester intensif, de ne pas trop rentrer dans sa zone de confort, tu as tendance à devenir un peu faignant.

Même si tes chronos sont bons et que tu te dis « je roule bien »; tu arrives aux courses et tu vois que ça ne marche pas.

On s’est vite rendu compte qu’on devait changer certaines choses, on a un peu mis la charrue avant les bœufs, on n’était pas prêt.

On travaille dur pour s’améliorer chaque semaine. Je veux faire des manches solides. Je suis content d’avoir été de plus en plus à l’aise lors des finales à Anaheim 2.

Tu peux t’entraîner sur ton propre circuit où aller sur les circuits publics, mais s’entraîner seul sur son circuit, c’est un peu s’isoler au final.

Oui c’est sûr, c’est pourquoi j’ai beaucoup aimé la Floride, on était 6 bons pilotes, les circuits étaient bien et la terre évoluait.

En Californie les terrains ne sont pas mal mais la terre est vraiment dure.

On est sur la bonne voie

On a eu de la pluie toute la semaine, le circuit était-il en meilleure condition que ce que tu attendais ?

Le circuit était super, j’étais impressionné, je n’ai su que Mardi que les équipes du circuit ont dû couvrir le terrain et bosser dessus pour le préparer avec la pluie.

Ça ne m’a pas plus inquiété que ça, je me suis dit que ça allait être plus mou que d’habitude par endroits.

Je savais que les bâches allaient faire leur boulot et empêcher trop d’eau d’inonder la piste. Ils ont fait un super boulot.

Le matin lors de la reconnaissance à pied, il y avait à peine de la boue.

Et pour le reste de la saison ?

C’est de bonnes fondations, on commence à se sentir bien, c’est un championnat compliqué, tout le monde est rapide donc c’est compliqué de rouler sur le fil du rasoir chaque semaine.

On va continuer de bosser dur, on va essayer d’être régulier et d’éliminer les erreurs.

Par rapport à il y a 5 ans, la catégorie est-elle plus compétitive, avec des pilotes de plus en plus rapides?

Oui, chaque année le niveau augmente, l’intensité également.

Marvin en parlait lors de la conférence. Tout le monde est rapide.

Si on se pointe sur un circuit et qu’on saute tous les enchaînements au premier tour, ça n’a pas de sens.

J’ai bien aimé la technicité du circuit cette semaine, ça prend les pilotes au dépourvu, il faut revoir les réglages de la moto, ce n’est pas juste un circuit rapide, c’est un circuit technique.

Ça a permis de voir de belles courses.

Médias