Un an de dailymotocross ; on dresse le bilan ?

Le 4 Janvier 2020, le site dailymotocross.fr a soufflé sa première bougie.

Dire que beaucoup de choses se sont passées cette année relèverait presque de l’euphémisme.

Dailymotocross découle d’une idée grattée sur un papier au coin d’une table quelques années auparavant et a finalement vu le jour en janvier dernier, juste avant l’ouverture d’Anaheim 1, sur un coup de tête.

“On verra bien”

C’est sans prétention que j’écrivais mes premières lignes, et si mes souvenirs sont bons, mon premier article relatait le remplacement de Benny Bloss par Justin Bogle chez Rocky Mountain ATV/MC.

Depuis, les articles se sont enchaînés, jours après jours, 1.952 articles en un an pour 751.685 mots. (oui, c’est précis).

Autant dire que je ne compte plus les heures passées sur mon ordinateur, les cafés oubliés, les kilomètres avalés en voiture de location pour me rendre sur les circuits et la perte d’audition subie sur les grands prix couverts,  5 l’an dernier, avec les Nations, le Supercross de Paris, le Supercross de Barcelone et l’international de Thomer la Sogne. Quel pied !

Tout ça, j’ai essayé de le partager avec vous du mieux que j’ai pu avec les moyens du bord, en partageant un grand prix de l’intérieur à travers mon expérience à Saint Jean d’Angely. Je vous ai présenté l’équipe Dunlop en Allemagne, j’ai dressé le profil de l’équipe E2T, en République Tchèque, j’ai retracé le rêve de grand prix de Pascal Dorseuil en Turquie, j’ai tenté d’exprimer mon ras le bol après les nations, j’en passe et des meilleurs.

Gamin, je me voyais moi aussi sur les épreuves du championnat du monde, différemment, forcément, un guidon entre les mains, c’était sans compter que Jordi Tixier allait me mettre 3 tours sur chaque manche en Ile de France.

Finalement, j’ai troqué le casque de champion contre un appareil photo de troisième main et j’ai appris sur le tas. Ni rédacteur, ni journaliste, ni photographe, personne, en fait, pourtant, j’ai vibré avec vous chaque weekend et je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir vous partager tout ça.

Au terme de l’année 2019, je dresse le bilan de l’aventure qui m’a finalement amenée plus loin que je ne l’aurais imaginé. En une saison, les pages du site ont été affichées 2.855.742 fois. Encore difficile à croire. On s’en est plutôt bien sorti ensemble, pas vrai ?

Je me souviens encore des premiers jours, à me satisfaire de mes 200 sessions quotidiennes. Il faut être capable de voir d’où l’on vient pour apprécier le chemin parcouru.  Désormais, c’est une belle moyenne de 9.000 sessions qui sont enregistrées chaque jour et je vous remercie de venir (et de revenir), toujours plus nombreux, de France, de Belgique, de Suisse, du Canada, des Etats-Unis, d’Espagne, du Luxembourg, des Pays-Bas, du Royaume Uni et d’Allemagne (pour le top 10).

Je me souviens aussi de ma première interview, celle de Rodrig Thain. Rodrig m’avait livré sans détours une énorme interview dévoilant toute sa carrière aux USA dans les années 2000.

Ont suivi 42 interviews, Romain Febvre, Gautier Paulin, Jeff Emig, Tom Vialle, Justin Cooper, Arnaud Tonus, Shaun Simpson, Valentin Guillod, Josse Sallefranque, Chad Reed, Jeremy Martin, Tyler Bowers, Benny Bloss, Sebastien Pourcel, Stephen Rubini, Pierre Goupillon, Maxime Renaux, Bernard Kerr, Quentin Motillon, Eric Sorby, Harri Kullas, Petar Petrov, Saad Soulimani, Mattia Guadagnini, Enzo Toriani, Colton Aeck, Valentin Teillet, Charles Lefrançois, Tommy Searle, Olivier Bossard, Evgeny Bobryshev, Zachary Pichon, Tom Guyon, et j’en oublie surement. [Comment ça, il n’y a que des traductions sur dailymotocross ? 🙂 ]

2019 était une année d’apprentissage. Je me suis planté, j’ai été critiqué, pointé du doigt, c’est normal, et après tout, on ne peut pas plaire à tout le monde. Je me suis paumé au fin fond de la République Tchèque, j’ai été malade en Allemagne, j’ai tourné en rond pendant 30 minutes avant d’oser parler à Shaun Simpson à Thomer la Sogne, j’ai perdu des affaires, j’ai trimbalé mon ordinateur pourri partout, j’ai pris les avions les moins chers, et beaucoup trop de fois à mon goût pour quelqu’un qui déteste ça. Bref, j’ai cru mourir 20 fois.

J’ai reçu des emails farfelus, on m’a demandé le numéro de téléphone de Jeffrey Herlings et mon tarif licencié pour la dernière 450 YZF 2020. J’ai reçu des CV et des lettres de motivation, des demandes de stage, je me suis engagé à vous répondre un à un. Certains ont également pris le temps de m’envoyer des informations, des corrections, des vidéos, et c’est aussi grâce à vous que le site fonctionne aussi bien après seulement une saison, alors encore merci. De plus, vous avez été un certain nombre à m’envoyer des messages d’encouragement, et je vous remercie une nouvelle fois d’avoir pris le temps de le faire.

Qui dit bons cotés dit aussi mauvais côtés, ceux qui n’apprécient pas mon travail ont en général quelque chose à perdre dans l’histoire, dommage, la même passion nous anime, mais le business prime: ma naïveté m’aura coûté.

J’ai vite compris qu’il allait falloir faire ma route seul; j’ai balayé l’espoir d’être aidé, dans ce milieu, c’est malheureusement chacun pour sa peau et les places valent cher, mais je respecte ça.

J’ai essuyé des refus, je me suis fait taper sur les doigts, on m’a ouvert des portes pour les refermer la seconde d’après.  C’est aussi ça, l’école de la vie.

Je ne compte plus le nombre de tentatives d’intrusion sur mon site internet et les nuits blanches à essayer de réparer les conneries faites sur ce dernier… “Bordel, j’ai pas le temps !”.

En Allemagne, j’ai eu la bonne idée de faire une mise à jour du site grâce à la wi-fi fournie par Youthstream, c’était sans compter une coupure d’internet… Me voilà sans site internet pendant un grand prix… 27 ans, et déjà des cheveux blancs.

Ce jour-là, Niek Kamper, photographe Hollandais, me dévoilait le secret d’une photo réussie: “Lightroom”. Un logiciel capable de transformer n’importe quelle photo ratée avec votre smartphone en poster collector, tant que vous le maîtrisez un minimum. “Ah, quand même.”

En un an, j’ai voulu mettre en place beaucoup de choses, j’ai lancé beaucoup de projets, mais je ne dispose que de 24 heures par jour et seul, difficile d’en faire beaucoup plus, le temps manque, les moyens limitent le champ d’action, mais si c’était ça, le charme de toute l’histoire ? J’ai toujours comme projet de faire des Vlogs sur les grands prix, de créer une application pour smartphone, d’en proposer encore plus, quitte à me planter.

Pendant mes déplacements, le site est à l’arrêt, difficile de tout concilier et de trouver un bon équilibre, la recette parfaite.

Je me rassure, ma liste de contact s’allonge de semaine en semaine, les têtes me sont de plus en plus familières, les poignées de mains de plus en plus chaleureuses. Forcément, il a fallu démarrer tout en bas de l’échelle, de zéro, et tenter de se faire sa place, de trouver sa voie, ça viendra… Il faut laisser le temps au temps.

Je suis un passionné qui est simplement passé de l’autre côté des barrières, et je me dois désormais de faire avec ce statut de “média” même si certains grincent des dents à cette idée. Pour les pilotes, je ne suis qu’un énième “journaliste” à fuir. Pas facile d’encaisser quand votre pilote favoris vous refuse une interview après un grand prix, mais on s’y fait (ou pas).

Forcément, on m’a demandé s’il était possible de vivre de cette activité, et je cherche encore la réponse à la question. Ceux qui y arrivent ne courent pas les rues. L’argent sort plus qu’il ne rentre et c’est la passion qui anime la plupart des personnes que vous croiserez en salle de presse. Vous souhaitez vous enrichir ? Choisissez une autre voie.

Je souhaite remercier David Schuller de RXR pour avoir fourni des gilets de protection pour les jeux concours, Gilles de Memotocross pour ses interventions, Guy Pilarczyk pour son invitation à l’émission radio “K1C”, Pascal Haudiquert pour ses coups de main sur les épreuves.

Pour terminer, je vous remercie vous, grâce à qui l’aventure dailymotocross est possible aujourd’hui. Nous sommes désormais 25.000 sur le facebook, alors si vous n’avez pas encore franchi le pas, c’est par ici !

On se donne rendez-vous à Lacapelle pour ouvrir la saison 2020, puis sur certaines épreuves du mondial.

@+

Kévin

Photos: Frelaud Kévin / dailymotocross.fr

Médias