Ryan Dungey “relever un nouveau défi”

Volte face de Ryan Dungey.

Après 6 saisons et 5 titres 450 pour le compte de Red Bull KTM, Ryan Dungey avait raccroché les gants, fin 2017. À l’aube de la saison 2020, Ryan fait son retour dans l’industrie – retour surprise – en devenant copropriétaire de l’équipe Geico Honda, n’ayant pourtant jamais roulé sur Honda en 12 saisons professionnelles. L’Américain mettra à profit son expérience, ses connaissances et sa mentalité de champion pour aider au développement des pilotes 250 et amateurs.

Qu’est-ce qui t’a motivé à devenir copropriétaire de l’équipe Factory Connection Geico Honda ?

Après ma carrière, je ne savais pas trop où regarder. Je ne dis pas que je n’étais pas le bienvenue nulle part, mais après ma carrière, après un gros break, j’essayais de gérer l’après. Je me posais des questions comme “qu’est-ce qui me motive ?”, “quels sont mes intérêts?”, “qu’est-ce que j’aime ?”, “qu’est-ce qui est mieux pour ma famille ?”. Beaucoup de questions sont à prendre en compte mais au final, le plus important, c’était de relever un nouveau défi. Il était important pour moi d’essayer de nouvelles choses.

Ryan en Rouge

Comment c’est la transition de pilote à copropriétaire d’équipe ?

Pour être franc, rien de ce qui m’était proposé n’était vraiment fait pour moi et j’attendais que la bonne opportunité se présente. Le contrat avec Geico Honda / Factory Connection n’est pas le premier qui m’ait été proposé, mais quand il s’est présenté, je me suis dit que ça pouvait vraiment être une bonne chose, pour pouvoir appliquer tout ce que j’ai appris à la génération future. Je suis excité d’apprendre moi aussi avec ce nouveau rôle. Progresser, apprendre plus, en tant qu’être humain, c’est important, c’est une bonne chose. Comme n’importe qui, je veux relever des défis, être impliqué dans des projets qui m’intéressent. Ça aide à exprimer qui l’on est vraiment.

Au terrain Honda

La compétition ou le business ?

Bien sur que j’aime la compétition, mais je suis aussi très intéressé par l’aspect business donc je suis content que cette opportunité amène les deux aspects. J’ai hâte d’apprendre tout ça, j’ai des personnes très bien placées pour m’apprendre dans ce domaine. Plus le temps passait, plus l’idée germait dans ma tête. Je fais très attention quand je prends des décisions, je ne me précipite jamais. Factory Connection, c’est une équipe qui a connu beaucoup de succès sur la piste et en dehors, remportant des courses et des championnats. C’est excitant de pouvoir en faire partie. J’espère que nous pourrons continuer ainsi et j’espère pouvoir contribuer à ce succès.

Tu es copropriétaire de Factory Connection Suspension ou juste de l’équipe ?

Seulement de l’équipe.

Ryan en jaune (2011)

Est-ce que tu vas tester pour l’équipe maintenant ?

Non, ce n’est pas un rôle qui m’intéresse. Je crois qu’il y a beaucoup de très bons pilotes dans notre équipe, surtout en 450, et ces derniers ressentent bien les choses sur la moto. Christian Craig a fait beaucoup de testing pour l’équipe et il a éliminé beaucoup de choses et les pilotes peuvent bénéficier de son retour. C’est bon de savoir que nos pilotes se sentent bien. Je veux néanmoins tester la 250crf et la 450crf pour me faire un avis. Ça fait longtemps que je n’ai pas roulé sur une marque différente, donc ça va être intéressant. Bien sûr, si on rencontre un problème et que je dois aider, je pourrais donner mon ressenti. Mais il faut que je m’assure d’être en assez bonne forme pour le faire.

Connais-tu les autres pilotes de l’équipe Geico ?

Je connais certains pilotes et j’ai de bonnes relations avec eux, comme Jeremy Martin. Nous deux, ça remonte aux années amateurs. On a grandi en roulant ensemble dans le Minnesota. J’apprends à connaître les autres pilotes, les mécaniciens, les membres de l’équipe, j’en connaissais certains d’entre eux avant.

Ryan en orange (2015)

Qu’est-ce qui va être le plus important dans cette transition ?

Pour l’heure, ce sera d’apprendre à connaître tout le monde et de passer du temps avec eux. On ne va pas se voir tous les jours. Je serais présent sur pas mal de courses et mon téléphone est toujours à disposition, je suis là pour discuter au besoin. Je vais devoir beaucoup plus voyager, vu que je vis au Minnesota. Notre équipe a une très bonne structure, nous avons beaucoup de retour positif et la communication y est très bonne. Une bonne communication, c’est important. C’est aussi important d’avoir une équipe bien structurée pour tenir la route et donner aux pilotes les meilleures chances de pouvoir rouler à leur meilleur niveau

Interview: Josh Mosiman – MotocrossActionMag

Médias