Malcolm Stewart “C’est un énorme avantage d’avoir les conseils de James.”

“Je voyais mon père à 23h30 en train de préparer ma moto le soir pour que je finisse 15ème le lendemain. Ça n’avait aucun intérêt.”

Malcolm Stewart est de retour après une saison 2019 écourtée par une fracture du fémur contractée dès la seconde épreuve du Supercross US. En cette première moitié de saison 2020, Malcolm a intégré le top 10 sur chaque épreuve et pointe 7ème du classement provisoire 450.

Le frère cadet de James Stewart était l’invité de marque du dernier podcast réalisé par Don Maeda de SwapMotoLive; lors de ce dernier, Malcolm est revenu sur sa blessure de la saison passée, il revient également sur sa préparation et sur son intersaison.

Le pilote Smartop Honda nous parle également de son début d’année 2020 et évidemment, de son frère – James Stewart – qui continue de suivre la progression de Malcolm de très près. Les passages que j’ai jugé les plus intéressants ont été traduits ci-dessous.

Malcolm Stewart – SwapMotoLive

“En 2019, à Glendale ma chaîne déraille et se remet en place dans les whoops, je ne sais même pas comment c’est possible. C’est à cause de ça que je suis tombé dans les whoops. J’étais dégoûté, c’était la seconde épreuve, et ce n’était pas une petite blessure comme une clavicule où tu peux espérer revenir en quelques épreuves; quand tu te fais un fémur, c’est ta saison qui est terminée. Mais bon, à ce jour, je n’ai jamais pris les whoops plus vite que ce jour-là à Glendale. On a connu une bonne intersaison et nous voilà déjà en 2020 […]

En fait, la guérison a pris plus de temps que prévu. Ils ont fait rentrer la tige le fémur par le genou au lieu de le faire passer par la hanche; quand ils le font passer par la hanche, tu peux toujours plier le genou, moi, je n’ai pas pu pendant pas mal de temps. On se disait qu’on pourrait peut-être revenir pour les 2 dernières épreuves, mais 4 semaines après l’opération, on avait compris que c’était mort. Je me suis entraîné toute l’intersaison, j’ai pris du plaisir cet été, je me suis amusé, le but, c’était de retrouver la forme physique, retrouver de la force dans la jambe et ça a pris plus longtemps que ce que je pensais. […]

Résultat de recherche d'images pour "malcolm stewart 2019"

Quand j’ai enfin pu remonter sur une moto, c’était à Glen Helen. J’étais tellement content de rouler que j’ai fait une manche de 25 minutes à fond, le lendemain, je ne pouvais rien faire tellement j’avais mal à la jambe. J’ai roulé un jeudi à Glen Helen car le circuit n’est pas trop défoncé le jeudi, et je n’ai pas roulé jusqu’au mardi suivant, je n’ai rien fait. […]

Je savais en arrivant à Anaheim 1 cette année que j’étais prêt pour le top 10; j’ai connu une bonne intersaison, j’ai bien roulé sur la Monster Cup. Les départs me posent problème mais bon; c’est drôle car Mike Alessi roulait sur cette moto, et c’était le meilleur lors des départs, et puis il y a moi. On s’améliore, on avance dans la bonne direction. L’an dernier on n’a pas eu le potentiel de monter notre potentiel mais cette année, on reste régulier et on montre ce qu’on a dans le ventre […] A la fin de la saison, les résultats seront là. Cette catégorie est relevée, finir dans le top 10, c’est déjà quelque chose. Presque tous les mecs présents dans le top 15 ont gagné un championnat en catégorie 250 […]

J’ai toujours su qu’il fallait que je sois sérieux avec mon entraînement, avec ma diète, mais je ne l’étais pas, c’est le plus triste [rires]. J’ai grandi en regardant James gagner, je l’ai vu manger des trucs, autant manger du carton avec du ketchup. Il n’était pas content de manger ça. J’ai toujours eu le désir de bien faire les choses mais il fallait que le programme me corresponde et Gareth Swanepoel a été en mesure de faire ça pour moi. Quand un entraîneur te fait un programme et que tu es le seul à le suivre, ce n’est pas fun, mais là, on a un bon groupe avec Aaron Plessinger, Justin Cooper et tout, c’est cool de suer tous ensemble, on se sent mieux ensemble. Il y a le fait que je sois venu en Californie aussi et que je puisse désormais rouler avec Vince Friese et Justin Hill, c’est bien mieux que de rouler tout seul chez soi. James ne roule plus désormais donc j’étais seul. Quand tu es seul, tu ne sais pas trop où tu en es, tu chasses les chronos, mais ça ne marche que pendant un temps, après, tu veux voir un autre pilote sur le circuit. […]

Résultat de recherche d'images pour "malcolm stewart 2019"

James et moi, on avait tous les deux du talent. Je ne vais rien enlever de ce qu’à fait mon frère; certains quadruples qu’il a sautés, jamais de ma vie je ne les ferais.  À ce jour, je n’ai toujours pas vu quelqu’un prendre une série de whoops plus vite que James. James a toujours travaillé dur, croyez le où non, moi j’ai grandi sans prendre ça trop au sérieux. J’ai toujours eu le talent, je ne l’ai juste jamais réellement utilisé à 100%, à part maintenant, et j’aurais dû l’utiliser bien avant. […]

Avec mon père, j’étais un petit con, il ne pouvait pas me dire quoi faire. Combien de fois il m’a dit d’aller rouler et je disais “Okay, je vais rouler, après avoir pêché!”. Je m’en fichais pas mal de la moto pendant longtemps, j’aimais rouler, mais je n’aimais pas la compétition, c’était trop de boulot. Je voyais mon père à 23h30 en train de préparer ma moto le soir pour que je finisse 15ème le lendemain. Ça n’avait aucun intérêt. […]

Dans la série “Bubba’s World”, on voit James faire du sport et moi, je joue aux jeux vidéos, c’était exactement mon quotidien  l’époque. Pour la production, ils m’ont dit “Malcolm, on veut que tu fasse ça, ça et ça”, je n’avais même pas à me forcer, puisque c’était exactement ce que je faisais déjà tous les jours. Pendant que mon frère faisait ses 20 tours à l’entraînement, je mangeais des donuts [rires] et des années plus tard, nous voilà ! […]

Résultat de recherche d'images pour "malcolm stewart james stewart"

James regarde les courses, à St. Louis, il m’a appelé pour me dire d’essayer un enchaînement car il pensait que ça allait être l’enchaînement le plus rapide pendant la finale, il me regarde rouler aux essais, ma mère prend aussi des vidéos et lui envoie pour qu’il puisse avoir une idée de ce qu’il se passe. Parfois, il me dit si ma moto est trop souple, ce qu’il faut que j’essaye, il a toujours une petite info à me glisser. À St. Louis, il avait deviné ce que les gars allaient finir par faire pendant la finale, et il avait raison. La plupart du temps, il me dit simplement de prendre du plaisir, de faire attention à moi, il me dit que je réalise ma meilleure année depuis que je suis en 450 et que je n’ai pas trop à m’inquiéter. […]

C’est un énorme avantage d’avoir les conseils de James. Il est là pour moi comme j’ai été là pour lui. Plusieurs fois, il est venu me voir pour me demander des conseils. Parfois, il se disait qu’il défonçait tout lors des essais et pourtant, il était 5ème aux chronos et il ne comprenait pas, je lui disais “Mec, sérieux, t’es le seul à prendre l’extérieur alors que tout le monde prend l’intérieur, voilà pourquoi”. C’est bon d’avoir un point de vue extérieur; évidemment, James a connu énormément de succès, il a gagné beaucoup d’épreuves, il sait de quoi il parle, tu sais qu’il ne va pas va te dire des conneries, il ne te dira pas de faire quelque chose qu’il ne ferait pas lui-même. Mon père m’aide aussi, il est la sur les épreuves, et désormais, il s’amuse à dire qu’il n’a plus qu’une seule moto à guetter lors des épreuves. Avoir la famille autour de moi, c’est important. James n’est pas la physiquement, mais il est là, il regarde. […]

On a fait des milliers de kilomètres en famille avec James et mes parents à l’époque, dans un camping-car. Pendant 18 saisons, on a voyagé dans un camping-car, tous ensemble, c’est pour ça que tu vois des pros toujours entourés de leurs parents aujourd’hui, c’est parce qu’ils ont l’habitude d’être avec eux. […]”

Résultat de recherche d'images pour "malcolm stewart james stewart"

Médias