Thomas Covington met un terme à sa carrière

Thomas Covington met un terme à sa carrière

On se devait d’attendre la communication officielle de la part de Yamaha et finalement, c’est RacerX qui vole la politesse à tout le monde. Du coup, en ce mardi, c’est deux pour le prix d’un avec l’annonce de l’arrêt des compétitions de Desalle et Covington.

Son absence est presque passée inaperçue en Italie et en Espagne ces deux dernières semaines. À 24 ans, Thomas Covington dit stop et met un terme à sa carrière de pilote professionnel.

Ces 10 dernières années, Thomas Covington a été l’Américain le plus récompensé en championnat du monde avec quatre victoires de grands prix et 16 podiums en mondial MX2. Une carrière totalement plombée par un départ aux USA et la contraction du virus d’Epstein Barr en 2019.

Après cinq saisons en mondial MX2 de 2014 à 2018, Thomas Covington avait entrepris de partir tenter sa chance aux USA en 2019 pour disputer le championnat de Supercross US et l’outdoor 250 pour le compte de l’équipe Rockstar Energy Husqvarna.

Après des débuts catastrophiques en Supercross lors desquels il peinait à se qualifier, Thomas s’était concentré sur le championnat d’outdoor. Pas mieux. Terrassé par le virus d’Epstein Barr, Thomas n’avait participé qu’à 5 épreuves et signait son meilleur résultat à Pala, une 17ème position au général … Une véritable douche froide.

S’il avait signé pour deux ans avec Husqvarna US, Thomas était rentré en Europe après une saison. Le pilote rejoignait alors l’équipe Gebben Van Venrooy Yamaha pour faire ses débuts en mondial MXGP; retour aux sources; nouveau départ.

33ème à Matterley Basin pour l’ouverture du championnat, Thomas Covington s’était pris une grosse claque à Valkenswaard lors des essais chronos en terminant bon dernier à plus de 15 secondes de Jeffrey Herlings; il n’avait pas pris part aux manches.

Après 5 mois d’arrêt des compétitions, Thomas avait repris le chemin du mondial. Il terminait 31ème, 32ème et 21ème à Kegums; on était loin, très loin des podiums réalisés par le pilote Américain en mondial MX2 quelques saisons plus tôt.

Arrivé en Italie le moral dans les chaussettes, Thomas Covington a serré les dents et commençait finalement à voir de petites améliorations: 27ème, puis 19ème, et enfin 16ème à Faenza, Thomas pointait aux portes de son premier top 15 dans la catégorie …

26ème à Mantova 1 & 2, Thomas Covington a décidé d’arrêter les frais et de mettre un terme à sa carrière. Cette saison, le pilote Américain n’a marqué que 15 points en 18 manches disputées et occupe la 33ème place du provisoire.

Suite au départ de Darian Sanayei et Mitchell Harrison, Thomas Covington était le dernier représentant Américain en mondial.

Depuis 2009, il ne s’est pas déroulé une saison sans qu’un pilote Américain ne s’aligne derrière les grilles du mondial (MX2/MXGP) au moins une fois, espérons que 2021 ne déroge pas à la règle …

Thomas Covington – Racer X

“Salut les gars, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de commencer quelque chose de nouveau. Arrêter la compétition est l’une des décisions les plus difficiles que j’ai eu à prendrr car c’est tout ce que j’ai connu ces 20 dernières années. Vu comment tout se déroulait, je n’étais plus vraiment disposé à prendre les risques que je prenais. […]

Je n’étais plus vraiment en position pour faire le job et je me disais que quelqu’un d’autre devrait avoir cette place. Il n’y a pas beaucoup de places en MXGP, surtout au sein des équipes usines, et j’ai le sentiment qu’il est temps pour moi de commencer un nouveau chapitre. […]

Plus tôt dans la saison, j’ai fait quelques manches lors desquelles je me sentais plutôt pas mal, j’aurai pu rouler la course de ma vie et à l’arrivée, j’étais 16ème ! Je me disais “Wow, j’ai tout donné pendant 35 minutes, j’ai attaqué aussi fort que possible pour un résultat médiocre”. C’était vraiment dur à accepter. […]

Pour être vraiment honnête, seuls les tops pilotes aux USA et en Europe gagnent l’argent qui justifie les risques pris. Une fois que vous sortez de ce groupe de tops pilotes, le salaire diminue considérablement. […]”

Médias