Arnaud Tonus “C’était très dur de revenir après la saison 2018”

Arnaud Tonus, rétrospective 2019.

Victime d’un gros par-devant à Lacapelle Marival en 2018, Arnaud Tonus s’était gravement blessé à l’épaule gauche. Loupant l’entièreté de la saison 2018 suite à ce problème, le pilote Suisse n’était même pas certain de pouvoir un jour retrouver son meilleur niveau.

2019 marquait l’année du retour et de la reconstruction d’Arnaud. Pourtant, il n’aura fallu que 6 grands prix au pilote Suisse pour retrouver le chemin des podiums en championnat du monde. Auteur de 6 podiums en 2019, Arnaud Tonus s’était blessé lors d’une chute aux qualifications du grand prix de Chine et avait dû faire l’impasse sur le motocross des Nations.

2020, nouvelle saison. Arnaud Tonus retrouvera Jeremy Seewer et Gautier Paulin sous l’auvent Monster Energy Factory Yamaha après fusion des deux équipes Yamaha MXGP.

Wilvo Yamaha proposait récemment une belle vidéo rétrospective de l’année d’Arnaud – en Anglais – que j’ai décidé de partager avec vous en Français. Assurément un client pour la saison 2020.

 Arnaud Tonus 

C’était très dur de revenir après la saison 2018, j’ai subi deux opérations, l’épaule gauche était bien amochée et il m’aura fallu du temps pour récupérer. Mentalement, c’était dur aussi. J’ai utilisé cette année pour travailler sur moi-même, pour travailler sur mes points faibles, j’ai eu beaucoup de temps pour améliorer mon endurance en faisant du vélo, j’ai utilisé ce temps pour me préparer à la saison 2019. En remontant sur la moto, il m’a fallu un peu de temps pour reprendre confiance, mon corps semblait fonctionner différemment après ces opérations. Ça s’est amélioré au fur et à mesure, j’ai trouvé le rythme après quelques épreuves et j’ai signé de bons résultats. J’avais passé un bon hiver sur la moto, mais tu ne peux pas reproduire les conditions de course à l’entraînement donc il me fallait quelques courses pour retrouver mon agressivité en piste, dépasser plus facilement et plus rapidement, ce qu’il me manquait au début de la saison.

Au Portugal j’ai commencé à prendre de meilleurs départs, j’ai commencé à voir que j’avais ma place devant avec les autres, j’avais une bonne vitesse et ça m’a donné confiance. Il n’y a pas qu’un détail qui a fait la différence, c’était un tout, avec le travail effectué à l’intersaison et quelques GP dans les jambes j’ai retrouvé la confiance et j’étais de nouveau devant, là où je devais être, à mon meilleur niveau.

@dailymotocross.fr

Quand tu débutes la saison sur le podium, dans le top 5, c’est assez naturel, mais pour moi, monter sur le podium après quelques épreuves, c’était un énorme pas en avant et j’avais un peu peur de retomber dans le classement par la suite et de ne plus avoir d’aussi bons résultats. Ça fait partie du sport, il faut faire avec, ce n’est pas toujours simple mais j’étais très content de pouvoir signer 5 podiums d’affilés, faire 6 podiums de GP. Terminer 5ème du championnat, c’est satisfaisant, vu d’où je reviens, la route a été longue et j’étais très content de cette 5ème position mais aussi, j’en attendais un peu plus de moi en fin de saison. En fin de saison, j’ai connu des hauts, des bas, j’ai un peu galéré avec la santé, je n’étais pas dans la meilleure des formes ni à mon meilleur niveau, donc j’étais un peu déçu.

Dans la globalité, j’ai fait une bonne saison et de cette dernière, je tire beaucoup de positif pour la prochaine.

J’ai adapté mon programme, bien entendu. L’an dernier, j’ai commencé mon intersaison en Aout, c’était bien  avant le premier grand prix. Désormais, j’ai compacté un peu plus mon intersaison avant l’ouverture, j’ai une année de plus d’expérience et je me sens plus en confiance à l’approche de la saison. Je vais continuer d’analyser ma saison 2019, apprendre, voir où je peux être meilleur, regarder les données et essayer d’intégrer de nouvelles choses dans mon programme. Il faut adapter notre entraînement, ce n’est pas simple, il faut être intelligent, essayer d’être frais pour pouvoir tenir toute la saison. Ce n’est pas que 20 épreuves, c’est aussi beaucoup de déplacements à travers le globe, beaucoup d’heures à l’entraînement, beaucoup de choses à prendre en compte. C’est fun aussi, on aime ce qu’on fait donc ça rend les choses plus simples, la clef, c’est aussi de penser à se faire plaisir.

@dailymotocross.fr

Le regroupement chez Yamaha, ça en parlait depuis longtemps, l’information restait en interne, mais on savait que ça allait arriver. Au début, je voulais surtout renouveler mon contrat pour la saison suivante, ensuite, j’ai appris qu’on allait devenir équipe usine, que des bonnes nouvelles et je suis très content. On aura plus d’options pour la moto, plus de soutien de Yamaha, j’étais déjà content de ma machine en 2019 et ce sera juste un pas de plus en avant en 2020. Si je veux changer, aller dans de nouvelles directions, on aura plus de choix.

Pour l’instant, je passe du temps sur une moto pratiquement d’origine, on voulait recommencer de zéro avec la nouvelle moto pour se trouver petit à petit, j’ai hâte d’essayer les pièces usines.”

Médias