Marcus Pereira de Freitas “Tim reste actif afin de maintenir sa forme physique”

Marcus Pereira de Freitas “Tim reste actif afin de maintenir sa forme physique”

À l’approche de la troisième épreuve du championnat du monde, Tim Gajser comptait deux victoires de manche au guidon de la toute nouvelle Honda 450CRF. Malheureusement, Mitch Evans s’est blessé à l’épaule et il était peu probable que ce dernier se rende en Argentine.

Puis la nouvelle a frappé; le virus COVID-19 se propageait à l’échelle mondiale et atteignait des proportions pandémiques. Ce qui a entraîné l’annulation de la troisième épreuve une semaine avant son déroulement. Les 5 grands prix suivants ont ensuite été reportés à plus tard dans l’année, en espérant que la situation soit sous contrôle d’ici là.

À l’heure actuelle, une grande partie du monde est soumise à un confinement strict et le mondial MXGP semble déjà loin. Malgré tout, les choses peuvent changer très rapidement et des moyens techniques et logistiques doivent être en place au cas où la situation s’améliorerait prochainement.

Ça, c’est justement le travail du directeur général, Marcus Pereira de Freitas, qui est en charge de l’équipe Honda HRC et de ses pilotes Tim Gajser et Mitch Evans.

Comment le team fait-il face à la situation ?

C’est une période très difficile pour tous les membres de l’équipe en ce moment. Tout le monde est de retour à la maison, dans différentes parties du monde en essayant de rester actifs, impliqués et prêts à reprendre lorsque la saison repartira.

Actuellement, l’objectif principal est de rester en bonne santé en ces temps difficiles et espérer que la situation s’améliore rapidement.

Et pour vous, personnellement ?

Je suis en Italie, nous sommes donc dans une situation très difficile. Le confinement est très strict et je ne peux quitter ma maison que lorsque je dois aller au supermarché. Je ne peux le faire qu’avec une autorisation.

Ce n’est pas facile parce que nous sommes habitués à beaucoup voyager et à voir des gens. Maintenant, devoir rester à la maison et travailler à distance, c’est compliqué mais faut s’y habituer. C’est ce que nous devons tous faire et donc nous le faisons.

Comment s’occupent vos pilotes ?

Ils sont rentrés chez eux. Tim est en Slovénie et Mitch est de retour en Australie. Nous avons décidé que Mitch devait retourner chez lui lorsque la situation sanitaire a commencé à se dégrader. Avec sa blessure, c’était une bonne façon de l’aider à se remettre auprès de sa famille.

La plupart du temps, Tim est chez lui en Slovénie donc ça ne le change pas vraiment de ses habitudes. Il a sa propre maison avec une salle de sport. Il continue donc une vie assez normale et il reste actif durant cette période de confinement afin de maintenir sa forme physique.

Où en est la blessure de Mitch Evans ?

En ce moment, Mitch se remet de sa luxation de l’épaule de Valkenswaard. Il a été opéré il y a quelques jours et cette situation exceptionnelle lui permet de récupérer sans avoir à se précipiter afin de rater le moins de course possible. C’est toujours difficile pour un pilote en temps normal donc c’est bien qu’il puisse récupérer sans pression de retour.

Nous gardons un contact régulier avec lui et nous nous assurons qu’il travaille bien afin qu’il soit en forme le jour où il pourra remonter sur une moto.

Comment se sont déroulé les deux premières courses pour Tim et Mitch ?

Même si nous n’avons disputé que deux Grand-Prix, beaucoup de choses se sont passées.

En Angleterre, Tim Gajser a pris un bon départ, mais a été percuté dans le deuxième virage et donc dû repartir dans les derniers. Pendant ce temps-là, Mitch a très bien roulé et termine en troisième position. En seconde manche, c’était l’inverse, Tim était devant, roulait bien en étant à l’aise et a gagné avec plus de 20 secondes. Mitch a dû revenir après un départ difficile, mais il a montré une belle vitesse.

Ensuite, à Valkenswaard, nous avons eu un problème mécanique lorsque Tim menait la manche qualificative. Il a dû partir de l’extérieur sur la grille. Cela rend les choses très difficiles surtout à Valkenswaard, car il avait plus de chemin à faire pour arriver au premier virage, mais il s’en est bien sorti et il a réalisé deux bons départs.

En première manche, il a pris la tête dès le deuxième tour et il a gagné. En seconde manche, il n’a pas vraiment été capable de réitérer, mais il a quand même terminé deuxième et n’a perdu aucun point au championnat. C’était inespéré avec sa position sur la grille.

Concernant Mitch, il s’est déboîté l’épaule dans le premier tour de la première manche. Il a donc dû en rester là, mais il a bien roulé durant le week-end et nous sommes très contents de sa progression. Comme je l’ai dit, seulement deux courses mais beaucoup de choses se sont passées. […]

La prochaine course est prévue en Russie en juin, comment vous organisez-vous ?

Nous nous assurons d’être flexibles avec toutes nos activités en ce moment. L’atelier HRC est en Italie donc il est fermé, mais notre équipe sait ce qu’il faut faire pour être prêt pour le prochain grand prix, où qu’il soit.

Le mois de juin est encore loin, il peut se passer beaucoup de choses d’ici là. Nous avons un bon réseau de communication entre le team en Europe et l’usine au Japon. Il est important que tout le monde soit informé en temps réel afin de pouvoir être réactifs lorsque nous obtiendrons le feu vert pour reprendre la saison.

Quel est l’objectif pour le reste de la saison ?

Avec toutes les courses reportées à plus tard dans l’année, le programme va être très chargé à la période où tout se termine habituellement. La dernière course est prévue le 22 novembre soit deux mois après le terme habituel de la saison.

Nous devons nous assurer que toute l’équipe soit prête à aller au bout et que les pilotes soient prêts mentalement et physiquement à rouler durant cette période. Nous allons avoir six courses consécutives contre trois habituellement.

Nous devons encore une fois être prêts à faire face à ces changements. Ce ne sera pas facile mais nous ferons le boulot.

Il est compliqué de se préparer sans savoir ce qu’il adviendra prochainement ?

C’est probablement la chose la plus difficile à gérer, car le calendrier a beaucoup changé ces dernières semaines. Chaque fois que nous élaborons un plan, une nouvelle modification bouleverse tout. C’est frustrant, mais c’est le quotidien pour tout le monde en ce moment. Ce n’est pas seulement dans le motocross, mais partout dans le monde, dans tous les sports et dans toute l’industrie. Nous devons juste nous assurer que tout le monde soit en bonne santé et il faudra être prêt pour la reprise du championnat.

Un communiqué de presse Honda HRC / Photos: Honda HRC

Médias