Max Anstie “J’avais des solutions pour rester en MXGP”

Max Anstie revient sur son départ aux USA.

Max Anstie fera son retour aux USA dès la saison prochaine, 7 ans après sa dernière apparition sur une épreuve AMA. Le pilote Britannique n’a pas été prolongé par l’équipe Standing Construct KTM en fin de saison 2019 et, de fait, devait opérer des changements pour la saison 2020. Tant qu’à faire ces changements, Max Anstie s’est laissé séduire par une offre aux USA alors que ce dernier n’était pas totalement à pied s’il décidait de finalement rester en mondial MXGP. Dans un entretien accordé par max à Geoff Meyer de MXLarge, Max explique d’ailleurs les raisons qui l’ont motivées à partir outre Atlantique pour une nouvelle étape de sa carrière.

Max Anstie

“Ce n’est pas que je ne trouvais pas de guidon en Europe. Il y a encore 5 ou 6 semaines, j’étais concentré sur le MXGP. J’avais presque un contrat avec DRT Kawasaki et Steve Dixon, je me suis dit que c’était cool, car j’allais recevoir le soutien de Kawasaki. J’ai aussi discuté avec Jacky Martens, et d’autres équipes. Ce n’est pas que je n’avais aucune solution, mais il y a eu cette opportunité aux USA. Quand j’avais 16 ans, et même avant, j’ai toujours voulu rouler aux USA, faire du Supercross. Je suis bon dans le sable, et c’est tout ce que j’ai roulé quand j’étais plus jeune avec le Supercross. J’en suis arrivé au point où je me suis dit que si je ne saisissais pas l’opportunité, la chance ne se représenterait jamais.[…]

La dernière sortie de Max Anstie aux USA ? Anaheim 3, en février 2013 … Sur une Suzuki !

J’avais des solutions pour rester en MXGP mais quelque chose m’attirait aux USA. J’ai été là-bas pour me marier après les nations et j’avais ce test prévu avec l’équipe Suzuki. Ils m’envoyaient des messages depuis mai pour un contrat mais je ne connaissais pas grand-chose d’eux, en plus, mon objectif était de rester en MXGP avec Standing Construct, d’atteindre des objectifs que je m’étais fixés et dont je me rapprochais. Cette saison, j’ai gagné une manche et j’aurais dû gagner une épreuve et je voulais gagner une épreuve. Quand je suis arrivé aux USA, je me suis marié, et j’ai appris que les contrats en Europe n’allaient pas se faire, pas seulement à cause d’une question d’argent, mais certaines choses se passaient et je savais que je ne pourrais pas être compétitif et moi je veux être en mesure de performer. Je sais que l’année a été difficile, même pour Standing Construct, alors que c’est une bonne équipe. Quoi qu’il arrive, ça aurait été un nouveau départ, une nouvelle moto, alors quand quelque chose de similaire s’est présenté aux USA, qui me bottait, je me suis dit, pourquoi pas. Je me suis dit, autant le faire aux USA. je suis monté sur la moto, j’ai fait un peu de testing, j’ai rencontré l’équipe et je ne me suis pas senti trop mal. Je me suis dit que ça sentait bon, que si je laissais ça passer, je le regretterais.  […]

A bientôt, Max !

En Angleterre, j’ai ma propriété avec un terrain de motocross et un terrain de Supercross. Ce n’est pas un terrain comme aux USA, mais c’est un terrain de Supercross et je m’amuse dessus. J’ai roulé aux USA quand j’avais 16 ans, donc c’est plus simple. L’an dernier, pour le photo shooting de Standing Construct, il y avait un terrain de Supercross et je m’amusais dessus. Ça vient naturellement, c’est plus simple pour moi que pour d’autres. Ce ne sera pas une mince affaire, ce ne sera pas simple car il y a une différence entre rouler sur un circuit de Supercross et faire une course sur un circuit de Supercross. Mais j’ai quand même de l’expérience. […]”

Lire l’interview dans son intégralité (Anglais)

Médias