Sean Cantrell “j’ai été mal diagnostiqué par 3 médecins”

Sean Cantrell “j’ai été mal diagnostiqué par 3 médecins”

Arrivé chez les pros à l’été 2017, Sean Cantrell n’a eu que 2 saisons pour faire ses preuves au sein de l’équipe Troy Lee Designs KTM. Auteur d’une première saison de Supercross 250 prometteuse en 2018 (7ème), la jeune recrue de l’équipe TLD avait totalement manqué sa saison d’outdoor cette année-là et voyait déjà son guidon de choix lui glisser des doigts …

En 2019, Sean s’était rapidement blessé au poignet lors de la saison de Supercross. Victime de mauvais diagnostics à répétition, le Californien avait été contraint de rouler malgré tout. Incapable de signer des résultats avec un poignet en vrac, il avait finalement perdu son guidon d’usine en fin de saison et depuis, Cantrell avait simplement disparu de la circulation.

Après des mois de galères, Cantrell est enfin de retour à l’entraînement et monte actuellement son propre programme pour espérer pouvoir de nouveau faire ses preuves et retrouver sa place au sein d’une équipe usine … Sur son compte Youtube, Sean a publié une vidéo qui explique en détail sa saison 2019.

Sean Cantrell

“Je me suis blessé lors de la saison de Supercross 2019. J’aurais aimé connaître exactement l’étendue de la blessure dès le départ mais j’ai été mal diagnostiqué par 3 médecins et personne ne savait vraiment ce que j’avais. En fait, au départ, c’était simplement une fracture du poignet.

J’ai pris quelques semaines de repos à cause de la douleur, pour laisser mon poignet dégonfler. Malheureusement, mon coéquipier qui était sur la même côte que moi s’est blessé aussi. L’équipe (Troy Lee Designs KTM) voulait qu’un de nous roule et je n’ai pas eu le courage de leur dire que je ne pouvais pas. J’ai essayé de jouer le héros en sachant que j’étais blessé.

Lors de ma première course, j’ai terminé 7ème ou 8ème et de là, ça a empiré, c’était vraiment embarrassant. L’équipe, mon mécanicien, tout le monde me demandait ce qu’il se passait. Je n’avais aucune réponse à leur donner car les médecins me disaient que tout allaient bien au niveau de mon poignet, que c’était dans ma tête; c’était vraiment difficile à avaler. Les résultats étaient vraiment mauvais, je m’effondrais mentalement.

MXA INTERVIEW: TROY LEE DESIGNS SEAN CANTRELL | Motocross Action ...

On a finalement décidé de jeter l’éponge pour le Supercross avec l’équipe pour que je puisse me reposer et revenir pour l’outdoor. J’ai manqué les premières épreuves de l’outdoor car je ne pouvais pas rouler à cause de la douleur, je ne sentais plus ma main, je n’avais pas assez de force pour m’accrocher au guidon. Je roulais avec mon index et mon pouce droit sur la poignée de gaz, c’était flippant sur les grosses réceptions.

À l’époque, je n’avais toujours pas de réponses pour mon poignet. Je voyais les mêmes médecins, je faisais des radios, des scanners, des IRM, je faisais tout ce que je pouvais mais je n’obtenais pas de réponses. J’ai finalement pris part à l’outdoor et de nouveau, je n’ai pas signé les résultats dont j’étais capable, c’était frustrant et l’équipe était vraiment déçue de moi, et je me décevais moi-même.

Après les épreuves, j’allais chez mes parents et je chialais un bon coup parce que c’était vraiment embarrassant pour moi d’être sur une moto d’usine et de faire d’aussi mauvais résultats.

Ma dernière épreuve, c’était à Budds Creek. Après ça, je suis passé sur le billard et j’ai manqué la dernière épreuve du championnat d’outdoor. Je suis resté à la maison par la suite, j’attendais que le téléphone sonne, que mon équipe m’appelle, ou une autre … Mais aucun appel n’est jamais arrivé.

Sean Cantrell Undergoes Hand & Wrist Surgery - Swapmoto Live
Je savais que j’avais besoin d’une seconde opération car une fois remis de la première, j’avais les mêmes problèmes avec ma main.

J’ai vu un autre docteur, et directement il a vu que quelque chose n’allait pas. Quand il m’a fait passer sur le billard, on ne savait pas exactement ce qu’on allait trouver, il m’a dit “Je vais t’ouvrir le poignet, regarder ce qu’il se passe, et je t’expliquerai à ton réveil”.

La première chose que j’ai demandé au médecin au réveil, c’était “Combien de temps avant que je puisse rouler de nouveau ?”; et il m’a dit “Tu vas devoir rester sur le canapé encore un peu … 6 ou 7 mois.” C’était difficile à accepter.

Lors de l’opération, il a vu que j’avais une rupture des tendons de la main. La fracture que je m’étais faite lors de la saison de Supercross avait créé un éperon osseux – une excroissance osseuse – qui avait limé mon tendon. Chaque fois que je roulais, que je m’entraînais à la salle, ça frottait sur le tendon.

Après l’opération, j’allais le voir toutes les semaines en plus de faire des séances avec un kiné 3 ou 4 fois par semaine.

Un soir, ma mère est venue me voir après le repas pour me parler. Pendant l’opération, mon médecin avait été la voir pour lui dire que j’allais vraiment en chier, il lui a expliqué ce qu’il se passait et les problèmes qu’il rencontrait avec mon poignet, il lui a dit que j’allais devoir serrer les dents pour refaire de la moto et que ce serait vraiment dur pour moi.

Je suis content que ma mère ait attendu pour me dire ça. Pendant ma convalescence, je me suis dit plusieurs fois que c’était terminé, car la rééducation prenait beaucoup de temps, les améliorations étaient minimes (…)..

Désormais, et sur une note plus positive, je suis de retour sur la moto depuis 2 mois. Les plans pour le futur ? Je n’en sais rien pour le moment. J’ai les yeux rivés sur les deux dernières épreuves de l’outdoor cette saison au Colorado et à Pala. J’espère que je pourrais impressionner certaines personnes, et surtout voir ce dont je suis capable; pas de pression, c’est bon d’être de retour. (…)”

Médias