Joan Cros bloqué en Espagne

Joan Cros bloqué en Espagne

Les États-Unis ont commencé à ouvrir leurs frontières aux athlètes internationaux pour préparer le retour des compétitions sportives. Bémol, les autorisations ne concernent pas tous les sports, et évidemment le motocross ne figure pas sur la liste aux côtés de la MLB (baseball), de la NBA (basket), de la NHL (hockey), ou encore de l’ATP (tennis).

Pour Joan Cros, quadruple champion d’Espagne, c’est la douche froide. Rentré chez lui pendant le break imposé par la crise sanitaire, Joan n’est plus en mesure de s’envoler pour retourner aux USA afin de participer à la suite de son championnat qui reprend ce 31 mai à Salt Lake City. Le pilote espagnol, qui a tenté d’embarquer depuis les aéroports de Madrid et de Barcelone, se voit refuser l’embarquement systématiquement. Chaque jour, il se rend à l’aéroport Adolfo Suárez-Madrid Barajas pour essayer de rejoindre les USA, sans succès.

Joan Cros

“C’est difficile à comprendre. La semaine dernière, en raison de restrictions de sécurité, ils n’ont autorisé personne à voyager depuis l’Europe et c’est compréhensible. Cette semaine, ils ont déjà autorisé les athlètes professionnels à voler, mais si vous lisez correctement le décret, ils ne laissent que les joueurs de tennis, les golfeurs voler, Les joueurs de la NBA et rien d’autre. C’est très étrange .

La Fédération espagnole, et la FIM m’aident autant que possible mais rien n’y fait. Le problème est qu’on ne trouve pas la personne avec qui on doit parler. L’AMA essaie également de trouver la personne qui sera en mesure de m’aider mais elle n’y parvient pas . C’est incroyable. Il suffit de trouver la bonne personne, celle qui peut m’aider …”

 

Joan Cros est le seul pilote Espagnol engagé en championnat de Supercross US. Y aller par la route depuis le Mexique ou le Canada ? Impossible, les pays imposent une quarantaine de 14 jours lors de l’entrée sur le territoire.

Joan Cros

“Feld a sélectionné 40 pilotes 450 à travers le monde pour la reprise du championnat en raison des restrictions, et j’en fais partie. Je dois leur dire si je viens ou non, car sinon, ils vont donner ma place à un autre pilote, et ils me demandent de leur répondre au plus vite et de ne pas leur donner ma réponse le vendredi même, deux jours avant.
Je suis tombé sur un joueur de golf à l’aéroport. Il peut prendre l’avion pour s’entraîner pour des compétitions qui ont lieu dans un mois, alors que nous, on roule ce dimanche … Je suis aussi tombé sur un autre gars qui allait s’entraîner à piloter des avions aux États-Unis. Je ne sais pas exactement de quel type d’avion il s’agît, mais il me semble un peu surréaliste de laisser quelqu’un voyager pour s’entraîner et qu’on empêche quelqu’un de participer à un championnat du monde …”

Joan était bien parti pour décrocher les recettes du PulpMX LCQ Privateer Challenge, programme visant à venir en aide aux pilotes privés en galère dans les paddocks. Adam Enticknap avait remporté près de 30.000$ grâce à ce challenge la saison passée.

Médias