Romain Febvre “J’ai quitté Yamaha pour plusieurs raisons”

“Evidemment, finir mon contrat avec Yamaha de cette façon était  très décevant”

Le 78ème édition numérique du magazine MXGP-Mag met l’accent sur notre Français Romain Febvre en nous proposant, ce mois-ci, une très belle interview du champion du monde MXGP millésime 2015.

Pilote Yamaha depuis son arrivée en catégorie reine – année de son premier sacre en championnat du monde – Romain Febvre ouvrira un tout nouveau chapitre de sa carrière cette saison puisque le Vosgien a rejoint le belge Clément Desalle au sein de l’équipe Kawasaki Racing team pour la saison à venir.

Le Français est revenu sur sa saison 2019, sa blessure, sa signature avec Kawasaki KRT et ses objectifs sur 2020 lors de cette interview – à consulter en cliquant ici. Certains passages ont été retranscrits ci-dessous, en Français.

Romain Febvre

” […] Je me souviens de toute ma chute en Suède. J’arrive sur un retardataire qui était dans ma trace, je me déporte un peu plus à l’extérieur pour le doubler. Il y avait un petit saut en descente, je n’étais pas aligné et j’ai perdu l’équilibre sur l’appel. L’arrière de ma moto est parti de gauche à droite instantanément et j’ai été éjecté. Je ne pensais pas que la chute allait être aussi sévère, je me suis juste dit « Oh, là, je vais tomber ». Il aurait juste suffi que je reparte rapidement car je savais que l’écart avec mon poursuivant n’était pas bien conséquent, je savais qu’il fallait vite remonter sur la moto. Mais quand j’ai touché le sol, j’ai immédiatement senti un gros craquement au niveau de mon fémur, et quand j’ai regardé ma jambe, j’ai vu qu’une partie de la jambe partait à gauche, l’autre partie, à droite, je me suis dit « Okay, je me suis pété le fémur ». J’ai essayé de trouver la position la moins douloureuse possible et j’ai attendu l’équipe médicale. […]”

Seconde blessure en 2019 pour Romain Febvre, qui voit sa saison prendre fin définitivement en Suède, 3 semaines après son doublé en République Tchèque. Sélectionné pour le Motocross des Nations, le Français ne peut assurer sa permanence et sera finalement remplacé par Jordi Tixier. Pour Romain, une nouvelle période de convalescence démarre et le Français pense à sa santé avant tout.

Romain Febvre

” […] Sur le moment, je ne pensais plus à la moto, au championnat, aux nations. J’étais blessé, je savais qu’il allait falloir m’opérer, je ne savais pas si j’étais touché plus sérieusement, je ne pensais qu’à ma santé et à comment soigner ma jambe au mieux. (…) Evidemment, finir mon contrat avec Yamaha de cette façon était  très décevant, on espérait finir la saison avec de bons résultats aux nations, mais c’est comme ça. Les deux semaines suivant ma blessure, j’avais tellement mal que je ne pensais plus à la moto, à la compétition, à ma date de retour, j’essayais juste d’avoir le moins mal possible.  […]”

Après son opération du fémur, Romain Febvre attaque la rééducation au Luxembourg. Rapidement, la blessure du Français guérit de ses maux et seulement 3 mois après son opération, ce dernier reçoit le feu vert des médecins pour reprendre l’entraînement moto, une aubaine pour Romain qui peut désormais commencer à apprendre de sa nouvelle monture, la 450 KXF.

Romain Febvre

” […] J’ai été surpris d’avoir le feu vert pour reprendre la moto. 6 semaines après l’opération, mon chirurgien m’a dit que tout se déroulait vraiment bien, que j’allais guérir vite et être prêt en un rien de temps, mais j’avais encore mal. Après 3 mois, nouveau rendez-vous, il me dit que je peux reprendre la moto et que si j’ai mal, il va falloir y aller doucement. J’avais mal au début, mais je pouvais rouler. Les sauts n’étaient pas le problème, le problème, c’était de sortir la jambe dans les virages. J’ai décidé d’y aller doucement pour apprendre de la moto, de ses réactions, trouver quelques réglages. Je ne pouvais pas rouler tous les jours car j’avais mal, je roulais 10 ou 15 minutes, et voilà, et ce, jusqu’à Noel.[…]”

La décision de quitter Yamaha après 5 années n’a pas été une mince affaire pour Romain Febvre et représentait un risque majeur pour l’ex champion MXGP. Yamaha opérant de nombreux changements à son programme en 2020, en se séparant notamment de Michele Rinaldi, Romain a décidé de saisir l’opportunité pour ouvrir un nouveau chapitre à sa propre carrière.

Romain Febvre

” […] J’ai quitté Yamaha pour plusieurs raisons, Yamaha voulait stopper la collaboration avec Rinaldi et le plan était de rejoindre Wilvo. Tout serait encore fourni par Rinaldi, mais il ne serait plus présent en tant que team. Je n’étais pas vraiment emballé et je leur ai dit que je n’étais pas pour ce changement. Ils ont essayé de trouver des solutions, mais au final, je ne sais pas si la décision d’arrêter venait de Rinaldi ou de Yamaha. Je n’étais pas certain, je me suis dit qu’il était peut-être temps de changer de structure. J’ai commencé mes recherches et l’opportunité avec KRT s’est présentée directement. Il me fallait juste tester la moto pour me faire une opinion, et quand j’ai roulé sur la Kawasaki, je me suis senti à l’aise. Ce n’était pas simple de prendre la décision de quitter yamaha après 5 années avec eux, je savais qu’il était possible que je n’aie jamais la même relation avec d’autres personnes que celle que j’avais avec Yamaha, mais j’étais prêt à prendre le risque car j’avais apprécié la Kawasaki et peut-être que je n’allais pas aimer la restructuration chez Yamaha. J’étais prêt à opérer un changement avec Kawasaki. […]”

Deux fois blessé en 2019, Romain a décidé de prendre son temps pour revenir en 2020. À l’approche de l’ouverture de saison, la nouvelle recrue de l’équipe KRT Kawasaki s’avoue décomplexée; il faudra d’abord retrouver la forme physique, avant de retrouver la vitesse, pour retrouver la plus haute marche du podium. Tout vient à point, à qui sait attendre

Romain Febvre

” […] Pour 2020, mon premier objectif est de retrouver 100% de mes capacités au niveau de la jambe. Je me sens bien sur la moto et c’est le plus important pour moi, une fois que tu te sens bien sur la moto, les résultats viennent. On verra si je suis à 100% en Angleterre et on avisera à partir de là. […]”

Médias