Jeffrey Herlings “C’est incroyable, le rythme augmente chaque saison”

Jeffrey Herlings “C’est incroyable, le rythme augmente chaque saison”

Jeffrey Herlings reste leader du championnat après la seconde épreuve à Kegums et augmente son avance au championnat de façon significative suite aux déboires de Tim Gajser. Pourtant, l’avance aux points pourrait être encore plus conséquente; en perdant l’avant en sortie de virage à deux tours de l’arrivée en seconde manche, Jeffrey Herlings perd le grand prix et offre la première marche du podium à son coéquipier – et rival – Antonio Cairoli (1-4). Finalement crédité de la troisième position derrière le Suisse Jeremy Seewer (4-2), Jeffrey Herlings (3-3) ne cache pas rencontrer une concurrence de plus en plus affûtée au fil des saisons…

Jeffrey Herlings; en conférence de presse

“En première manche, il y a eu un accrochage dans le premier virage devant moi et je suis rentré dedans, j’ai revenir de la dernière position comme lors de la seconde manche dimanche dernier. J’ai été en mesure de revenir jusqu’en troisième position, dans la roue de Romain Febvre. […]

En seconde manche, j’ai signé un bien meilleur départ – en troisième position. C’était quelque chose que j’attendais car depuis que je suis arrivé en Lettonie, je n’ai pris que des mauvais départs. J’ai doublé Antonio dans le second tour, j’ai mené jusqu’aux deux derniers tours jusqu’à ce que je perde l’avant. C’est étrange car normalement, je ne fais pas ce genre d’erreur quand je mène une course à deux tours de la fin. J’ai quand même terminé 3ème. Je me suis déjà excusé auprès d’Antonio mais je vais m’excuser de nouveau car il est tombé à cause de moi. […]

Je suis sur le podium, on a fait une bonne opération au championnat en augmentant beaucoup l’avance aux points. J’espère que je serais sur la première marche du podium ce weekend. C’est difficile de perdre un GP à deux tours de l’arrivée, mais c’est comme ça. […]

Faire 3 épreuves en 8 jours, c’est plutôt cool. Voyager de pays en pays en cette période, c’est vraiment compliqué avec le Coronavirus qui refait surface dans de nombreux pays. Pour venir en Lettonie par exemple, on a dû arriver le jeudi pour pouvoir rouler le dimanche. Vu les restrictions de voyage et le fait que l’hiver arrive d’ici 2 ou 3 mois, c’est bon de faire 3 courses maintenant. Je pense qu’il faut en faire le plus possible le plus rapidement possible car on ne sait pas ce qu’il va se passer avec le virus. Ça peut s’améliorer, se stabiliser, s’empirer, et si ça empire, alors le championnat pourrait s’arrêter bientôt à cause des restrictions gouvernementales. […]

S’il faut que je m’entraîne tous les jours pour en gagner une, alors je vais commencer à rouler tous les jours dès demain. Je me suis senti bien reposé. Avec Jeremy, on a dépensé beaucoup d’énergie dans nos manches et dans nos batailles, on est revenu du milieu de paquet et on était en bagarre constante et ça demande beaucoup d’énergie. En seconde manche, j’ai mené la plupart des tours, j’étais plus à l’aise et j’ai bien moins puisé dans mes ressources. Je vais peut-être rouler une fois cette semaine avant dimanche, peut être pas, on verra. Le truc, c’est qu’on ne sait pas ce qu’il va se passer. […]

On a roulé à Valkenswaard et la semaine suivante, le mondial a été reporté jusqu’en août. La fin peut arriver bientôt, comme on peut encore disputer 12 ou 15 manches, je ne sais pas, c’est ce qui est étrange. Avec ce qu’il se passe, on ne sait pas de quoi demain sera fait alors je ferais mieux de prendre le plus de points possible dès maintenant. Normalement, on devrait être sur la fin du championnat; il n’est pas garanti que la suite se déroule comme prévu. […]

C’est incroyable, le rythme augmente chaque saison. J’ai regardé quelques anciennes courses et parfois, ça gagnait avec une minute d’avance, 30 secondes, des gros écarts. Maintenant, tout le monde est vraiment compétitif. Je pense qu’il a plus d’argent qui est injecté dans l’industrie et donc plus de développement, plus d’entraîneurs, et que c’est pourquoi la vitesse augmente de plus en plus. Tout le monde veux gagner, si on regarde les courses d’il y a 20 ans, puis celles d’il y a 10 ans, et enfin celles d’aujourd’hui, on se rend compte qu’il y a un monde entre les époques. Je pense que la catégorie n’a jamais été aussi compétitive qu’aujourd’hui, le nombre de vainqueurs de manches et de pilotes qui ont déjà remporté un championnat est dingue. Même si tu te bats pour la 15ème position, c’est une grosse bagarre. C’est spécial.”

Images: KTM

Médias