Cooper Webb “Le championnat commence à Daytona”

À Atlanta, Blake Baggett et Marvin Musquin semblaient en mesure de pouvoir freiner la domination de Cooper Webb cette année.

Ils ont finalement mangé du sable pendant 26 tours et ont dû regarder, à contrecœur, Webb s’offrir son 5ème succès de la saison.


Lors de la finale, tu as beaucoup changé tes lignes. Quand as-tu commencé à chercher de meilleures traces ?

C’était délicat, le circuit évoluait énormément. Je savais ou j’étais rapide, mais je me faisais aussi reprendre par Marvin en début de finale à certains endroits, je savais ou, mais je ne savais pas quelles lignes il utilisait.

Quand tu es devant, tu ne peux pas voir ce que font les gars derrière, donc tu ne sais pas trop quand tu n’es pas assez rapide.

J’ai fait en sorte de suivre mes lignes, mais elles n’étaient pas aussi efficaces qu’espérées donc j’ai commencé à en chercher de nouvelles.

A la fin de la finale, j’ai finalement réussi à trouver de meilleures trajectoires. Je savais que Blake Baggett était derrière et qu’il était rapide dans les whoops, comme à son habitude. Je savais que c’était son point fort.

Avec le sable, tu te sentirais presque coupable de leur en avoir mis plein la tronche [rires], ils ne dîneront pas ce soir…. Une autre victoire, c’est cool.

Il y a beaucoup de similitudes dans les tracés cette année. Bien que les conditions de piste soient différentes, est-ce que ça aide à trouver son rythme plus rapidement au lieu de devoir apprendre une nouvelle piste chaque semaine?

Je pense que c’est compliqué avec l’agencement des stades de football, l’espace au sol est bien plus réduit.

Peut-être qu’on verra plus de créativité plus tard dans la saison. Comme l’a dit Blake Baggett lors de la conférence de presse, les ornières et la texture de la terre font office de séparateurs, car c’est à cause de ça qu’on commence à faire des erreurs.

A l’est, les temps chronos aux essais sont très serrés, puis la séparation est beaucoup plus importante pendant la finale car le circuit se détériore.

Ils ont beaucoup refait le circuit à Atlanta, mais c’était tout de même très mou.

Que pensais-tu de ta journée avant de te préparer pour la finale ?

Une bonne journée. J’étais devant aux essais. Je me suis bien senti toute la journée. Le circuit était top.

On était encore une fois dans un mouchoir de poche aux essais, mais je me sentais à l’aise. Je savais que j’avais les moyens de gagner. Vu comment le circuit se détériorait, je savais que le départ serait important.

J’ai pris un bon départ. Je n’ai pas mené une course aussi longtemps depuis un bail. J’ai dû me battre contre mes nerfs.

C’est vraiment bon de gagner une nouvelle fois.

On est à la mi-saison maintenant, comment évaluerais-tu tes performances jusqu’ici ?

Evidemment, tout se déroule bien pour moi. C’est un sacré changement de cap comparé à l’an dernier. Je ne pourrais rien demander de mieux.

J’ai commis quelques erreurs – réalisé quelques mauvaises courses – mais j’ai été capable de capitaliser en gagnant des finales.

On est à la moitié du championnat, et comme Ricky Carmichael l’a toujours dit, le championnat commence à Daytona.

Je n’ai jamais roulé autant de courses de Supercross d’affilée, c’est super excitant.

Je fais un bon début de saison, et j’espère pouvoir la finir au moins aussi fort.

Médias