Interview: Bernard Kerr & le défi Anaheim 1

Il traverse l’Atlantique pour honorer un pari.

Un soir en Nouvelle-Zélande, quelques bières, des amis et un pari, il n’en fallait pas plus à Bernard Kerr pour se chauffer à blanc. Sportif accompli, top rider engagé en mondial de descente, team-manager de la marque Pivot Cycle et grand passionné de Motocross, le Britannique de 28 ans relèvera son incroyable défi le 4 janvier prochain: tenter de se qualifier pour un Supercross Américain, du côté d’Anaheim.

King de Crankworx en 2015, vainqueur de la Red Bull Hardline en 2016, 5ème des championnats du monde de descente en 2016 et 2017, Bernard tentera d’ajouter une qualification en Supercross US à un palmarès déjà bien garni.

Vous avez été très nombreux à réagir à la nouvelle qui s’est répandue comme une traînée de poudre sur les sites spécialisés. Ni une, ni deux, je décide de rentrer en contact avec l’intéressé pour en savoir plus: quand, comment, pourquoi ? Bernard Kerr vous apportera les réponses à vos questions, avec la touche d’humour qui va bien.

Bernard, présente-toi, car certains ne sont pas forcément familier avec le milieu de la descente.

Alors je viens d’Angleterre, j’ai 28 ans, je suis manager et je roule pour l’équipe usine Pivot Cycle, je fais du vélo de descente. Je prends mon pied à faire du vélo à travers le monde et j’en fais le plus possible ! Là, je vais tenter de me qualifier pour mon premier Supercross à Anaheim 1, en Janvier 2020, catégorie 450. Tout ça, à cause d’un pari, et suite à un rêve de gosse !

Bernard Kerr – @davetrumporephoto

Sur ton instagram, tu postes des vidéos de toi à moto, et malgré les critiques, tu botterais le cul de certains. Tu as déjà fait de la compétition par le passé ?

Je n’ai jamais vraiment fait de compétition de motocross, mis à part 3 petites courses locales auxquelles j’ai participé, mais ces dernières n’avaient même pas de grille de départ, autant te dire que je serais très loin de ma zone de confort à Anaheim. J’ai eu des motos en grandissant, mais jamais de façon constante. Vers la fin de mon adolescence, j’avais accumulé les motos pourries, mais en 2015, j’ai gagné la compétition de Crankworx et j’ai pu m’acheter ma première moto neuve alors depuis, j’ai commencé à beaucoup plus rouler !

Bernard Kerr vous rappelle quelqu’un ? – @bedw4rds

J’ai entendu dire que cette histoire d’Anaheim 1 est partie d’un pari fait en Nouvelle-Zélande lors d’un apéro … C’est vrai ? Qui soutien un défi aussi dingue ?

L’histoire est vraie [rires]. J’aurais pu essayer de me défiler mais ce pari, on l’a fait car je suis un très grand fan de Supercross et c’est quelque chose que je voulais faire de base. Depuis, il y a eu des moments où je me suis quand même demandé pourquoi j’avais fait ce pari [rires]. Maxxis me soutient ainsi que Fly Racing, Renthal et Jeremy McGrath en personne. J’ai le soutien de gens extraordinaires et je n’ai aucune excuse !

Bernard Kerr – @MaddogBoris

Combien de temps t’es tu préparé pour Anaheim ? J’imagine que la condition physique n’est pas un problème, vu que tu es déjà un athlète de haut niveau.

Je suis tellement lent en moto que je ne fatigue pas vraiment [rires]. J’ai un peu mal au bras de temps en temps, mais c’est gérable. Je voulais me préparer pendant tout le mois d’octobre et de novembre en Angleterre, on a construit un circuit de Supercross, mais il a plu, plu, et encore plu … Quand on est arrivé en Californie, même scénario. On est le 16 décembre et je n’ai eu que 3 jours sur la piste ici. Je m’attendais à passer bien plus de temps sur la moto, mais c’est comme ça, on doit faire avec les conditions.

Bernard Kerr – @bedw4rds

Est-ce que tu peux simplement te pointer à Anaheim avec ta moto et rouler ? Et la licence ?

Oui, tu achètes ta licence. Tu prends la licence ACU en Angleterre, puis tu demandes ta licence FIM, tu passes quelques examens médicaux et puis voilà …. C’est carrément dingue ! Je peux aller à Anaheim le 4 Janvier comme ça, et tenter de me qualifier lors des essais.

Tu prends des sauts en vélo que la plupart des gars ne passeraient pas à moto.  Pourtant, j’imagine qu’envoyer un triple ou approcher une section de whoops doit être flippant malgré ce que tu fais sur ton vélo tous les jours.

Honnêtement, c’est vraiment différent … Je pensais que ce serait plus simple ! Envoyer un triple, c’est vraiment flippant. Les gars sont vraiment bons et depuis, j’ai encore bien plus de respect pour les pilotes. Les voir envoyer des amortis sur des sauts énormes, c’est ridicule, tu ne vois même pas la réception ! Les whoops sont compliqués, c’est clair, mais encore une fois, je suis tellement lent pour le moment qu’ils ne me posent pas trop de problèmes [rires]. Je suis sur que ça viendra.

Bernard Kerr @bedw4rds

Tu te fais prêter une moto par McGrath ….

La moto est dingue ! Pour être franc, c’était une moto d’origine mais les machines sont tellement compétitives maintenant, c’est fou, surtout pour un gars comme moi. En plus désormais, on a des suspensions usines fournies par Pro Circuit ! J’ai été amené à côtoyer McGrath suite à ma signature chez Maxxis à Whistler et ces derniers ont fait en sorte qu’on puisse rentrer en relation pour ce projet et honnêtement, Jeremy est le gars le plus cool qui n’ait jamais décidé de m’aider. Côté moto, on va utiliser les suspensions et la ligne Pro Circuit, un embrayage Hinson, un guidon Renthal 996 puisque c’est ce que j’utilise habituellement. La touche finale ? Une paire de pneus Maxxis ST !

La victoire pour Bernard Kerr sur la Red Bull Hardline en 2016 … Accrochez-vous.

J’ai vu que certains pilotes US suivaient ton projet sur les réseaux et que certains te proposaient leur aide sur place.

Ouai, certains pilotes US m’ont contacté, c’est dingue. J’ai discuté avec Weston Peick et j’espère pouvoir rouler avec lui ce jeudi. Pour l’instant, il n’y a que moi, mon pote Jordan et Alex Ray qui roule aussi sur une Kawasaki désormais [SGB Kawasaki]. Weston est un gars super sympa vraiment disponible pour aider dès qu’il le peut en plus, il avionne … Jeremy McGrath est présent mais sur la touche, il ne peut pas rouler après une opération du genou, c’est quand même bon de l’avoir pour me filer un coup de main !

Pivot Cycle …

Médias