Dylan Ferrandis “Déçu de perdre la plaque rouge”

Dylan Ferrandis “Déçu de perdre la plaque rouge”

Dylan Ferrandis a connu un weekend compliqué à Redbud. Victime d’une chute dans le premier tour de la première manche, c’est avec une épaule endolorie que le pilote Français a été contraint de revenir pour sauver les points. Malheureusement pour Dylan, Jeremy Martin était en grande forme à Redbud. En signant le doublé, le pilote Geico Honda s’empare de la plaque rouge du championnat. Retrouver une bonne dynamique dès lundi sera important pour la suite du championnat.

Dylan Ferrandis – Via SwapMotoLive Racers Tell All

“Des hauts et des bas aujourd’hui, la journée a très bien commencée je me sentais vraiment bien lors des essais et j’ai signé le meilleur temps lors des qualifications.

En première manche, j’ai pris un départ correct, je ne sais pas ce qu’il s’est passé dans le premier tour mais je me suis fait surprendre dans une descente. J’ai regardé le replay, je ne sais pas … J’ai un peu trop glissé, ça a raccroché et je suis tombé lourdement. Je me suis cogné la tête, l’épaule. Ce n’était pas le même scénario que la semaine dernière où je suis tombé lors du départ et où j’ai pu attaquer ensuite. J’ai eu besoin de quelques tours pour me sentir mieux et j’avais un peu mal à l’épaule, ce n’était pas simple pendant la manche de récupérer du mieux possible.

En seconde manche, je ne me sentais pas très bien, j’ai complètement manqué mon départ et après quelques tours, j’ai commencé à me sentir mieux et à rouler comme je sais le faire. Déçu de perdre la plaque rouge, de perdre beaucoup de points.

Je ne suis pas passé loin de me blesser donc c’est bon d’être présent, de finir les deux manches et de pouvoir rouler lors des prochaines épreuves. (…)


Quelques jours de repos supplémentaires pourraient être mieux, mais c’est comme ça, je n’ai pas le choix, on va devoir faire avec. On a vu qu’en seconde manche j’ai été capable d’attaquer jusqu’à la fin, j’ai été capable de rouler vite donc du moment que l’épaule ne me dérange pas quand je roule, ça ira. J’ai un peu de douleur mais sur la moto, ça va. (…)

Tant qu’il y a quelqu’un devant moi, j’attaque, je vais de l’avant. Quand je double un pilote, c’est parce que je suis plus rapide que lui et donc il ne devrait pas pouvoir me redoubler à moins que je fasse une erreur. Je regarde en avant, je ne m’arrête pas d’attaquer avant d’être en première position, c’est ma mentalité, c’est comme ça que je suis. (…)

Je ne sais pas si j’en apprends plus (en revenant dans le paquet qu’en étant loin devant en tête), mais en tout cas je fournis plus d’efforts, c’est une certitude. Si tu signes le doublé avec plus de 25 secondes d’avance, en fin de journée, tu n’es presque pas fatigué et la journée du lendemain reste plutôt facile. Quand tu connais des manches comme aujourd’hui, où comme ma seconde manche à Ironman, tu attaques, tu donnes tout, tu repousses tes limites. Physiquement, tu apprends; tu apprends à repousser tes limites, à progresser, car le lendemain, tu sais pourquoi tu es fatigué et tu cherches comment t’améliorer, tu apprends toujours. Mais bon, j’aimerais ne pas avoir à apprendre chaque weekend.”

Images: Yamaha / Trevor Nelson

Médias