Ryan Dungey “je ne veux pas abandonner l’idée”

Ryan Dungey “je ne veux pas abandonner l’idée”

Oui, Ryan Dungey pense bel et bien à faire un retour en compétition; mais entre vouloir et pouvoir, la marche à franchir est conséquente. Pour l’heure, Ryan Dungey n’a rien trouvé de concret pour faire son retour derrière les grilles de départ du Supercross US. Le quintuple champion de la discipline toutes catégories confondues ne baisse pas les bras pour autant … Invité du dernier PulpMX Show, Ryan Dungey a parlé de ce fameux projet. Voilà les dernières nouvelles …

Ryan Dungey – PulpMX

“Comme je l’ai dit, j’ai été frapper à quelques portes pour trouver le bon endroit, le bon programme, je cherchais à faire le Supercross seulement, avec mes conditions. Pour que je reprenne la compétition, il fallait que je trouve un bon deal, un deal qui avait du sens pour moi et ma famille. C’est un projet difficile et je le savais quand j’ai commencé à chercher ; je ne veux pas abandonner l’idée pour autant.

Après la compétition, tu fais beaucoup de progrès dans ta vie personnelle, tu apprends beaucoup sur toi-même, tu commences à t’investir dans d’autres projets que ce soit dans le sport ou non. Aussi, on a une fille maintenant, tu sais, il y a bien plus de risques que de récompenses pour moi si je retourne à la compétition.

Je suis le genre de personne qui suit ses intuitions et c’était peut-être un peu prématuré mais en même temps, je me voyais trouver ce qu’il me fallait, avec mes conditions; je me voyais avoir une vie équilibrée en parallèle. J’en ai beaucoup parlé avec ma femme, on a essayé de tout planifier, mais finalement, ça n’a pas fonctionné.

@Jessica Hare

Le Covid est arrivé cette année, la plupart de ces équipes ont déjà leurs tops pilotes, les budgets sont serrés. C’était un défi de taille et on le savait mais je voulais creuser quand même. Si ça doit se faire, ça se fera, sinon, ça ne se fera pas et on partira dans de nouvelles directions et je n’ai aucun problème avec ça.

C’est compliqué parce que ça te manque, tu y penses beaucoup; c’était fun, j’ai eu une belle carrière et je ne regrette rien, est-ce que ce serait un défi de revenir ? Absolument. Mais c’est comme ça, je n’abandonne pas pour autant tous les progrès qu’on a fait dans d’autres domaines, j’ai ma marque de café et j’ai envie de m’assurer que tout se déroule bien de ce côté là aussi. C’était vraiment plaisant de monter ça, de travailler dessus, d’y consacrer du temps. Tu ne veux pas abandonner les choses que tu as commencées juste pour revenir à la compétition…

Pourtant, c’est exactement ce qu’on faisait, on roulait, on ne faisait pas toutes ces autres choses qu’on aurait pu faire car ça nous aurait fait dévier de la compétition. La compétition peut très bien revenir dans ta vie un jour et te prendre tout ton temps mais il faut être capable de la remettre à sa place. (…)

@Jessica Hare

Rouler en rouge, c’était naturel pour moi, déjà parce que j’ai apprécié le temps que j’ai passé avec l’équipe Geico et j’ai pu créer des relations avec les gars de chez Honda; j’ai passé beaucoup de temps avec eux, j’ai roulé sur leurs motos. Quand j’ai décidé d’arrêter la collaboration avec Geico, les gars m’ont dit que si j’avais besoin de quelque chose, je n’avais qu’à leur demander. Quand je leur ai dit que je voulais rouler un peu ils étaient partant; c’était cool, ils m’ont préparé une belle moto, mon frère Jade m’a monté quelques bonnes pièces et m’a fait une bonne moto et j’ai pu envoyer des tours avec. C’était assez naturel, j’étais en relation avec les gars de chez Honda et je voulais continuer avec eux (…)

À l’entraînement, je vais être honnête, je ne fais que des manches. Et je fais ça car c’est une bonne chose que d’avoir un objectif, à la seconde ou je roule et que je suis là à faire des tours sans trop savoir combien je vais en faire, l’attention commence à se dissiper. Tu commences à penser à d’autres choses, et en faisant mes manches, j’ai un objectif précis. Je chronomètre même mes tours car j’aime avoir ce côté compétitif avec moi-même; est-ce que je peux faire mieux ? Est-ce que je peux aller un peu plus vite ? Est-ce que je peux récupérer du temps ici ? J’aime ça et je le fais toujours, ça me permet de rester concentrer. Rouler a 60,70,80% ? Je ne sais pas comment faire ça. (…)”

Médias