Tim Gajser direction les USA en 2021 ?

Tiga vers un crochet par les USA ?

Le champion du monde MXGP 2019, Tim Gajser, envisage-t-il un changement de direction drastique et un départ vers les Etats-Unis après la fin de son contrat actuel avec HRC pour rouler en MXGP ? C’est bien possible.

Le triple champion du monde de motocross a récemment échangé avec Planet TV et a laissé savoir qu’un changement de direction serait bien possible pour lui dès 2021.

Tim Gajser

« De nombreuses équipes américaines ont été très satisfaites de ma performance sur la Monster Energy Cup. En fait, personne ne s’attendait à ce que je m’en sorte si bien après si peu d’entraînement. Il y a vraiment beaucoup d’intérêt pour moi là-bas. Honda ont été les premiers. Quand personne ne croyait en moi, ils croyaient en moi et ont vu mon potentiel. Nous avons grandi ensemble. Ensemble, nous avons obtenu trois titres de champion du monde. Honda aura forcément un avantage énorme sur les autres si je décide de partir »

Après une solide performance lors de la récente Monster Energy Cup (5ème derrière Cianciarulo, Tomac, Stewart et Friese), de nombreuses équipes américaines se seraient rapprochées du pilote HRC.

Tim Gajser a bien souvent montré son intérêt pour les USA et pourrait très bien franchir le cap dès 2021, date de la fin de son contrat actuel en MXGP. Ah la bonne heure. Le talent du Slovène n’est plus à prouver en Motocross et visiblement, le Supercross ne devrait pas lui poser trop de problème avec une bonne préparation, à l’image des pilotes US.

Une image à laquelle on pourrait s’habituer …. @RacerXOnline

Alors, le championnat MXGP va-t-il perdre l’une de ses stars au profit du championnat AMA? Ce qui est sûr, c’est qu’on apprécie fortement l’idée de voir un Herlings, Gajser ou Prado tenter la transition aux USA. En attendant, on peut compter sur Brian Moreau qui s’élancera la saison prochaine aux USA avec l’équipe Troy Lee Designs KTM.

Pour rappel, aucun pilote phare en catégorie MXGP n’est parti faire carrière aux USA depuis Chad Reed en 2002.


Médias