Tom Guyon « Je suis au top pour Valkenswaard »

Dernière répétition avant l’Europe pour Tom Guyon.

Unique épreuve d’intersaison pour l’équipe VRT KTM avant d’entamer la campagne 2020, Lacapelle Marival a apporté beaucoup de réponses à l’ensemble des effectifs de Mickael Vrignon; réponses positives, notamment pour un certain Tom Guyon, qui fait cette saison son passage en catégorie 250 à temps plein.

Classé 6ème en catégorie MX2 au terme du weekend à Lacapelle (6-8), Tom s’est battu toute la journée avec quelques gros clients du mondial MX2. Une performance honorable, pourtant pas forcément au goût du vice-champion d’Europe 125 qui se sentait en capacité de délivrer un [encore] meilleur résultat.

Déçu par un abandon en superfinale, le pilote VRT KTM tire néanmoins du positif de ce Masters et attaque ses dernières semaines d’entraînement – avant l’ouverture du championnat d’Europe à Valkenswaard – confiant, avec pour objectif, le titre de champion d’Europe 250 en 2020.

Tom, je viens prendre la température. Bon weekend du côté de Lacapelle Marival, Mickael [Vrignon] me disait que tu t’étais surpris ?

J’ai été un petit peu surpris de la vitesse affichée ce weekend, ça roulait très vite devant. Moi, j’étais en plein testing suspensions tout le weekend et j’ai eu un peu de mal avec le premier jeu de suspension qu’on a utilisé, mais malgré ça, on a bien avancé et on a trouvé des solutions pour le début du championnat d’Europe. Cette course, ça nous a permis de me situer car je n’avais pas du tout de repère avant Valkenswaard. J’aurais pu rouler mieux que ça ce weekend, mais j’étais un peu stressé mais bon, c’est normal, ça passera. Ce sera différent à Valkenswaard.

J’ai presque l’impression que tu es déçu, pourtant, devant toi, on parle de Vialle, Geerts, Beaton, des mecs qui jouent les victoires en mondial MX2.

Lacapelle, c’est un résultat encourageant, c’est sûr, mais je ne suis pas satisfait tant que je ne suis pas sur la plus haute marche du podium. Cet hiver, j’étais plus proche de Tom Vialle et de René Hofer que je ne l’étais à Lacapelle ce weekend, c’est pourquoi je suis un peu déçu. Ce n’est que de l’entraînement et pas une compétition, mais voilà. Tom et René ont été très rapides ce weekend, mais je sais que je suis tout de même capable de me rapprocher d’eux, plus que ça.

En plus, j’ai rencontré un petit souci d’estomac en seconde manche, dommage, car j’étais bien parti. J’ai fait une erreur, je n’avais pas vu que les deux manches MX2 étaient aussi rapprochées, je pensais que le programme de l’après-midi allait être le même que celui du matin [les pilotes 125 ont roulé en premier le matin, mais ce sont les pilotes MX2 qui ont roulé en premier l’après-midi]. Du coup, j’ai un peu trop mangé et bu avant la manche et je suis parti avec une grosse boule au ventre, au niveau de la rate, et ça m’a freiné pendant la seconde manche. Je ne me cherche pas d’excuse, c’est de ma faute, mais c’est dommage car j’étai bien parti et j’avais un bon rythme. C’est une course de préparation, ce n’est pas non plus là où il faut faire ses preuves, mais par la suite, en championnat d’Europe.

Jago Geerts à la poursuite de Tom Guyon @dailymotocross

Que s’est-il passé dans ce dernier virage, en première manche ?

Malheureusement, j’ai sorti un pilote dans le dernier virage de la première manche, ce n’était pas du tout mon intention. Il y avait une trace dans un virage qui sortait large pour prendre le virage suivant à l’intérieur, et une autre trajectoire qui recoupait pour anticiper le virage. Dans le dernier tour, j’ai pris une trace différente d’Enzo [Toriani] pour prendre le meilleur, mais ce dernier a essayé de forcer pour me reprendre dans le virage suivant et forcément, je ne me suis pas laissé faire. Rien de trop violent, je ne suis pas allé au contact, malheureusement, le guidon d’Enzo s’est pris dans mon genou et il est parti dans les bottes de paille. Ce n’était pas mon intention de le faire tomber.

Un format compact, 3 manches de 25 minutes dans la même journée. Est-ce que Lacapelle, c’est aussi un bon moyen de se rendre compte que physiquement, ça tient la route ?

Physiquement, on a très bien bossé cet hiver, on a passé beaucoup de temps en Belgique et j’ai pu m’entraîner avec Tom Vialle, René Hofer, Joel Smets de chez KTM. Notre préparateur physique basé aux Sables d’Olonne [Sebastien Godin] nous a aussi fait un très bon programme cet hiver et j’ai beaucoup bossé, ça se ressent, je suis mieux sur la moto, j’étais bien physiquement et je me sentais bien. Passer beaucoup de temps en Belgique, ça aide. Voir comment s’entraînent les meilleurs, c’est motivant et ça fait office d’exemple. Physiquement, je suis vraiment bien, je suis au top pour Valkenswaard.

6-8 pour Tom en MX2 à Lacapelle, pour la 6ème place de la journée

Il me semble que tu travailles avec un coach mental, qu’est-ce qu’il t’apporte ?

C’est ça, j’ai un coach mental [Didier Romain], travailler avec lui permet de débloquer certains points, il arrive à vraiment nous motiver, on discute beaucoup, il nous fait faire quelques exercices et nous canalise. C’est bon de pouvoir parler avant les courses, évacuer, il nous aide à trouver des solutions pour rentrer dans notre bulle, être plus concentré sur notre course. Le but, c’est d’être le plus performant possible à l’entraînement et le jour des courses. On travaille souvent avec Didier et il nous aide sur différents aspects.

J’imagine que les épreuves d’Elite MX2 au guidon de la 250 l’an dernier ont joué pour prendre de l’avance dans ta préparation pour 2020 ?

Avoir roulé en 250 sur le championnat de France Elite l’an dernier m’a aidé, c’est sûr. Je ne découvre pas totalement la 250 cette saison, on a pu commencer à travailler dessus dès l’an dernier, j’ai pu m’adapter à la moto et trouver des réglages. Moi, j’ai fait une année de plus en 125 pour tenter d’aller chercher ce titre, mais bon… [Tom termine vice-champion Europe 125 en 2019]. J’ai mis moins de temps à m’adapter et à me sentir à l’aise sur la 250 et j’ai pris de l’avance sur mon programme 2020 en roulant en Elite sur la 250.

Objectif 2020, le titre de champion d’Europe 250

Et maintenant, d’ici Valkenswaard ? Et les piges en Mondial MX2, c’est prévu pour quand ?

Cette semaine, je vais rester aux sables d’Olonne pour rouler encore un peu dans la terre et le weekend prochain, je pars à Lommel pour anticiper Valkenwaard car je ne roule pas en MX2 à Matterley Basin pour me concentrer sur l’Europe 250. Du coup, on prend 2 semaines d’avance pour pouvoir s’entraîner dans le sable et on va continuer à travailler sur les départs et faire des manches.

Je vais faire quelques piges en mondial MX2 l’an prochain, pour l’instant, on a prévu deux dates, l’Espagne et Saint Jean d’Angely, puisque les pilotes EMX250 ne roulent pas à St. Jean cette année. Je ne vais pas rouler pour la gagne en MX2, j’y vais pour donner le meilleur de moi-même et engranger de l’expérience, comme je l’ai vu ce weekend, les pilotes de grands prix roulent très vite. J’y vais pour l’expérience et préparer ma future montée en MX2. L’idée, c’est de toujours garder le rythme et l’intensité de course entre les différentes épreuves de l’Europe 250. »


Médias