Jason Thomas “Le seul regret que j’ai, c’est d’avoir signé ce contrat avec Husqvarna”

Jason Thomas “Le seul regret que j’ai, c’est d’avoir signé ce contrat avec Husqvarna”

Si les équipes usines Husqvarna font aujourd’hui parties des meilleures équipes en Europe – mais également Outre-Atlantique – la marque n’a réellement connu le succès qu’après son acquisition par le groupe Pierer Industries AG – où KTM – il y a 7 ans déjà. En 2001, une équipe usine Husqvarna disputait pourtant déjà les championnats Américains avec le team Fast by Ferracci Husqvarna. Outre Chris Gosselaar, Steve Lamson & Travis Preston, on pouvait également retrouver Jason Thomas sous l’auvent Husqvarna cette saison-là … Une équipe dirigée par les techniciens de l’équipe Ducati en Moto GP; l’année d’un premier flop Husqvarna aux USA.

Jason Thomas – PulpMX

“En 2000, je réalise une très bonne saison, je termine dans le top 15 du championnat de Supercross 250. En outdoor, je commence la saison et me place dans les 10-12 avant d’accepter une offre pour rouler au Canada pour l’équipe Blackfoot Honda. Après avoir passé le reste de mon été au Canada, je suis revenu sur l’outdoor et j’ai signé un de mes meilleurs résultats en terminant 7ème d’une manche à Steel City.

C’est à Steel City qu’Eraldo Ferracci est venu me voir et m’a fait une offre pour rouler sur une moto d’usine Husqvarna en 2001. J’étais un jeune naïf et je me suis sous-estimé. J’étais vraiment content de recevoir cette offre et du coup, j’ai refusé une belle opportunité avec l’équipe Blackfoot Honda qui voulait me faire rouler en SX US avant de finir la saison au Canada.

J’avais vraiment bien roulé aux USA, je m’améliorais et je ne voyais aucune raison de ne pas aller jusqu’au bout des choses et faire saison complète aux US en 2001. L’une de mes plus grosses erreurs durant cette intersaison a été de signer le contrat sans même tester la moto.

La machine fournie par Blackfoot Honda était tout simplement géniale. Tom Morgan avait préparé des moteurs capables d’être compétitifs avec presque toutes les équipes usines et j’étais à l’aise avec les réglages. Si j’avais testé la Husqvarna pour la comparer à ma Honda, j’aurais soit demandé deux fois plus d’argent, soit juste signé mon contrat Honda pour rouler au Canada.

My favorite pics of Jason "JT$" Thomas - Moto-Related - Motocross ...

J’ai passé les mois suivants la signature de mon contrat à attendre que ma Husqvarna arrive chez moi, en Floride. J’aurais dû voir ça comme un signe. Quand elle est finalement arrivée, on était déjà en novembre, et il était trop tard pour faire le testing approprié. La réalité, c’est que je n’ai commencé à faire du testing qu’une semaine avant le premier Supercross de la saison, alors forcément, pour espérer faire de bons résultats … Je n’étais pas assez préparé, et l’équipe était carrément à côté de ses pompes. Les membres de l’équipe venaient de l’équipe Ducati de MotoGP et ils n’avaient que très peu, voire aucune expérience, avec le motocross. Le mec qui s’occupait de nos suspensions détestait le motocross … Un régal de travailler avec lui … La plupart des mecs ne s’intéressaient même pas vraiment à ce qu’on faisait. Ce manque d’enthousiasme s’est répercuté sur les pilotes de l’équipe car on savait qu’on roulait sur des motos qui n’étaient pas compétitives et on rigolait en se disant qu’on avait testé la moto d’un de nos potes et qu’on préférerait encore s’aligner sur la sienne sur les épreuves que sur la notre.

Le seul qui était vraiment investi, c’était Eraldo. Même si on faisait tous une saison horrible, à l’exception de Travis Preston et de sa victoire à Houston, il semblait toujours s’amuser. Honnêtement, les pilotes 125 se débrouillaient pas trop mal. Husqvarna avait une équipe 125 en GP en Europe avec qui ils faisaient du développement, ils avaient donc des réglages à utiliser en provenance de l’équipe en Europe. Pour les pilotes 250 comme moi, on devait deviner dans quelle direction aller avec les réglages de la moto. J’étais relativement peu expérimenté au niveau des essais et autres testings, on n’avait aucun réglage des années précédentes et nos ingénieurs étaient plus qualifiés pour s’occuper d’une Ducati qu’une Husqvarna. On avançait à l’aveugle, et alors que l’été arrivait, j’en avais ras le bol.

Après avoir si bien roulé en 2000, je galérais à faire le moindre résultat en 2001 et les efforts de ma part ont également diminués. Je voulais juste finir la saison et aller de l’avant ensuite. Ma saison de Motocross a été un peu meilleure que celle de supercross, mais c’était plus grâce à ma condition physique qu’autre chose. Il n’y a pas eu de coups d’éclats comme en 2000. En fait, je ne sais même pas comment j’ai fait pour faire aussi bien avec tous les problèmes et abandons que j’ai connus cette saison-là. J’ai connu 5 abandons à la suite sur panne d’essence à cause d’un clapet anti-retour défectueux dans le tuyau du réservoir d’essence. Après environ 15 minutes de course, la moto faisait bouillir le carburant et ce dernier se déversait par le trop-plein. À Budds Creek, j’aurais terminé les deux manches dans le top dix si je n’étais pas tombé en rad’ de carburant dans les dernières minutes. L’équipe a finalement résolue le problème, tout ça pour que le vilebrequin lâche lors de l’épreuve suivante … et de 6 abandons consécutifs.

Tell Us a Story, Jason Thomas – PulpMX

On rencontrait aussi des problèmes de bras oscillants. La soudure principale était défectueuse sur tous les bras oscillants usinés cette année-là. J’ai changé 17 fois de bras oscillants pendant la saison d’outdoor 2001. Parfois, on devait en changer après les essais, puis entre les manches. Voilà comment s’est déroulée ma saison … Quand je roulais bien, la moto cassait, et si la moto restait en un seul morceau, c’est que je roulais mal. L’année a été longue. Le seul regret que j’ai, c’est d’avoir signé ce contrat avec Husqvarna. J’ai pris une mauvaise décision et j’en ai payé le prix fort. Pour 2001, j’avais reçu quelques offres. Fin 2001, je n’en avais pratiquement plus. Tout le potentiel avait été oublié après une année de résultats médiocres.

Avec le recul, autant je regrette d’avoir pris cette direction en 2001, autant on s’est vraiment amusé. Chris Gosselaar posait toujours des problèmes, et Steve Lamson était un gars dont on pouvait beaucoup apprendre. Eraldo était un mec hilarant mais pouvait aussi être une vraie plaie.Depuis, j’ai appris à réfléchir longuement sur les choix que je fais et sur les conséquences qu’ils peuvent engendrer.

Heureusement, après un an ou deux, j’ai pu avoir une autre chance, et j’ai eu une belle carrière par la suite. Je me demande souvent où j’aurais fini si j’avais signé ce contrat avec Honda Canada en 2001. Peut-être que les choses auraient été complètement différentes. J’aurais peut-être évité une beaucoup de frustration et de déception. Parfois, la route la plus difficile est le chemin qui vous est destiné.

Un conseil, si vous voyez une 250 Husqvarna d’occasion de 2001 pour un bon prix, passez votre chemin, où alors achetez quelques bras oscillants d’avance”

Médias