Thomas Covington « Je n’avais jamais roulé en Supercross avant »

Pour Thomas Covington, l’Europe, c’est terminé !

De retour aux Etats-Unis, il se prépare pour l’ouverture du championnat 250 côte Est.

Thomas n’a pourtant jamais mis les pieds sur un terrain de Supercross !

Après sa dernière saison chez les amateurs en 2013, Covington n’a pas eu de propositions pour rouler aux USA et a donc opté pour le championnat du monde MX2 avec Kawasaki.

En 4 saisons et demie, Thomas a remporté 3 GP, deux au Mexique et un en France. Son meilleur classement final, une 4ème position en 2017

Voir l’interview originale en Anglais sur MotoXAddicts


Tu as eu du mal à quitter l’Europe, mais c’est cool de rentrer chez soi non ?

C’est sûr. C’est toujours bon de rentrer chez soi, peu importe quand.

C’est top d’être entouré de ma famille et de rouler avec des mecs avec qui j’ai grandi sur les circuits.

Actuellement je suis en Floride, je m’entraîne chez Ricky Carmichael. Quand j’étais en 65 & en 80 à l’époque j’avais passé un peu de temps là-bas. C’est cool de revoir ricky et Jeanie (Carmichael).

Tu viens des GP et tu te pointes en Supercross cette année … Être entouré des mecs avec qui tu as grandi, contre qui tu as roulé, être avec Ricky, ça t’aide dans ta transition ?

Oui, ça rend les choses un peu plus simples dans la vie de tous les jours.

Le Supercross, c’est tout nouveau pour moi. Je n’ai pas roulé en Supercross depuis 5 ans, et même avant de venir en Europe, je n’avais jamais roulé en Supercross.

Ça a pris du temps d’apprendre et ce n’est pas le genre de chose qui s’apprend en une journée.

Les autres gars, ils roulent en SX depuis des années, donc il va falloir se mettre à leur niveau le plus rapidement possible, j’espère que je serais prêt pour le premier round de Minneapolis.

Je ne veux pas jouer le trouble-fête, mais une qualification pour une finale, est-ce que c’est le premier objectif ?

Oui, je n’ai pas vraiment d’objectif pour cette saison de Supercross, et le team non plus.

On veut juste prendre de l’expérience en la matière, en espérant faire les finales.

On ne saura pas tant qu’on n’y sera pas, j’espère arriver à rester en bonne santé jusqu’à l’outdoor.

On dit qu’on peut tout apprendre d’un terrain de Supercross, mais que les whoops, c’est le plus compliqué. Ricky, il était assez fou dans les whoops. Qu’est-ce qu’il t’enseigne ? Ouvrir les gaz en grand et fermer les yeux ?

La plupart des gens qui me connaissent des GP savent que je suis assez calculé et que je ne fais pas trop le fou . Je suis à l’aise partout en Supercross, ma vitesse est bonne mise à part dans les whoops.

Quand les whoops sont vraiment gros et raides, je galère un peu. On verra comment ils seront aux courses.

Les whoops sur lesquels je m’entraîne sont énormes, alors j’espère qu’ils ne sont pas aussi gros lors des courses.

Je manque d’expérience, la seule façon d’en avoir, c’est de s’aligner aux courses.

L’objectif lors des prochains mois, c’est de rester en bonne santé ?

Je ne dirais pas que c’est l’objectif. Je ne veux pas avoir à me concentrer trop là-dessus.

Le but, c’est de progresser et, d’ici la fin de saison, faire de bons résultats.

Des objectifs pour la semaine prochaine à Minneapolis ?

Pas vraiment, je ne me focalise pas trop sur les résultats, je vais me pointer, rouler du mieux que je peux et je verrais quel résultat il en ressortira.

Husqvarna Europe & Husqvarna USA, c’est différent ?

J’imagine qu’avec les connexions qu’ils ont avec l’Autriche, c’est plutôt similaire, ils bossent ensemble.

Ici, j’ai un peu plus de liberté et je fais mes trucs. En Europe, Jacky et les autres gars me tenaient la main pour tout et je pense que j’avais besoin de cette liberté dans ma carrière.

Aux USA je suis un peu plus à me débrouiller de mon côté, mais en même temps, si je ne sais pas quoi faire à ce stade de ma carrière, c’est que quelque chose ne va pas.

Ça fait du bien et j’apprécie de travailler avec l’équipe Husqvarna ici.

Qu’est-ce que tu as appris ici ?

Principalement, les réglages pour rouler en Supercross.  J’ai fait énormément de testings en Europe, avec WP et Husqvarna. Je pensais que je serais doué pour régler la moto ici, mais en réalité je ne sais pas vraiment ce que je cherche comme réglages, parce que c’est si différent, les suspensions sont super raides.

Je dois demander des conseils aux autres, à Zach Osborne etc. Tu dois tout régler correctement pour les whoops, mais aussi pour bien prendre les virages, c’est dur à apprendre.

J’imagine que pour toi, c’est comme de passer à une moto bien réglée à un mur de brique à cause des réglages hypers raides pour le Supercross.

Carrément, la première semaine, j’étais là « C’est quoi ce truc » avec ma moto.

Les suspensions sont tellement raides que tu sens le moindre trou, mais après quelques semaines, tu t’y fais et ça devient normal, je me sens en sécurité maintenant sur la moto.

Je ne voudrais pas aller sur un terrain de SX avec mes réglages MX.

Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans le fait d’être de retour aux USA ? La météo et la nourriture ça doit être plus facile pour toi ici non ?

La nourriture. J’aimais la nourriture Belge, mais vu que tu voyages beaucoup en GP ce n’est pas évident de toujours trouver les aliments qu’il te faut pour ta diète, tu visites tellement de pays différents.

Aux USA tu peux trouver ce que tu veux n’importe ou, c’est plus pratique.

Médias