Dylan Ferrandis “c’est bon de récupérer la plaque rouge”

Dylan Ferrandis “c’est bon de récupérer la plaque rouge”

Arrivé à Millville avec neuf points de retard sur Jeremy Martin au championnat, Dylan Ferrandis avait du pain sur la planche. Roulant littéralement à domicile, les frères Martin étaient bien déterminés à répondre présents pour barrer la route à Dylan ce weekend. Au terme d’un weekend disputé et d’un finish en apothéose, c’est Dylan Ferrandis qui signe le doublé à Spring Creek et reprend les commandes du championnat. Direction WW Ranch ce weekend.

Dylan Ferrandis – en conférence de presse

“Une bonne journée, quand tu fais 1-1, c’est génial. C’est dingue de se dire que ce n’est que ma seconde victoire de la saison alors qu’on a fait autant de courses. J’espérais en gagner plus mais c’est comme ça. Des hauts et des bas, les dernières épreuves étaient difficiles pour moi et c’est bon de rebondir avec une double victoire de manche, c’est bon de récupérer la plaque rouge car c’est aussi vraiment important. C’est sûr que gagner sur la terre des frères Martin, c’est génial, je ne savais pas si j’allais être en mesure de le faire mais ça a été le cas et c’est une bonne expérience. (…)

Je n’ai pas roulé depuis Redbud, juste une fois, rapidement le jeudi, car j’avais besoin de repos pour récupérer au niveau de l’épaule. On a fait des essais, des départs. Le seul changement qu’on a vraiment fait jusqu’à présent, c’est au niveau de la moto. J’ai toujours voulu régler ma moto pour pouvoir aller le plus vite possible sur le circuit, pour qu’elle colle avec ma vitesse pure, mais je pense qu’on a un peu oublié de régler la moto pour les départs et que c’est ce qui m’a valu de faire de mauvais départs en début de saison. On est retourné faire quelques changements en se concentrant un peu plus sur les départs, je pense qu’on a perdu en vitesse pure mais c’était assez pour signer le doublé alors on va continuer dans cette direction. (…)

Je n’étais pas surpris de voir Jeremy Martin derrière moi, on se bat tous les deux pour le championnat, il le veut autant que je le veux. Quand j’ai pris le leadership, que j’ai regardé derrière moi et que j’ai vu que Jeremy avait doublé mon coéquipier, je me suis dit “okay, c’est parti, ça va être la guerre des nerfs, une bagarre physique” car je n’étais pas dans mon meilleur jour puisque j’ai dû récupérer de ma petite blessure et je ne pouvais pas m’entraîner aussi dur que d’habitude. On n’a pas déçu ce weekend. Je savais qu’il allait tout tenter, et c’est ce qu’il a fait. Je suis vraiment très content de l’avoir battu en fin de manche car j’ai vraiment senti qu’il était en mesure de me battre en seconde manche. En terme de points au championnat, c’était vraiment important pour moi de gagner car gagner est synonyme de plaque rouge, mais si je ne gagne pas, je suis trois points derrière. C’était très important. (…)

Depuis que je vis en Californie, je ne supporte plus le froid. J’avais froid toute la journée à Spring Creek, j’ai eu du mal à me réchauffer et je n’ai pas trop aimé ça, j’ai même l’impression que ça m’a pompé un peu d’énergie pour parvenir à me réchauffer. Quand il faut chaud et humide, tout le monde a des problèmes en fin de manche, mais moi ça va, donc ça m’aide. Aujourd’hui, je n’étais pas au meilleur de ma forme et je pense que c’est pourquoi Jeremy a dû voir beaucoup d’erreurs de ma part pendant la manche, erreurs que je ne fais pas habituellement mais c’était assez pour gagner. (…)

Je n’ai jamais fini sur le podium d’une manche à Millville, c’est fou car c’est mon terrain favori. Chaque année je viens ici, j’adore ce circuit, et je ne fais rien, et cette fois, je signe le doublé. Je ne regarde pas les statistiques, je me pointe, je fais du mieux que je peux. Pour la Floride, je ne sais pas si je veux vraiment qu’il fasse chaud et humide, mais je sais que ça peut m’avantager alors on verra. L’an dernier, j’ai gagné la seconde manche quand tout le monde était fatigué, alors c’était cool. J’aime Thunder Valley mais Pala n’est pas mon tracé préféré car c’est un circuit très exigeant physiquement qui use le corps avec les trous, les sauts à plats. Je n’ai pas le choix, c’est le même circuit pour tout le monde. (…)

J’étais prêt pour l’attaque de Jeremy en fin de manche, je savais qu’il allait tout tenter; c’est son terrain personnel. J’ai un tracé chez moi, on ne roule pas dessus, mais si un jour, quelqu’un me bat sur mon terrain, je vais donner tout ce que j’ai. C’était chaud, dans le dernier tour, c’était un peu hors de contrôle ; Jeremy m’a presque doublé sur le saut avant l’arrivée mais j’ai fermé la porte dans la dernière descente, c’était serré. Je m’y attendais de sa part. Je réponds avec le sourire ; il y a eu cet incident à Redbud mais on sait tout les deux ce qu’il faut faire pour être champion. On donne tout ce qu’on a et c’est bon pour le sport, pour le spectacle et aujourd’hui, on a fait le spectacle et les spectateurs ont aimé ça. J’ai aimé la bagarre aussi, j’aimerais pouvoir gagner avec un bel écart mais c’était une belle bagarre et un beau spectacle. (…)

Je pense que chaque championnat est important, qu’il soit régional (SX) ou national (MX), pas de différences. Il y aura toujours des pilotes à battre et tout le monde travail dur. Évidemment, je suis venu aux USA pour rouler en Supercross car c’est ce qu’on ne fait pas en Europe, il n’y a pas de gros championnat. Être champion national aux USA, ça a toujours été mon objectif. Rouler à Millville, Redbud, c’était ce dont je rêvais quand j’étais gamin. Le championnat enlève une partie du fun car quand je ne gagne pas, je ne suis pas content, mais c’est toujours bon de rouler sur ces circuits légendaires et j’adore ça. Après le championnat de Supercross, je veux rouler en Motocross, et après le championnat de Motocross, je veux rouler en Supercross, et je pense que c’est pareil pour tout le monde. (…)”

Image: Michael Antonovich

Médias