Tommy Searle « J’avais l’impression que c’était ma première moto »

Ce n’est pas encore ça pour Tommy Searle.

Le Britannique n’y va pas avec le dos de la cuillère depuis le début de saison quand il s’agit de son équipe, Bos GP Kawasaki.

Lire:  Tommy Searle « Il y a trop de choses à revoir »  et Tommy Searle « Je ne savais même pas où était le box de mon mécanicien »

Plus de 2 mois après l’ouverture de la saison, Tommy n’est toujours pas satisfait des réglages de sa machine. Étonnament, il affirme même ne pas avoir eu l’occasion de tester pendant le break de 4 semaines; au lieu de ça, c’est avec Christophe Pourcel que son équipe aurait fait du testing en France.

Autant dire que Mantova n’était pas une partie de plaisir pour Tommy Searle qui s’est battu avec les réglages de sa 450KX-F pendant tout le week-end. On est encore loin de la cohésion parfaite.

Une interview réalisée par MXVice.

Ça aurait pu bien se passer. Il y avait de bons signes. Au final ce n’est pas ce que tu espérais et c’est un peu comme ça depuis le début de l’année. Du positif ? Du négatif ? Je ne sais pas trop quoi en dire

Le positif, c’est que je suis en bonne santé. Je sens qu’on a fait quelques petites améliorations, mais l’équipe… Pendant la pause, je n’ai pas pu faire de testings personnellement, par contre ils ont fait du testing avec Christophe Pourcel.

On pensait qu’ils avaient pris la bonne direction avec les réglages, mais j’ai roulé avec la semaine dernière en championnat Anglais et je me suis rendu compte que ce n’était pas les bons réglages pour moi.

En seconde manche là-bas, on est retourné aux réglages que je préférais, mais ce week-end, ces réglages n’étaient pas disponibles, je n’ai pas pu revenir sur ces derniers.

On a beaucoup cherché, car je n’avais que ces réglages avec lesquels je n’avais jamais roulé auparavant. J’ai galéré à rouler avec la moto.

Je m’entraîne beaucoup, je roule beaucoup et je sais comment rouler à moto, mais samedi j’ai eu l’impression que je venais d’avoir une moto pour noël. J’avais l’impression que c’était ma toute première moto et qu’eux m’avaient dit « Tiens, mec. Essayes ça. On est en retard. Tu es 29ème mais essayes ça. Il y a une course au Portugal bientôt. » J’ai essayé, et ça ne s’est pas très bien passé.

Le dimanche on a réussi à faire quelques améliorations. On a remis l’ancienne fourche, c’était mieux, mais on se cherchait beaucoup. Je pense que la météo nous a aidés en ralentissant la vitesse sur le circuit. Ce n’était pas un bon week-end pour moi, mais je suis en bonne santé.

Je peux mettre ça derrière moi. L’équipe sait la direction dans laquelle on a besoin de travailler pour moi, je pense, j’espère que du positif va arriver […]

Les réglages de Pourcel que tu as utilisé en première manche à Canada Heights [le championnat Anglais], c’était ceux que tu avaient ce week-end ? J’imagine que tu peux les modifier un peu, mais que ça reste une base.

On a eu la base, mais c’était tout ce qu’on avait. Le camion est parti et on avait ces réglages. Toutes les suspensions. Tout était réglé sur la même base et ça n’a pas fonctionné pour moi. Sur le papier, ça semblait pourtant être la bonne direction à prendre. Mais pas pour moi.

On aurait mieux fait de me faire venir en France, ce que je voulais faire, pour que je puisse faire du testing avant d’aller à la course.

Evidemment ils ont bossé dur avec les gars, mais ce n’était pas bon pour moi. On le sait maintenant. Je pense que maintenant, ils ont un peu plus d’informations sur ce que j’aime sur la moto. J’espère qu’on va pouvoir utiliser ces informations et aller de l’avant afin de régler la moto comme je veux qu’elle soit.

Que je puisse me sentir bien dessus, que je puisse rouler comme je sais faire et m’entraîner comme je sais le faire.

Le camion va partir d’ici, aller directement au Portugal et revenir en France, est-ce que ça veut dire que tu ne vas pas pouvoir avoir les réglages que tu veux jusqu’au prochain break ?

Non, apparemment non. Ils ont dit que le camion allait rentrer. Il passe par Toulouse pour aller au Portugal. La semaine prochaine devrait mieux se dérouler. J’espère qu’on pourra repartir dans de meilleures conditions. Ils bossent dur, ils sont toujours en train d’en apprendre plus sur la moto.

Ils sont intelligents mais parfois, on est allé dans la mauvaise direction pour moi, comme lors de ce grand-prix. On apprend de ça. Ça nous coûte un week-end de course, mais je suis en bonne santé et il reste encore beaucoup de courses cette saison. J’espère qu’on va pouvoir s’améliorer à partir de maintenant et connaître un bon week-end au Portugal.

Est-ce que tu penses que ça aiderait d’avoir Bobryshev avec toi chaque semaine, ainsi, l’équipe pourrait avoir plus de données, ou penses-tu que ça rendrait les choses encore plus confuses […] ?

Non, j’aimerais bien que Bobryshev revienne, car on serait deux. Il dit les choses comme il les pense, on serait donc deux personnes à pouvoir donner notre avis… Ce serait bien mieux pour moi d’avoir Evgeny ici. J’espère qu’il va revenir bientôt.

Du côté du positif. Avant de rencontrer un problème en première manche – problème mécanique il me semble – tu envoyais pas vrai ?

Ouais. En première manche, en fait, je faisais une belle course. Je me suis retrouvé 10ème à un moment. Avec les conditions, beaucoup de motos ont connu des problèmes, moi, j’ai perdu toute l’eau de mes radiateurs.

Je ne voulais pas sauter sur les sauts car je sentais que la moto allait lâcher, il fallait que je la soulage. Malheureusement, je ne pouvais rien sauter, j’ai perdu beaucoup de positions. J’aurais dû finir 10-13 et ça n’aurait pas été un week-end si mauvais, mais au lieu de ça, j’ai seulement marqué des points en seconde manche.

Faire 10-13 sur une moto qui n’est pas faite pour toi, ça aurait été bien. Ça veut dire qu’une fois que tu es à l’aise avec la moto, tu peux commencer à viser du top 5, comme on le dit depuis le début.

Oui, je me sens bien, je travaille dur, je suis en bonne forme physique et en bonne santé. Je sais rouler, je ne suis pas mauvais sur une de ces motos ..[…]

Médias