Mitch Evans “Je serais satisfait avec quelques podiums”

“Après la saison 2019, j’ai eu ce coup de fil pour rejoindre l’équipe HRC, c’était un rêve qui devenait réalité pour moi”

La saison dernière, l’Australien Mitch Evans débarquait en Europe pour participer à sa première saison en championnat du monde, en catégorie MX2. Après une excellente ouverture de saison en Argentine, Mitch a connu une succession de hauts et de bas pour sa première année avec l’équipe de Livia Lancelot, Honda 114 Motorsports.

Désormais coéquipier de Tim Gajser au sein de la structure Honda HRC qu’il a rejoint à l’intersaison, Mitch Evans s’apprête à faire son apparition en catégorie MXGP et espère pouvoir continuer à dérouler avec son excellente forme affichée lors du championnat international d’Italie. Objectif pour l’Australien cette saison, prouver à t out le monde qu’il a sa place dans la catégorie la plus relevée de la planète.

Entretien avec Mitch Evans, le nouveau coéquipier de Tim Gajser.

Mitch, parle nous rapidement de ta saison 2019.

J’ai fait un bon début de saison en montant sur le podium en Argentine, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu par la suite. J’ai un peu galéré, tout était nouveau, et j’ai peut-être essayé d’en faire trop pour compenser mes résultats. C’était une saison d’apprentissage et je suis quand même content d’avoir eu l’occasion de venir en Europe. Evidemment, après la saison, j’ai eu ce coup de fil pour rejoindre l’équipe HRC, c’était un rêve qui devenait réalité pour moi. J’ai grandi en regardant les grands prix et HRC, c’est une des meilleures équipes pour laquelle tu puisses rouler. Je suis resté sans voix quand l’opportunité s’est présentée mais je savais que ce serait un gros défi à relever, j’ai hâte que la saison commence.

Comment était ton intersaison, et que peux-tu nous dire au sujet de la nouvelle 450 ?

Je suis allé au Japon pour faire une course en fin d’année 2019 et c’était vraiment une belle expérience. C’était bon de voir les dessous de HRC et j’ai vraiment apprécié être là-bas. Ensuite, je suis retourné en Australie quelque temps pour des vacances avant de revenir en Europe dès le début d’année pour rouler sur la nouvelle moto et travailler avec le team en vue de préparer les grands prix. J’ai roulé sur la nouvelle 450 pour la première fois en Sardaigne, et j’ai été directement impressionné par le travail qu’ils avaient effectué. Je n’ai pas le même parcours que Tim, mais j’ai su que c’était une machine capable de gagner des courses et chez Honda, ils ont mis beaucoup de moyens et ont passé beaucoup de temps pour préparer la moto pour la nouvelle saison.

Qu’en est-il de ta préparation pour cette saison et comment vas-tu l’approcher ?

J’ai fait beaucoup de séances de sport en salle pour être prêt à faire face au gabarit et à la puissance de la 450. J’ai commencé ma préparation un peu plus tôt, ce qui fait que j’ai pu aller en Australie et je pense que c’était important pour me permettre de prendre un bol d’air. L’an dernier, je n’ai pas pu rentrer chez moi et j’avais un peu le mal du pays, alors ces 2 semaines en Australie ont fait une grosse différence pour moi mentalement et physiquement. J’ai essayé de travailler de façon plus intelligente, pas seulement plus dur. Désormais, je suis de retour au travail avec l’équipe pour tout préparer pour la nouvelle saison, et tout se déroule bien.

Tout s’est vraiment bien passé en Italie pour toi et Tim, parle nous de ce championnat.

Les trois courses se sont vraiment bien déroulées. Je suis satisfait de mes résultats et de mon pilotage, et ma condition physique est bonne également. Gagner la dernière manche, c’était vraiment top car ça fait un bail que je n’ai pas signé de victoire et c’est une bonne façon d’attaquer le championnat du monde. Ce sera plus compliqué là-bas, mais je me sens en forme et la moto est vraiment top et très rapide en sortie de grille et ça, ça va être très important quand la saison va commencer.

Qu’est-ce que tu espères en terme de résultats en MXGP cette année ?

J’aimerais bien pouvoir faire partie des 3 ou 4 mecs qui roulent devant en fin de saison. Je sais que ce sera un défi difficile à relever, car je sais que la catégorie est extrêmement relevée avec beaucoup de pilotes rapides mais je pense que j’en suis capable. En début de saison, je veux être régulier et m’assurer de pouvoir rentrer dans les 10 à chaque épreuve. Je veux construire ma condition physique et évoluer chaque semaine pour me rapprocher de la tête de course. J’aimerais beaucoup signer quelques podiums et pourquoi pas une victoire avant la fin de l’année mais je serais déjà satisfait avec quelques podiums.

Avoir Tim Gajser en tant que coéquipier, c’est comment ?

Avoir Tim, qui est trois fois champion du monde, en tant que coéquipier, c’est vraiment cool. Être dans l’équipe avec laquelle il a gagné ses titres, c’est vraiment top car ces gars savent comment gagner. Je ne pourrai pas avoir un meilleur coéquipier pour apprendre, j’ai hâte de pouvoir m’améliorer grâce à lui et c’est un chic type, on s’entend vraiment bien donc j’aime beaucoup rouler avec lui. On sait se fendre la poire quand on peut, mais quand il faut être sérieux, on l’est, il y a vraiment une bonne dynamique entre nous.

Images & texte – communiqué Honda HRC

Médias