Max Anstie “Ici, les gens ne savent pas du tout qui je suis”

Max Anstie “Ici, les gens ne savent pas du tout qui je suis”

Une saison 2019 qui s’est arrêtée à Lommel pour Max Anstie. Vainqueur de la seconde manche dans le sable Belge malgré un poumon en vrac et une épaule déboîtée (s’il vous plait), Max avait tenté de rouler lors du grand prix d’Imola deux semaines plus tard avant de mettre un terme à sa saison. Absent des nations, c’est sans lui que l’équipe Anglaise était montée sur le podium à Assen. Non reconduit par son équipe Standing Construct KTM – depuis transformée en équipe usine Standing Construct GasGas – Anstie était parti à la chasse aux opportunités Outre-Atlantique. Un mariage avec sa dulcinée et quelques testings plus tard, on apprenait la signature de Max chez HEP Suzuki pour la saison 2020. Blessé au pied à l’intersaison, Le pilote Anglais a dû faire l’impasse sur toute la saison de Supercross; désormais, Max se prépare pour faire son retour en piste aux USA, retour que les Européens suivront avec intérêt alors qu’au Pays de l’oncle Sam, beaucoup se demandent encore qui est Max Anstie.

Max Anstie

“Je fais de la moto depuis que j’ai 3 ans, je n’arrive pas à me souvenir d’une période de ma vie où je n’ai pas eu de moto.

Avec cette blessure, le covid – 19, c’est la première fois que je passe autant de temps sans faire de course de toute ma carrière. Ça fera presque un an entre mon dernier grand prix et ma première épreuve d’outdoor.

Je suis arrivé chez les pros ici, aux USA, quand j’avais 16 ans. J’ai roulé en Supercross, en Motocross, en 2010, c’était ma première saison complète, et puis je suis retourné en Europe pour rouler sur les grands prix. Le plus difficile, c’est de recommencer avec une nouvelle équipe, une nouvelle moto.

En Europe, ces dernières années j’ai fait de belles courses. J’ai gagné des épreuves, j’ai gagné sur les nations, j’ai gagné des manches, en MX2 aussi, mais ici aux USA, je dois reprendre à zero en quelque sorte, je suis nouveau ici. Je ne dis pas que je ne suis pas respecté autant que je l’étais en Europe, en Europe ce n’était pas surprenant de me voir devant alors qu’ici, les gens ne savent pas du tout qui je suis. Surtout que j’arrive avec une nouvelle équipe, une nouvelle moto. C’est l’impression que ça donne en tout cas.

@MXART

Je pense que le plus dur, ça a été de s’adapter à la nouvelle moto, à la nouvelle équipe, et de revenir de cette blessure pour pouvoir atteindre de nouveau un niveau qui me permettra d’être compétitif. J’ai de l’expérience de course en Europe, en GP, mais pas vraiment ici. J’essaye de régler ma moto mais je ne sais pas vraiment ce que ça va donner quand on va arriver sur les épreuves. J’essaye également de retrouver la forme car ça fait 9 mois que je n’ai pas vraiment été en mesure de repousser mes limites physiques à cause de ma blessure.

Pour n’importe qui, ce serait une transition difficile de venir ici. Ça l’est même pour ma femme. J’ai eu de la chance quand j’étais petit, à 14 ans, je suis venu ici avec mon père, j’ai vécu aux USA pendant quelques années. Je connais un peu, j’ai ma greencard, j’ai roulé ici pour faire mes préparations hivernales, mon père a une maison aux USA depuis des années et je m’y entraînais quand j’étais plus jeune. Je connais le pays, donc pour moi, ce n’était pas dur d’effectuer la transition. Avec ma femme, on vit à Murrieta maintenant, je connais l’endroit, je sais aller, ce n’est pas trop mal.

Tout ce que je veux, c’est être le plus en forme possible même s’il va falloir que je fasse attention à mon pied. Je veux régler cette moto du mieux possible.

Au niveau de mes attentes, je ne sais pas à quoi m’attendre justement, ça va être nouveau pour moi, ça va être dur. Je ne peux pas me dire “j’aurai dû terminer X ou Y”, je n’ai jamais roulé contre ces gars. Oui, il y a bien eu les nations à Redbud mais c’est différent, RedBud était préparé à l’Européenne. Je vais faire du mieux que je peux, je veux être compétitif c’est certain, je n’ai pas traversé la moitié du globe pour décevoir, refaire mes valises et revenir d’où je viens. Je suis aux USA, car je pense qu’ici, je peux faire quelque chose.”

Source: All Maxcess Episode 1 – Media Pub – Max Anstie ; Image: Spencer Owens

Médias