Les anecdotes de la semaine #8

Les anecdotes de la semaine #8

En bientôt un an et demi, je ne compte plus le nombre de podcasts écoutés, le nombre d’interviews lues ou réalisées, et les histoires racontées. Chaque semaine, je vous ai partagé, sur la page facebook du site, les anecdotes les plus croustillantes que j’ai pu dégoter, et autant vous dire que ça en fait un bon paquet depuis le temps.

Puisque les anecdotes ont toujours rencontrées un franc succès, j’ai décidé de toutes les retrouver et de toutes les rassembler afin de pouvoir vous les proposer dans un nouveau format, en attendant le retour des compétitions sportives. 5 anecdotes par semaine, de quoi passer quelques minutes de sa journée à lire – ou relire pour les retardataires – quelques courtes histoires, et autres citations en tout genre …

RJ Hampshire – Swap Moto Live

“Je suis resté longtemps chez Geico Honda, j’ai cru en leur programme, j’ai pensé que beaucoup de choses allaient changer en 2019 – des gens sont venus, d’autres sont partis – mais au final, on a bien galéré …. J’ai signé mon extension de contrat, on m’avait promis beaucoup de choses que je n’ai pas eues, je ne m’entendais pas bien avec le team-manager à l’époque … Ma femme et moi avons pris une décision en février, on s’est dit qu’on allait tenter de faire des changements, on a passé quelques coups de fil et on s’est défait de mon contrat avec Geico Honda. Jeff et Ziggy ont été compréhensifs et m’ont soutenu même si je les quittais. Ce sont eux qui m’ont amené à ce niveau, qui m’ont fait sortir des amateurs et m’ont emmené chez les pros.

On était sur le retour du Supercross de San Diego, on avait connu une soirée pourrie, on avait rencontré des problèmes sur la moto dès le baissé de la grille, j’étais énervé. On conduisait le camping-car pour rentrer en Floride, on a passé des coups de fil. Moi, je voulais gagner, je ne m’amusais pas dans la situation dans laquelle j’étais car je ne pouvais plus jouer la gagne. Plusieurs options se sont présentées à moi. Je voulais travailler avec Aldon et je savais qu’il fallait pour cela signer avec KTM ou avec Husqvarna. On a pris un gros risque, je voulais rouler Husqvarna, je voulais m’entraîner avec Aldon mais il n’entraîne pas de pilotes 250 d’habitude, il n’avait pas de place pour moi et il avait déjà 4 pilotes 450 dans son programme. […]

Je ne veux pas parler mal d’eux [Geico Honda], j’ai beaucoup de respect pour eux, mais on n’allait pas dans la bonne direction. J’ai pleuré plus de fois cette année que lors de toute ma vie et pourtant, je ne suis pas un mec émotif. Il y avait tellement de poids sur mes épaules, pendant la saison d’outdoor parfois je ne voulais même pas rouler, je n’avais pas le contrôle, le team ne savait plus quoi faire, c’était vraiment dangereux à un moment.

Tout le monde a vu ce qu’il se passait, je savais aussi que j’allais partir, mais j’allais finir la saison.  Chaque semaine, j’ai essayé de faire de mon mieux, et je pense que ça s’est vu. J’avais déjà mon contrat avec Husqvarna – même s’il n’était pas encore signé – et j’avais promis à Geico de ne pas abandonner, de faire tout ce que je pouvais. Tu sais, la moto que j’avais à l’entraînement n’avait rien à voir avec la moto que je roulais le jour des courses … Je pourrais continuer encore et encore, mais bon, on va de l’avant désormais […]”

MX Vice on Twitter: "RJ Hampshire has just sent out this message ...

High Point – 2011

À High Point, en 2011, et alors que Tyla Rattray et Darryn Durham sont au coude à coude, gaz en grand en bout de ligne droite, Darryn lâche son guidon sans pression pour saluer le pilote Pro Circuit; un cliché est immortalisé.

L’année suivante, Darryn Durham a rejoint les effectifs de l’équipe Pro Circuit et découvrait – amusé – que cette photo était utilisée en fond d’écran sur les ordinateurs de certains membres de l’équipe de Mitch Payton.

Darryn Durham - Moto-Related - Motocross Forums / Message Boards ...

Ivan Tedesco – Whiskey Throttle Show

“En 2005, on se retrouve à Glen Helen pour la dernière épreuve du championnat outdoor. J’avais 35 points d’avance sur Mike Alessi, à ce moment-là, tu te dis que tu vas remporter le titre au terme de la première manche. Dans le premier tour de la première manche, Broc Hepler chute, je me prends sa moto et je m’en mets une bonne. Je vais pour repartir, ma chaîne avait déraillé, je la remets comme je peux et je repars en me disant qu’à n’importe quel moment, ma chaîne va dérailler de nouveau. Au final, je termine 21ème de la manche, je ne marque aucun point et Mike Alessi gagne la manche. Lors de la dernière manche, je n’avais plus que 10 points d’avance, tout avait changé, je paniquais.

En seconde manche, avec la 21ème place sur la grille, je prends un bon départ, je vois Jeff Alessi derrière moi et je le laisse passer car je savais qu’il allait tenter quelque chose. Je regarde derrière moi et je ne vois pas Mike Alessi. D’un coup, au bout de la ligne droite, il me percute très fort, visiblement il n’a pas coupé les gaz une seule seconde, heureusement il ne m’a pas pété la jambe. Je savais que c’était lui, on est tombé tous les deux, et il essayait de marcher sur ma moto pour m’empêcher de la relever et de repartir. J’avais envie de lui botter le cul mais je ne pouvais rien faire, j’essayais juste de garder mes doigts sur l’embrayage pour ne pas caler.

Matt Walker est venu me filer un coup de main, il a fait demi-tour, il a lâché sa moto et a poussé Mike Alessi . Il m’avait dit « Je vais te filer un coup de main » avant la course, et moi j’étais là « oui, c’est ça », mais au final il l’a vraiment fait au moment où j’en avais besoin. Il a eu des problèmes suite à ça. En plus, lors de cette manche, il a chuté et il s’est éclaté la mâchoire, je me souviens être allé le voir à l’hôpital.

Au final, je termine 11ème de cette manche, Mike avait rechuté entre-temps et je gagne le championnat. Il a finalement fini par être disqualifié pour attitude antisportive. Une journée très stressante, ce titre outdoor représentait énormément pour moi car je ne pensais pas en gagner un un jour.

En fin de journée, Mike Alessi est venu me voir au camion pour me féliciter mais on ne l’a pas laissé rentrer.”

Ivan Tedesco VS Mike Alessi - Glen Helen 2005 | DAILYMX

Kyle Cunningham – PulpMX Race Tech Privateer Island

“Cette saison [2019], on s’est partagé la conduite pour se rendre sur les épreuves avec mon père, on échangeait de conducteur toutes les 6 heures. On arrivait le vendredi avant les contrôles techniques, on cherchait les hôtels les moins chers dans le coin, on repartait le dimanche juste après la seconde manche.

Tu sais, si je gagne 2.500$ sur une épreuve, c’est que j’en ai dépensé 2.000$ pour pouvoir m’y rendre …

C’est difficile de joindre les deux bouts en tant que pilote privé, surtout quand tu as roulé pour des équipes auparavant.

Moi, j’avais un pot FMF, un moteur d’origine, une préparation suspension, et c’est tout. À Budds Creek, j’ai signé le 6ème temps chronos lors des essais, je ne m’y attendais pas.

Je fais ça car à 30 ans, j’aime toujours autant le sport. Si je ne prenais plus de plaisir à rouler, je ne roulerais pas.”

Kyle Cunningham a participé à la seconde moitié du championnat d’outdoor US 450 avec l’aide de son père. Il termine 20ème du championnat au terme de la saison 2019. Kyle est rentré dans 1 top 10 (8ème à Budds Creek) et 7 top 15 cette saison [2019]

2019 ARLINGTON SUPERCROSS | 250 OVERALL RESULTS (UPDATED ...

Steven Frossard

En 2014, je termine 5ème du mondial MXGP en loupant 7 manches car je chutais, j’avais des problèmes, mais je roulais plutôt bien. Je n’étais pas au top niveau mais je roulais très bien. Le but, c’était de faire une année de reconstruction car j’avais réalisé une année blanche en 2013.

Je roulais bien, le team était content. Gautier – qui était mon coéquipier à l’époque – a reçu une offre de Honda, donc il est parti. À ce moment-là, Kawasaki m’a proposé – verbalement – de prolonger pour l’année 2015. Je m’entendais très bien avec tout le monde, la structure était top, l’ambiance aussi, tout se passait très bien.

Au même moment, j’ai reçu une proposition de Red Bull KTM pour être coéquipier d’Antonio Cairoli en 2015, je suis allé tester les motos en Belgique. J’ai testé la 350 de Cairoli, la 450 de De Dycker. C’était rapide, une séance d’une heure trente et quelques réglages.

En plus de ça, Ice One Husqvarna était aussi intéressé. J’ai décliné les offres car je voulais absolument rester chez Kawasaki car l’entourage Kawasaki me convenait, c’était un team familial. Les mécanos chez Kawasaki étaient – pour la plupart – des mécanos qui travaillaient chez Yamaha à l’époque et qui m’avaient suivi. Je privilégiais l’ambiance et l’environnement. Cet accord était verbal et le contrat n’avait pas encore été rédigé.

Sauf que voilà, Villopoto a décidé de venir en Europe. Kawasaki voulait me mettre second pilote et être son coéquipier mais Villopoto voulait Tyla Rattray comme coéquipier, pas Steven Frossard. Villopoto, c’est le pilote qui débarque des USA pour tout gagner en Europe, on lui autorise tout. Quand tu es le meilleur pilote, tu imposes tes conditions. Je n’ai rien contre Ryan Villopoto. Il ne me connaît pas, il arrive en Europe, il a envie d’avoir un coéquipier qu’il connaît, avec qui il s’entend bien.

À partir de là, je me suis retrouvé sans guidon. RedBull a signé un autre pilote, Ice One également, et j’étais sans rien. […]

Frossard, Guillod, Pootjes and Rutledge Top Day One in Trentino | MXGP

Médias