Les anecdotes de la semaine #2

Les anecdotes de la semaine #2

En bientôt un an et demi, je ne compte plus le nombre de podcasts écoutés, le nombre d’interviews lues ou réalisées, et les histoires racontées. Chaque semaine, je vous ai partagé, sur la page facebook du site, les anecdotes les plus croustillantes que j’ai pu dégoter, et autant vous dire que ça en fait un bon paquet depuis le temps.

Puisque les anecdotes ont toujours rencontrées un franc succès, j’ai décidé de toutes les retrouver et de toutes les rassembler afin de pouvoir vous les proposer dans un nouveau format, en attendant le retour des compétitions sportives. 5 anecdotes par semaine, de quoi passer quelques minutes de sa journée à lire – ou relire pour les retardataires – quelques courtes histoires, et autres citations en tout genre …

Le saviez-vous ?

En plus d’être un solide pilote 450 et ce, semaine après semaine, Ben Lamay est aussi un représentant de la marque X. Brand Goggle.

Comprenez que Ben distribue les masques X Brand aux pilotes sponsorisés par la marque le jour des épreuves, masques qu’il prépare avec son épouse pendant la semaine.

Du coup, chaque jeudi, Ben et Sheryl se mettent au boulot et préparent les masques des pilotes pour le week-end – environ 70 quand le temps reste clément, jusqu’à 85 masques quand la pluie est au rendez-vous.

Ajoutez à cela l’ajout des tear-off et les modifications d’écrans en fonction des préférences de teinte des pilotes, et voilà votre journée de jeudi déjà bien entamée.

Le samedi, c’est Sheryl qui gère la distribution des masques et répond aux différents besoins des pilotes lorsque Ben roule..

Ironiquement, Ben s’assure d’offrir la meilleure visibilité possible à ses concurrents le samedi soir.

Hawkstome Park Leap

” En 1983, je roule en Grand Prix en 250 et on arrive à Hawkstone park. Cette année-là, je pensais déjà à ce saut.

J’étais leader du championnat, donc je ne voulais prendre aucun risque, je ne l’ai pas sauté, mais j’en avais tellement envie.

J’ai fini par gagner le championnat 250 et quand je suis monté en 500, je savais qu’on allait rouler à Hawkstone. Je savais que je le sauterais enfin.

J’y ai pensé toute l’année, jusqu’à ce qu’on arrive à la course. C’était vraiment un gros saut, mais je savais que c’était possible. L’appel était plutôt rond, pas très raide, ce n’était pas simple, mais faisable.

J’y ai pensé chaque tour le samedi, j’arrivais hyper fort dessus et je freinais au dernier moment.

Dans le dernier tour des essais, je me suis arrêté devant le saut, les spectateurs savaient ce que je voulais faire.

Ils ont commencé à m’applaudir, à crier « Jobe, Jobe, Jobe ». Il fallait que je le fasse, et je l’ai fait, la foule était en folie.

Le jour suivant, Eric Geboers m’a suivi sur le saut et s’est cassé la jambe. Il n’est même pas tombé, mais c’était à cause de l’impact à la réception. C’était vraiment un gros saut.

Le dimanche, je tombe au départ de chaque manche, j’ai doublé beaucoup de pilotes sur ce saut.

Je n’ai pas gagné ce jour-là, je termine second, mais j’ai vaincu le saut de Hawkstone Park ”

Cette photo de Georges Jobe sautant par-dessus André Malherbe est sans doute l’une des photographies les plus célèbres de l’histoire des Grand-Prix.

Jobe saltando por encima de Malherbe- GP Gran Bretaña 500 1984 ...

Ryan Dungey – Gypsy Tales

“En 2016, je me fracture la vertèbre cervicale C6, je vais voir le docteur avec ma femme et ce dernier me dit “Je ne sais pas si tu crois en une puissance supérieure, mais un peu plus et tu serais resté paralysé…”

Moi et ma femme on était en larmes, on était assis là, et on s’est dit “C’est fini”. Je voulais rentrer à la maison au Minnesota, je ne voulais plus revoir une moto.

Je savais que cette décision était basée sur la peur – J’avais peur, c’est vrai, mais qui n’aurait pas eu peur dans cette situation ?

Il me restait encore un an sur mon contrat. J’ai décidé de prendre du repos pendant l’été, pour revenir en forme, je me suis préparé en octobre novembre et décembre pour la saison 2017.

Juste avant de rentrer chez moi pour Noel, j’ai discuté avec Aldon Baker, je galérais vraiment mentalement tout seul, il n’y avait que moi et Lindsay à la maison, je disais à Lindsay que je ne pouvais plus, que c’était terminé. Roczen allait me battre, Eli allait me mettre la misère.

Mentalement je n’étais plus là, j’allais me faire fumer par les autres, j’avais peur, et je n’aimais pas le fait d’être dans cette situation, et Lindsay n’aimait pas me voir comme ça non plus.

Donc je dis à Aldon Baker que c’est terminé pour moi, il m’a demandé de faire au moins la saison de Supercross, et qu’on ferait le point ensuite. Okay

La saison 2017 a été difficile, mentalement. Lors de l’avant-dernière épreuve au New Jersey, on a parlé avec le team et ils m’ont dit “Tu peux faire une croix sur l’outdoor si tu le veux, on ne touche pas à ton salaire, et tu reviens l’an prochain, seulement pour faire le Supercross”

J’étais là, wow, personne ne s’est jamais vu offrir un deal pareil, c’est super, comment peux-tu refuser ça Ryan ?

Mais à ce moment-là je savais que si j’acceptais l’offre, ce serait pour l’argent, et non pas parce que j’avais envie de le faire. […]

Lors de mon tout dernier entraînement en Floride avant Las Vegas, un mercredi, lors de ma dernière manche de la journée, il me restait 10 tours à faire.

J’arrive dans un enchaînement et tu sais, c’est une moto, et les motos peuvent avoir des dysfonctionnements, tôt ou tard …. J’ai eu de la chance, je n’ai jamais eu de gros problèmes à ce niveau-là avec KTM.

Mais ce jour, en plein milieu de l’enchaînement, dans la poche avant d’envoyer le triple suivant, à pleine vitesse, le poids du corps en avant, j’ouvre les gaz en grand…. Rien.

Le sol était aussi dur que du béton, je suis en l’air, je m’éjecte de la moto et je me dis “ce n’est pas possible, ça ne peut pas m’arriver maintenant”

Heureusement, je tombe dans la réception de la bosse, je me relève “Est-ce que je vais bien ?” je pense à Las Vegas dans ma tête, bon, tout va bien.

La moto était complètement détruite, je marche pour retourner jusqu’à l’atelier, durant cette marche, j’avais pris ma décision, c’était terminé, c’était fini pour moi après Las Vegas.”

Ryan Dungey renoue avec la victoire | Motocross - Enduro ...

Justin Hill – 2019 – SwapMotoLive

“Si tu ne m’aimes pas pour qui je suis, ça m’est égal, mon entourage, ma famille, ils savent ce que je traverse, ils savent à quel point je travaille dur.

Les gens parlent mais ils n’ont absolument aucune idée de ce qu’il se passe vraiment donc ça ne me dérange pas.

Même quand j’étais plus jeune, chez les amateurs, que je n’avais encore rien prouvé, les gens disaient que je ne méritais pas  d’avoir un guidon, que je n’avais aucune chance de réussir, puis plus tard quand j’ai eu un guidon, que j’étais seulement là grâce à mon frère Josh.

Pourtant, j’ai tout gagné en tant qu’amateur, j’ai gagné des championnats en gagnant toutes les courses. Oui, j’ai été blessé ensuite, mais j’ai eu mon contrat.

J’ai gagné Loretta Lynn’s, j’ai gagné la Monster Energy Cup, j’ai gagné tout ce qu’il fallait gagner chez les amateurs pour avoir un guidon, ensuite j’ai gagné un titre 250 SX, alors pourquoi ? Pourquoi vous pensez ça ?

J’avais 17 ans quand j’ai réalisé que les opinions de ces gens-là ne comptaient pas, elles ne sont pas fondées.”

La blessure de Justin Hill | DAILYMX

Mike Williamson, ancien chef d’équipe chez Kawasaki – The Inside Line Podcast

Ce qui est drôle aujourd’hui, c’est que tous les pilotes blâment les réglages de la moto.

A l’époque de Ricky Carmichael, quand il était chez Kawa ou même chez Honda avec sa deux temps, sa moto talonnait à chaque réception, elle se baladait partout dans les whoops, je crois que c’était la moto la moins stable que je n’ai jamais vu de ma vie.

Mais Ricky était tellement déterminé que ce n’était pas grave. Si le pilote veut gagner, il gagnera, c’est lui qui fera la différence.

Des gars comme Ryan Villopoto et James Stewart, ils se pointaient sur la grille de départ avec la moto, et ils faisaient le boulot, on n’avait pas de réglage miracle de dernière minute pour les faire gagner.”

Unsung Hero: Mike Williamson - Supercross - Racer X Online

Médias